La prochaine « killer app » pour le sans-contact – de la RF à la RFID

Portique antivol (c) AES

Portique antivol (c) AES

La RFID est considérée comme une technologie en devenir mais qui tarde à se développer commercialement.  Le  chiffre d’affaire global mondial pourrait atteindre 5,35 Milliards de $ en 2010 (d’après ABI Research), réparti entre le hardware (lecteurs, imprimantes), les étiquettes, les applications et les services. Et ce chiffre est en constante progression.

La « killer app », l’application miracle qui fera basculer la RFID de statut de technologie au potentiel immense à une présence équivalente à la téléphonie mobile par exemple, n’a pas encore été trouvé.  Chacun des intervenants de l’écosystème, de l’industriel à l’opérateur téléphonique, du fabriquant d’étiquettes à l’intégrateur, du distributeur au banquier et au GIE carte bancaires, de la société de conseil au consultant que je suis cherche cette application.

Il y a bien sûr des secteurs très actifs comme le transport, la billettique, la logistique/supply chain ou l’identification (badges d’entrée) mais rien qui ne fasse exploser cette industrie à travers de nouvelles applications devenues indispensables auprès des consommateurs et des industriels.

Il y a de nombreuses raisons à cela. L’une d’elles est le manque d’infrastructure. Sans « lecteur » d’étiquettes RFID, il ne peut y avoir d’applications. La NFC, une technologie permettant (entre autres) de transformer les téléphones portables en lecteur ou en émulateur d’étiquettes RFID, ouvrira de grandes opportunités mais les téléphones NFC tardent à apparaître. Certaines banques comme le CIC / Credit Mutuel changent leur TPE (Terminaux de Paiement Mobiles) pour les rendre sans contact et ainsi permettre la possibilité d’effectuer des retraits ou des paiements sans contact. C’est un début prometteur mais nous sommes encore loin de l’ubiquité recherché. Et comme déjà évoqué dans un précédent billet, Apple, à travers un certain nombre de brevets, devrait commercialiser de nouvelles générations d’iPhone utilisant le NFC et donc des usages nouveaux du RFID tout en suscitant un intérêt nouveau auprès du grand-public.

Ce manque d’infrastructure pourrait être en partie comblé dans les magasins équipés de portiques antivols.

Etiquettes antivol (c) AES

Etiquettes antivol (c) AES

En marge du salon SITL, un membre éminent de FilRFID me rappelait le cousinage entre les technologies RF utilisées dans les portiques antivol et la RFID. Les portiques antivol utilisent donc des radiofréquences (de type AM à 58 khz ou RF) pour activer une alarme si un objet étiqueté (et non désactivé) passe à travers le portique. Ce n’est pas à proprement parlé de la RFID car il manque la partie ID, la partie identification et ce ne sont pas les mêmes fréquences. Le CD qui passe à travers le portique ne dit rien, ou plutôt signale qu’il n’a pas été désactivé suite à un oubli de désactivation ou de passage en caisse.

Tout comme il est nécessaire de mettre à jour les TPE actuels pour les rendre sans-contact, il suffirait donc de mettre à jour ces portiques antivol pour obtenir une infrastructure sans-contact prête à l’emploi, et ouvrir le champ des applications dans la distribution et donc dans le grand-public.

Grâce à ce portique désormais RFID, le système informatique du magasin sait, par exemple, que Mr Pierre Lebrun, client, vient de rentrer grâce à la carte de fidélité RFID dans son portefeuille (ou sur son téléphone portable NFC) et peut lui présenter des promotions ou autres services liés à ses habitudes de consommation, par exemple.

Il n’est pas sûr que cette transformation entraîne le développement de la « killer app » recherchée mais l’utilisation de la RFID dans les cartes de fidélité et la connaissance de la présence d’un client dès son entrée dans un magasin ouvrent des perspectives immenses aux métiers de la distribution et un changement réel pour les consommateurs SI ces derniers le souhaitent.

Ce dernier SI ouvre un autre débat-clé sur la vie privée que nous aborderons dans un prochain billet.

2 commentaires pour La prochaine « killer app » pour le sans-contact – de la RF à la RFID

  1. Jean dit :

    « …SI ces derniers le souhaitent. »
    Aucune sécurité pour les « petites » sommes, aucun chiffrage des échanges, historique des transactions facilement lisible en prime, c’est le paradis des hackers qui doivent être aussi impatients que vous.
    Il faut encadrer (pas que n’importe qui fasse n’importe quoi avec les données personnelles des clients) et sécuriser sérieusement les échanges et ces derniers, qui ont pour la plupart accès à Internet, le souhaiteront

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :