Wal-Mart, avec ou sans contact ?

Wal-Mart logo (c) Wal-Mart

Wal-Mart logo (c) Wal-Mart

Wal-Mart, le plus grand distributeur généraliste du monde, est également la seconde entreprise mondiale en terme de chiffre d’affaires (400 milliards de $ en 2009). Avec 1,9 million de salariés travaillant dans plus de 6 100 supermarchés et hypermarchés, le groupe peut revendiquer le titre de plus grosse entreprise du monde (adapté de Wikipedia).

Quand Wal-Mart annonce le développement d’applications RFID, l’information fait donc le tour des médias américains comme le Wall Street Journal ou français comme le Nouvel Obs.

D’après le WSJ, Wal-Mart est en cours de déploiement d’un système RFID intégrant des étiquettes UHF au format EPC  (Electronic Product Code) pour gérer, dans un premier temps, l’inventaire d’un certain nombre de produits textiles comme les jeans et les sous-vêtements. Ces étiquettes ne seront pas intégrées aux vêtements et pourront être enlevées par les consommateurs comme n’importe quelle autre étiquette. Ces étiquettes RFID ne seront pas non plus lues en caisse ; et donc il n’y aura pas de lien entre le consommateur et l’étiquette RFID elle-même.

Ce système a pour but d’améliorer la gestion des inventaires et des approvisionnements en magasin, permettant, par exemple, de savoir en temps réel si il manque des tailles de vêtement en rayon.

Wal-Mart n’est pas novice dans la technologie RFID. Dès 2003, la société avait adopté cette technologie pour gérer les palettes de ses immenses entrepôts et avait poussé ses fournisseurs à en faire de même. En mars 2008, environ 1000 magasins et 600 fournisseurs étaient équipés d’après TD Monthly. Peu d’informations sont disponibles sur ce déploiement à l’heure actuelle.

L’expérience annoncée il y a quelques jours est différente car il s’agit d’étiqueter les produits individuellement et non plus au niveau palette et donc il y aura un fort impact sur les volumes gérées et potentiellement de possibles applications pour les consommateurs. Wal-Mart montre également une certaine prudence en commençant par un nombre réduit de produits. Si l’expérience est positive, nul doute qu’elle sera étendue progressivement aux autres produits vendus par l’enseigne.

Ce retour de Wal-Mart dans la technologie RFID est clairement un signe positif pour l’industrie avec la potentialité de l’adoption de la technologie par l’immense écosystème Wal-Mart,  ses nombreux fournisseurs, et potentiellement ses concurrents.

Wal-Mart RFID Tracabilite (c) WSJ

Wal-Mart RFID Tracabilite (c) WSJ

TPE Sanscontact chez Best Buy

TPE Sanscontact chez Best Buy

A peu près au même moment, le 14 juillet, une interview  de Jamie Henry, « Director of payment services with Wal-Mart treasury organizations » sous forme de podcast a fait beaucoup moins de vagues et pourtant elle a également des répercussions possibles dans un autre domaine de l’industrie du sans contact, les cartes de paiement.

Mr. Henry explique que le distributeur souhaite adopter et voir adopter globalement le standard de carte bancaire EMV (associant puce et code PIN et développé par Europay, Mastercard et Visa). Ce standard est présent en Europe et dans de nombreux pays mais pas aux Etats-Unis. « Nous voulons fournir à nos clients les transactions les plus sécurisées et la technologie EMV (puce et code PIN) est celle qui fournit le plus de sécurité ». Tout en reconnaissant la difficulté de faire adopter à grande échelle cette technologie par les Etats-Unis, Mr Henry déclare travailler avec un certain nombre de partenaires pour trouver des solutions, à commencer par les consommateurs étrangers en visite dans les magasins Wal-Mart.

Dans la même interview, il doute de la valeur ajoutée des cartes de paiement sans contact, et en particulier dans le domaine de la sécurité des transactions. Ces cartes de paiement sans contact sont très utilisées au Japon, en Corée, commencent à l’être aux USA (Visa PayWave, Mastercard PayPass) et très peu en Europe.

Ces deux annonces chez Wal-Mart montrent que l’adoption des technologies sans contact est toujours en gestation, dans un sens ou dans l’autre, et que l’usage et le « business model », que ce soit en B2B ou en B2C, seront les drivers principaux de succès de ces technologies. Nul doute que nous reviendrons sur le cas Wal-Mart dans les prochains mois sur ce blog.

Merci pour vos commentaires sur l’un ou l’autre des sujets abordés

Pierre Métivier

Sources
FilRFID Le Nouvel Obs L’Expansion

Wall Street Journal RFID Journal

Walmart drives for EMV

Cette entrée a été publiée dans Sans contact, et marquée avec , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s