Les Mardis de l’Innovation – les grands enjeux de l’eau

L'innovation dans le secteur de l'eau

L'innovation dans le secteur de l'eau

Mardi 8 juin se tenait une séance des Mardis de l’Innovation, au CNAM, de et avec Marc Giget, consacrée aux grands enjeux de l’innovation dans le secteur de l’eau. Trois invités, trois approches différentes et une même passion pour l’eau.

Pour débuter,  Jean-François Donzier, directeur général de l’Office international de l’eau, nous a dressé un rapport à la fois réaliste et alarmiste sur la situation de l’eau potable dans le monde.

Quelques éléments :

Jean-François Donzier - DG Agence Intl de l'Eau

Jean-François Donzier - DG Agence Intl de l'Eau


  • L’eau est indispensable au développement sociale et économique des pays.
  • Sans prise de conscience à l’échelle mondiale, on ne pourra pas faire face aux problèmes de pénurie.
  • L’eau non potable tue plus que le sida, le cancer ou la guerre sur la planète.
  • Les inondations font beaucoup plus de dommage que les volcans ou tout autre catastrophe naturelle
  • Entre 1900 et 2000, la population mondiale a été multipliée par 3, la consommation d’eau par 6
  • En Afrique, la corvée d’eau effectué par les enfants empêche l’éducation
  • 1 milliard d’humains n’ont pas accès à l’eau saine
  • Les pauvres sont ceux qui payent l’eau la plus chère
  • Répartition de la consommation – 75% agriculture irriguée, 13% eau domestique, 12% industrie
  • 2/3 de pertes en irrigation, 1/2 de fuites dans les réseaux urbains
  • 85% des eaux usées sont rejetées sans aucun traitement
  • Sao Paulo, Rio de Janeiro n’ont pas de stations d’épuration
  • 276 fleuves &  plusieurs centaines d’aquifères (lac souterrain) ont des bassins partagés (doivent partager l’eau), risque de conflit, Danube, 18 pays
  • Aujourd’hui dans les pays du sud, on investi 75 Mds $ par an, demain un besoin de 180 Mds $, qui va payer ?
  • Et c’est sans compter sur le réchauffement climatique, qui provoque des phénomènes extrêmes d’inondation et de sécheresses
  • Les montagnes et glaciers sont les châteaux de la planète, mais sont sensibles aux changements climatiques
  • L’hydrologie se modifie, Si la crue de 1910 revenait à Paris, ce serait une catastrophe immense à l’échelle de la France
  • L’eau facile, c’est fini. ce ne sont pas des problèmes techniques, mais institutionnels (retard dans les réformes, ..)
  • Quelles solutions ?
    • Les gestions intégrées des ressources en eau des bassins versants (les territoires naturels où l’eau s’écoule en surface comme dans le sous-sol) comme en France
    • une approche globale doit être organisée – une soixantaine de pays seulement suivent cette approche
    • Tout est lié / il faut une vision / une approche globale de l’eau pour assurer les demandes légitimes et raisonnées
    • Assurer la répartition des ressources entre tous les usages de l’eau y compris la nature / milieu naturel
    • Améliorer la régulation des eaux spécialement en Afrique, indispensable de construire des barrages, réguler l’eau / apporter de l’énergie électrique
    • Comment gérer ce qu’on ne connait pas, importance du système national des données sur l’eau
    • le règle des 3T – taxe, tarifs, transferts (taxer l’électricité pour financer l’eau
Guy Fradin - Agence de l'Eau Seine Normandie

Guy Fradin - Agence de l'Eau Seine Normandie

Ensuite, Guy Fradin, gouverneur du Conseil mondial de l’eau et directeur général de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, nous a présenté les Agences de l’Eau, une innovation organisationnelle en 1964

Politique de l’eau au niveau national
Depuis 1964, la France est divisée en 10 bassins hydrographiques, chaque bassin est géré par une agence de l’eau, établissement public de l’état.
S’assoir sur un bassin et nom une région, agence spécifique indépendantes des collectivités locales
Une politique de l’eau et deux principes de base – pollueur = payeur, l’eau paye l’eau

  • Le pollueur paye des redevances proportionnelles au dommage écologique, le dépollueur reçoit des aides proportionnelles à son action sur l’eau et les milieux aquatiques
  • l’eau paye l’eau – budget autonome et non reversé au budget de l’état, l’argent des redevances va vers les agences de l’eau pour les réinvestir dans la gestion intégrée de l’eau

Economiser l’eau, reconquérir la qualité de la ressource
Redevables – Domestique, 80%, industriels 20%, les agriculteurs (très faibles), redonné aux collectivités (station d’épuration,…)
Une gouvernance claire et précurseur du Grenelle de l’environnement – comité de bassin (40% d’usages, 40% d’élus, 20% Etat), conseil d’admistration
Le comité de bassin fixe les taux de redevances et les taux d’aides (indépendamment du gouvernement)
Agence seine normandie 18 M d’habitants, redevance élevé, aide élevée – 1 Md €, l’ensemble des agences de l’eau en France 2 Mds €

Planification et programmation / schéma directeur
Pas de solutions simples mais système d’agence efficace
1960, l’eau de la Seine était bien plus mauvaise que maintenant. Bcp plus de paramêtres mesurés
1960 3 espèces de poisson, une trentaine d’espèces maintenant
Eau et assainissement : enjeu de santé et public

Hervé Suty - Veolia

Hervé Suty - Veolia

Enfin,  Hervé Suty, directeur des Centres de recherche de Veolia environnement a présenté les dernières innovations technoliques en matière d’eau. Introduit par Marc Giget, cela donne « Hervé Suty va nous parler des innovations que Véolia a dans ses tuyaux » 😉
L’innovation au coeur de l’eau –  Véolia – 330 000 personnes, 74 pays, eau, propreté, énergie, transport
Opération / exploitation – 2/3 Construction/engénierie – 1/3
En 2050, 75% ds humains vivront sur 5% de la planête (ville)
Explosion démographique + concentration urbaine, protéger et gérer les ressources naturelles, limiter les impacts, réduire les émission de gaz à effet de serre, améliorer la santé et le cadre de vie
Véolia 0,5 % du budget à la R+I – 150 M € de budget, transfert de technologies
Ne paraît pas beaucoup. L’eau ne s’achète pas comme la matière première qu’elle est mais comme un service.

