Archives mensuelles : mars 2010

La « RFID University » au salon SITL 2010 – 1ère partie

SITL 2010 (c) Pierre Metivier

Le SITL 2010 (Semaine Internationale du Transport et de la Logistique) s’est tenu cette semaine à Paris Villepinte. Le salon RFID faisait partie de cet évènement. Le FilRFID (Association des professionnels du RFID dont je fais partie) a organisé la « RFID University », une série de conférences passionnantes (et gratuites) sur la technologie et les applications du RFID dans le cadre de ce salon.

Dominique Radonde - Air France (c) Pierre Metivier

Dominique Radonde - Air France

Parmi ces conférences, celle sur les applications de la RFID dans l’aéronautique a été particulièrement suivie et appréciée.

Dominique Radonde, Architecte solutions RFID, Air France et Xavier Petit, Chef de produit RFID chez Hub Telecom ont décrit les différentes applications mises en place sur la plateforme de Roissy-CDG, et à Air France sur les étiquettes bagages passager et sur le fret ou sur la maintenance des gilets de sauvetages, présentant l’architecture de ces projets et les gains de productivité générés.

Xavier Petit - Hub Telecom (c) Pierre Metivier

Xavier Petit - Hub Telecom

Par exemple, sur les étiquettes bagages d’Air France, les codes-barres ont un taux de lecture réussis de 80% pour 99,6% pour les étiquettes RFID, réduisant les manipulations et accélérant le transfert des bagages. Mr. Radonde a également partagé son retour d’expérience, rappelant que le coût du matériel RFID (lecteurs, antennes, étiquettes) ne représentait que 20% du coût total du projet et que la partie middleware (logiciel permettant l’intégration des données temps réel générées par le système RFID et le système d’information de l’entreprise) était un élément clé de l’opération.

Alexis Beurdeley - Maintag (c) Pierre Metivier

Alexis Beurdeley - Maintag

Ensuite, Alexis Beurdeley, responsable Grands Comptes de MAINTAG, société française de solutions RFID en milieu industriel difficile (aviation / férroviaire) a décrit la solution mise en place pour le suivi des pièces et systèmes embarqués sur le programme AIRBUS A350. Plus de 1500 composants et systèmes en zone pressurisée et non pressurisée seront ainsi suivis et l’historique complète de la maintenance de chaque pièce sera disponible aux techniciens quelque soit l’endroit où l’avion se trouve ce qui rendra plus efficace la maintenance des avions et par conséquence la sécurité des passagers.

D’autres compte-rendu de la « RFID University » seront disponibles prochainement sur ce blog.

Conférence G9+ – Le marché de l’internet mobile et du mobile paiement : enfin l’année 1 ? 1ère Partie

Table ronde 1 G9+ (c) Pierre Metivier

Table ronde 1 G9+ (c) Pierre Metivier

Le G9+ organisait ce lundi 22 mars deux tables rondes à la maison de l’Essec autour de l’Internet mobile et du paiement par mobile.

La première table ronde sur l’Internet mobile réunissait Charles-Henri Besseyre des Horts de HEC Paris, Olivier Cechura, Dir. Contenus, B2B et portails mobiles SFR, Serge Ferré, Corp VP Nokia, Axel de Robillard, Président White Mobile Media et Pierre Steiblen, DG Qualcomm France.

Mr. Besseyre des Horts a déclaré que le mobile annule la distanciation entre espace et temps et que de facto, les 35 heures n’existent plus. Mr. de Robillard a clairement expliqué le marketing sur mobile et Mr Steiblen a rappelé comment l’internet mobile est maintenant le premier usage avant la voix sur smartphone et que pour Vodaphone, si 80% du trafic est maintenant de la donnée, elle ne représente que 20% des revenus. Le représentant de Nokia a été déçu de la place donnée a l’iPhone par les orateurs dans l’explication sur l’explosion du marche des mobiles et a tenté de minimiser l’importance de produits comme Twitter et de Facebook et des usages. Un rapide tour de la salle a montré que nous étions plusieurs à tweeter et qu’une immense majorité des participants (de 20 à 70 ans) utilisaient Facebook. Dans cette table ronde, deux des participants n’ont pas semblé avoir intégré que c’est l’usage qui importe et que la voix est un usage mais qu’il n’est plus le seul. Pour avoir compris et développé cela avec l’Appstore, Apple a permis à ses utilisateurs de renouveler les usages de leurs téléphones et donc d’une certaine manière leurs téléphones sans changer de terminal.

