Archives mensuelles : août 2010

Les nouvelles des technologies sans contact du mois d’Août 2010

La revue de presse sans contact RFID NFC (c) Pierre Metivier

La revue de presse sans contact RFID NFC

En ce mois de vacances pour beaucoup, l’actualité du sans contact (Code-barre, RFID, NFC, M2M, IoT, …) a été très riche partout dans le monde, en annonces de nouveaux accords et de nouvelles applications dans des domaines aussi bien grand public (des bracelets Facebook ou des montres comme instrument de paiement) que professionnels (les cartes d’idendités allemandes, l’utilisation des téléphones mobiles comme moyen de paiements sans contact ou les poubelles de Cleveland).

Voila donc une sélection (non exhaustive comme beaucoup de sélections) de qu’il faut retenir de l’actualité de sans contact au mois d’Août 2010.

  • Le buzz sur Internet le plus important a été sans contact a été l’évènement Coca-Cola liant l’application Facebook et la technologie RFID. Dans un camp pour jeunes en Israël, chaque participant recevait un bracelet RFID. Après une activité, le participant pouvait grâce à son bracelet envoyé un « Like » sur son compte Facebook et donc updater / partager avec ses amis, son status, son état d’esprit et cela sans ordinateur ou téléphone d’un simple geste en approchant sa main d’un panneau marqué Facebook à la sortie de l’activité. Excellent résumé sur Blog de nuit

    Un geste, une manière naturelle de communiquer un état d’esprit qui a le potentiel de devenir une « killer app » pour le sans contact, à travers un bracelet ou son téléphone portable (avec la technologie NFC). Il est fort probable que c’est ce genre d’applications que nous verrons se développer lorsque les premiers téléphones NFC seront commercialisés

  • Sur ce sujet, Apple ne devrait pas être en reste puisque le deuxième buzz du mois a été autour une fois de plus d’un iPhone 5 qui serait NFC, rumeur alimenté par les annonces de l’embauche d’un spécialiste français du NFC et de nouveaux brevets. Sortie espérée d’un iPhone 5 NFC début 2011.
  • Dans le même type d’applications  (mise-à-jour sans contact des status Facebook ou d’autres applications du même type comme Twitter), une société espagnole Macunados propose le même type de services à travers des QR Codes.

    La solution présente l’avantage d’être disponible et de fonctionner sur de nombreux mobile mais l’inconvénient de l’obligation de charger une application à chaque fois sur son portable, la lancer, et lire le QR code. Le résultat est le même qu’avec une solution RFID/NFC (bracelet RFID ou téléphone NFC) mais cela prend beaucoup plus de temps et de manipulations.

  • Et en parlant de QR code, Tales of things est un projet permettant d’associer un QR code à un objet et de créer ainsi une base de données mondiales. Elle vous propose même de vous envoyer des QR codes à attacher à des objets.  Exercice de style à suivre.
  • Outre Rhin,  l’annonce que les cartes d’idendité allemandes seront équipées de puces RFID à partir du 1er novembre 2010 a été aussi très commentée. C’est la société néerlandaise NXP qui a obtenu ce contrat.

    Dans l’Autriche voisine, la société LAKS propose de payer d »un geste avec sa montre (et la solution Paypass de Mastercard intégrée dans le boitier).

  • Outre Atlantique, le paiement sans contact par téléphone mobile suscite beaucoup d’intérêt. Après l’annonce en juillet de l’accord de trois grands opérateurs mobiles, ATT, Verizon et T Mobile, pour expérimenter les paiements sur mobile avec la technologie NFC, la Banque of America teste avec Visa des solutions basées sur des technologies MicroSD permettant l’utilisation de nombreux téléphones existants – FR, US

    Devant le manque de téléphones NFC, et en vue d’accélérer le déploiement d’applications sans contact de type NFC, un certain nombre de solutions sont envisagées dont le MicroSD (nous en avons parlé récemment dans ce blog)