Véolia Innovation Accelerator – booster interne de startup, guichet unique 1/4/12
Innovation dans la production d’eau potable – 8000 km de canalisation à Paris, 50 à 100 ans, doit durer dans le temps

Des outils de gestion de la ressource
Gestion des nappes en zone côtières, notions de biseau salé, éviter de saliniser les nappes en zone côtières
Cartographie ds pigments cyanobactériens : phycocyanine,chlorophylle-a, télédétection par satellite, modélisation bio-optique

Actiflo – micro-sable, décantation, pour réduire la taille des stations d’épuration
Nanotechnologie pour les membranes d’osmose inverse en dessalement – hydrophilie, hydrophobie

Des outils d’aide à l’exploitation – dans le réseau, peu d’outils d’aide à l’exploitation. développer des capteurs intégrés aux tuyaux pour pouvoir mailler le réseau, acquérir de l’information et piloter le réseau, traçabilité, capteurs de conductivité, indicateur d’encrassement, pression, chlore (2) et température

Assainissement – développer le changement culturel

Présent = Eau chargée en polluant + Energie et réactif –> (Step (2006) –> Eau dépolluée + Déchets
Futur = Eau chargée en ressources  + Energie et réactif  –> (bio raffinerie) –> Eau réutilisable + Energie + « ingrédient d’intérêts »

Biomasse confinée / « biostyr », procédés hybrides multifonctions biologiques le « biosep »
Permet de diminuer la taille des stations et leur coûts
Pour mesurer le potentiel impacts environnementaux, projet de modèles amphibiens alertes (grenouilles génétiquement modifiées / protéines fluorescentes) – prise en compte des polluants émergents, prédictibilité sur l’écosystème et pour la santé humaine

Traitement permet actuellement de récupérer de l’azote, du phosphore et de la matière organique
Projet – Des filières de traitement qui deviennent des sites de production – Production d’AGV (ex eaux usées) –> formulation de bioplastiques (polymère PHA)

Challenges pour l’innovation

  • Intensification des procédés physico-chimiques (biotechnologies)
  • Procédés peu énergivores ou à énergie positive
  • Procédés sans réactifs chimiques ou a réactifs recyclables
  • Maîtrise et contrôle de tous les impacts environnementaux
  • Valorisation des matières et sous-produits
  • Réseaux intelligents « smart tuyau – NDLR »

Question / Réponses

  • Recyclage de l’eau de pluie ? Fausse bonne idée – risque sanitaire doit faire partir du tout, ACV (analyse du cycle de vie), solution centralisée par rapport solution décentralisée – mélange des deux pour trouver la solution optimum
  • Penser éco-conception niveau médicamenteux
  • Le lien entre les technologies de Véolia et la manque d’eau dans les pays qui manquent d’eau (coût) ? Des technos rustiques existent
  • Eau minérale ? ACV catastrophique en terme de coût / empreinte carbone – eau embouteillée par rapport à l’eau du robinet. En Australie une ville de 2000 habitants a interdit l’eau en bouteille.
  • Le rôle des OGM pour résoudre le problème de l’eau dans les zones de stress hydriques  ? Pourquoi pas ?
  • Les bouteilles de Mme Mitterand ? Médiatique pour les pays du nord mais cela ne m’amènera pas de l’eau là où il faut. Rien ne remplace les tuyaux, les vannes et les pompes pour amener de l’eau aux personnes qui en ont besoin. Mère Teresa disait qu’il fallait faire payer l’eau à Calcutta pour qu’elle ne soit pas gaspillée. Le Maroc et la Tunisie ont réduit leur problèmes d’eau grâce à une meilleure organisation et en faisant payer l’eau

Une fois encore, cette séance a été passionnante, équilibrée et riche en échanges et connaissances partagées.

Les grands enjeux de l’innovation dans le secteur de l’eau (c) Pierre Metivier

Les grands enjeux de l’innovation dans le secteur de l’eau

Cette entrée a été publiée dans Innovation, et marquée avec , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

2 réflexions au sujet de « Les Mardis de l’Innovation – les grands enjeux de l’eau »

  1. Ping : Les enjeux de l’innovation dans le secteur de l’eau – conférence au CNAM du 08 juin 2010 « Pour un monde plus bio, plus solidaire

  2. Pierre Metivier Auteur de l’article

    Consommations : Un disjoncteur contre les fuites d’eau

    « Le dispositif Clip-Flow est basé sur une surveillance permanente du débit d’eau.

    La société lilloise Hydrelis vient de lancer la gamme professionnelle de son dispositif Clip-Flow, qui coupe automatiquement l’eau en cas de fuite. Une solution qui permet désormais outre des économies substantielles, d’effectuer des relevés de consommation à distance. »

    http://www.innovationlejournal.com/spip.php?article5698

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s