Pour en revenir à Nokia, Mr. Ferré s’est arc-bouté sur les 50% de part de marché de Symbian dans le monde, en omettant de signaler que Nokia s’est fait dépasser sur le marché de masse par Samsung, sur le marché business par RIM (Blackberry) et sur le marché du smartphone+ par Apple et son iPhone. Cette attitude me fait penser à celle d’AOL et ses 35 millions d’abonnés dans le monde il y a quelques années, étant passé d’innovateur de l’Internet et acteur incontournable à suiveur au rôle de plus en plus réduit. En tant qu’ancien possesseur de téléphones Nokia (4 dont le 8110 / Matrix et le superbe 8810) et ancien employé d’AOL, j’espère que le sort de Nokia sera différent de celui d’AOL.

Enfin, la multiplicité des plateformes de développement sur mobile (iPhone, Androïd, Windows mobile, Bada (Samsung) et Symbian) a été citée comme difficulté pour le développement des applications sur mobile. Et comme souvent, le marché décidera et toutes les plateformes ne seront pas égales.

Conférence G9+ – Le marché de l’internet mobile et du mobile paiement : enfin l’année 1 ? 2ème Partie

Table ronde 2 G9+ (c) Pierre Metivier

Table ronde 2 G9+ (c) Pierre Metivier

Le G9+ organisait  donc ce lundi 22 mars deux tables rondes à la maison de l’Essec autour de l’Internet mobile et du paiement par mobile.

La deuxième table ronde sur le Mobile paiement réunissait Dominique Baron, PDG Horus Telecom, Mung Ki Woo, VP Electronic Payments & Transactions Orange, Eric Laurent-Ricard, VP EESTEL, Frédéric Maserati, Dir. marketing, BRED Banque Populaire et Bruno Prexl, Responsable marketing paiement mobile de Bouygues Télécom.

Le débat a ressemblé à beaucoup d’autres sur le sujet, démontrant une fois de plus la difficulté à mettre en place le paiement avec cartes sans contact et sur mobile ; les acteurs de l’écosystème n’arrivant pas à s’accorder. Le représentant de Bouygues a expliqué avec passion les avantages du NFC (la technologie permettant entre autres le paiement sans contact sur mobile), expliquant les taux phénoménaux d’adoption et de recommandation de tous les utilisateurs ayant participé aux projets pilotes. Le représentant des banques était quand à lui beaucoup plus circonspect, citant (avec raison) l’absence de téléphones NFC disponibles, le coût que représenterait le remplacement des TPE (terminaux de paiement électroniques) par des TPE avec et sans-contact et l’absence d’usages nouveaux. Mr Mung Ki Woo d’Orange, a expliqué qu’une première victoire a été de mettre autour d’une table (Association Européenne Payez Mobile) tous les acteurs impactés par ces projets en décrivant non sans humour que le temps que chacun se présente, une heure s’était déjà déroulée ! Enfin, sur un autre registre, le DG d’Horus a présenté l’importance des échanges d’argent et des paiements par mobile en Afrique.

Table ronde 2 G9+ (c) Pierre Metivier

Table ronde 2 G9+ (c) Pierre Metivier

En attendant que tout ce monde se mette d’accord, pour les consom- mateurs que nous sommes, il faut espérer que les acteurs actifs et innovants du marché et en particulier le Crédit Mutuel/CIC et sa filiale NRJ Mobile se lancent sans attendre, tout comme Apple et son futur iPhone NFC, Paypal dans le paiement mobile et enfin Nokia (35 M$ dans Obopay, solution de paiement mobile sur téléphone) en attendant ses terminaux NFC.