  • Toujours aux Etats-Unis, les poubelles de Cleveland, Ohio, vont recevoir des puces RFID pour inciter les habitants au tri sélectif.
  • Une polémique s’est créée entre la très sérieuse chaine d’information publique PBS et le RFID Live journal au sujet d’un reportage sur la RFID. Au delà des raisons de ce désaccord, force est de constater que ces technologies du sans contact deviennent des sujets intéressants les médias grand publics.
  • Outre Grande Muraille, la Chine n’est pas en reste. China Unicom a annoncé un investissement certainement record de 1,5 milliard de $ pour développer le NFC à Chongking et China Unicom.

Vous trouverez d’autres nouvelles en francais sur FilRFID comme une implémentation RFID-Wifi dans un groupe hospitalier belge ou la sécurisation des armes de la police britannique avec une solution de la société française Tagsys.

Sur le plan conférences, l’évènement RFID de la rentrée se passe à Toulouse où se tiendra le 1er congrès RFID dédié à l’Aéronautique, au Ferroviaire, à l’Automobile et au Maritime les 14 et 15 septembre 2010. Le 15 également mais à Paris, Les Mercredis de la RFID reprennent avec une conférence sur la «Certification des produits et solutions RFID». Vous pouvez enchainer par le forum Ocova 2010 à Gap les 16 et 17 septembre. Ocava signifie « Objets Communicants et Valorisation » et puis le très complet Smart Event du 21 au 24 septembre à Sophia-Antipolis.

N’hésitez pas à rajouter en commentaire à ce billet d’autres informations importantes sur le sujet passionnant du sans contact et bonne rentrée à toutes et à tous.

Pierre Métivier

Par delà la RFID et la NFC ; les autres technologies du sans contact

Logo service sans contact

Logo service sans contact

Les technologies du sans contact sont le sujet principal de ce blog. Les termes RFID et NFC reviennent régulièrement ; ce sont donc les technologies permettant toutes les applications décrites régulièrement sur ce site. Mais il existe d’autres technologies sans contact, également à base de radio-fréquences, ayant des caractéristiques différentes en terme de distance d’utilisation, de consommation énergétique, de coûts, de sécurité, de standards, de fréquences et donc des domaines d’applications également différents, comme la domotique par exemple. On les retrouve également en concurrence sur les applications traditionnelles de la RFID ou du NFC.

Quelques jours avant une conférence appelé « Alternative NFC solutions » à Taipei (et sans presque aucun rapport), nous allons lister dans ce billlet quelques unes de ces technologies radio-frequence alternatives et nous aurons certainement l’occasion de les approfondir dans un proche avenir.

Wi-Fi logo

Wi-Fi logo

Le Wi-Fi tout d’abord.  Un réseau Wi-Fi est connu pour relier sans fil de nombreux appareils informatiques (ordinateur, imprimante, téléphone mobile etc.) au sein d’un réseau informatique et ceci principalement sur la bande de fréquence 2,4 GHz. Il peut également être appliqué pour des applications de géo-localisation comme le proposent les sociétés Ekahau ou Aeroscout, et devient donc concurrentiel à des solutions de type RFID ou Zigbee. Très présent dans les entreprises et les domiciles de chacun d’entre nous, la technologie est très énergivore.

Bluetooth Logo

Bluetooth Logo

Le protocole Bluetooth a été développé pour permettre à des appareils électroniques de communiquer entre eux (comme les imprimantes, les PDA ou les téléphones mobiles). Opérant dans les mêmes fréquences que le Wi-Fi, cette technologie sans contact est très présente sur les téléphones mobiles et peut permettre de développer des applications sans contact comme avec la NFC. Malheureusement, dans sa version actuelle, Bluetooth prend beaucoup plus de temps à créer le lien de communication avec l’autre appareil (jusqu’à une dizaine de secondes) ce qui peut être rédhibitoire sur de nombreuses applications. La technologie consomme plus et ne peux lire des tags RFID HF (13,56 MHz ) de type Navigo. Les nouveaux développements de Bluetooth 4.0 devraient améliorer les performances dans tous ces domaines. A noter aussi Wibree, une version Low consommation de Bluetooth proposée par Nokia, intégrée à la version 4 du protocole Bluetooth ainsi que les développements de la société française Parrot, développeur du premier kit main libre Bluetooth, même si l’A.R. Drone se pilote grâce au Wi-Fi. Enfin, la société MobiNear a développé BlueNFC, une technologie permettant d’émuler les fonctionnalités NFC en utilisant Bluetooth, permettant potentiellement d’accélerer la disponibilité des applications de type NFC, puisque de très nombreux mobiles disposent du Bluetooth en standard et très peu du NFC. A suivre.

Zigbee logo

Zigbee logo

Le Zigbee est un autre protocole de communication dont le premier domaine d’application est la domotique / la maison intelligente. Les réseaux Zigbee sont des réseaux de capteurs comme des détecteurs de fumée par exemple. Le débit d’information et les distances sont relativement faibles, mais la consommation l’est également. La bande de fréquence est la même que le Wi-Fi et le Bluetooth 2,4 / 2,5 GHz. Il existe également des applications de géo-localisation, d’inventaires ou gestion de stocks à base de technologies Zigbee.

DASH7 Logo

DASH7 Logo

La dernière technologie brièvement présentée ici se nomme DASH 7, autour d’une alliance récente de constructeurs (comme Analog Devices, Texas Instrument, STMicroelectronics et des utilisateurs comme Michelin). Alliance très active, elle se place ouvertement en concurrence avec Zigbee dans les domaines de la domotique.

DASH7 s’appuie sur le standard ISO 18000-7, Active RFID sur une fréquence différente (433 MHz) des premières technologies présentées (Wi-Fi, Bluetooth ou Zigbee). Le débit est faible (27,77 kb/s) et la portée d’environ 100 mètres. Sur les mobiles, l’alliance décrit DASH7 comme un complément du NFC. Le NFC permet un grand nombre d’applications de type paiement mobile, transport, autorisation et DASH7 apporterait à ces même téléphones mobiles des applications de type domotique (contrôle des appareils électriques de la maison).

Il y a bien sûr d’autres technologies / protocoles permettant le développement d’application sans contact, comme le prometteur UWB (UltraWideBand), Ocari, Z-Wave, 6loWPAN (basé sur IPv6), ONE-NET (Open source)  ou MIIM (ou Mobile RFID) déjà abordé dans ce blog.

Est ce que toutes ces technologies vont se développer parallèlement, se regrouper voire disparaitre dans le cadre de l’Internet des Objets ? Est ce que des passerelles vont se créer ? Quelles seront les technologies dominantes ? Est ce qu’un seul standard technologique va émerger ou bien l’Internet des Objets étant tellement vaste, ces technologies cohabiteront ? Beaucoup de questions sans réponse à ce jour.

En attendant, certains fabricants n’hésitent pas à intégrer toutes ces technologies dans leur matériel, ce qui renforce le prix des équipements et freinent le déploiement. Nous aurons certainement l’occasion de revenir sur ce sujet dans les prochaines semaines / mois. N’hésitez pas à compléter cette liste si il y manque des technologies ou à commenter si avez une idée de ce que pourrait être ce marché dans quelques années.

Pierre Metivier

PS. Les termes comme NFC, Zigbee ou Bluetooth sont utilisés dans ce billet dans leur acceptation commerciale, comme un ensemble de technologies. A l’origine, ces noms peuvent désigner des protocoles de communication ayant permis les développements technologiques dont il est question dans cet article.

Pour en savoir plus

L’iPad, l’Internet des objets et le Guide du Routard Intergalactique

Douglas Adams - The Salmon of Doubt

Douglas Adams - The Salmon of Doubt

Douglas Adams est le génial auteur de la série du Guide du Routard Intergalactique (Hitchhiker’s Guide to the Galaxy). Dans ce livre écrit en 1979, il  a globalement décrit l‘iPad comme de nombreux observateurs l’ont signalé à la sortie de la tablette d’Apple.

http://matthewbenson.wordpress.com/2010/04/03/is-the-ipad-douglas-adams-hitchhikers-guide-to-the-galaxy/

http://www.nationalpost.com/news/story.html?id=2501385

Plus en rapport avec le sujet de ce blog, il a, dans un discours prononcé en Septembre 1998 à Cambridge, parlant de communication, décrit, sans la nommer clairement, une intuition proche ce que pourrait être l’Internet des Objets et la communication homme-machine. Ci joint ma traduction française de ce texte étonnant que l’on peut retrouver dans un recueil postume intitulé en anglais « The salmon of doubt, Hitchhiking the galaxy one more time » et en français « Fonds de tiroir« .

  • Prenez ce que j’ai dit plus tôt sur le monde qui ne réagit pas lorsque nous réagissons sur lui. Je me souviens le moment, il y a quelques années, où j’ai commencé à prendre au sérieux l’Internet. C’est un histoire très stupide. Il y avait un gars, un étudiant de recherche en informatique à l’Université de Carnegie Mellon, qui aimait boire des canettes de soda de la marque « Dr Pepper Light ». Il y avait un distributeur de boissons, à quelques étages de son bureau, où il allait chercher régulièrement son « Dr Pepper », mais la machine était souvent en rupture de stock, et donc il s’y rendait pour rien. Après réflexion, il a trouvé la solution: «Attendez, il y a une puce dans ce distributeur et je travaille sur ordinateur et il y a un réseau dans ce bâtiment, alors pourquoi ne pas simplement connecter le distributeur de boissons sur le réseau, comme cela, je pourrais interroger le distributeur à partir de mon terminal quand je veux, et savoir si cela vaut la peine de m’y rende ? » Alors il a connecté la machine au réseau local, mais le réseau local faisait partie de l’Internet – et donc, le monde pouvait voir ce qui se passait dans ce distributeur de boissons. Ce ne sont pas des informations vitales, mais elles sont devenues curieusement fascinantes, beaucoup de personnes ont regardé ce qui se passait avec le distributeur de boissons. L’intérêt s’est développé, parce que la machine ne disait pas uniquement : «La partie du distributeur contenant le Dr Pepper est vide», mais il y avait toutes sortes d’informations, du genre: «Il y a 7 Coke et 3 Diet Coke, le température est de tant, et la dernière fois que la machine a été rechargée est le tant. Il y avait beaucoup d’informations là-dedans, et il y avait un morceau d’information vraiment fabuleux : il s’est avéré que si quelqu’un avait mis leurs 50 cents et pas appuyé sur le bouton, c’est à dire si la machine était « enceinte », n’importe qui, à partir de son ordinateur, où que vous soyez dans le monde, pouvait se connecter à la machine à boissons et faire tomber la canette ! Quelqu’un pouvait marcher dans le couloir  quand tout à coup, bang! – Il y avait un Coca ! Quelles étaient les causes de l’apparition de cette canette ? Evidemment, quelqu’un à 10 000 km de là !
    Douglas Adams - Fonds de tiroir

    Douglas Adams - Fonds de tiroir

    Clairement, cette histoire à la fois stupide et fascinante m’a fait comprendre que c’était la première fois que nous avions pu agir sur notre monde. Ce n’est peut-être pas terriblement important qu’à 10 000 km de distance, nous puissions déclencher la chute d’une canette de Coca dans un couloir d’université, mais c’était la première fois que nous développions une toute nouvelle façon de communiquer. »

PS. Dans ce même recueil, il a écrit en parlant du World Wide Web,  « the only thing I know of whose shortened form – www – takes three times longer to say than what it’s short for. » 😉