Archives mensuelles : octobre 2010

Inventaire à la Prévert

Jacques Prévert en 1961 dans le film Mon frère Jacques par Pierre Prévert

Jacques Prévert (c) Wikipedia

Les technologies du sans contact sont utilisées dans de nombreux domaines à commencer par les inventaires. Inventaire, c’est justement le titre d’un célèbre poème de Jacques Prévert, d’où l’idée de reprendre cet inventaire, dadapter certains termes, et de ne lister que des usages en relation avec les usages du sans contact.  Saurez vous les reconnaître tous ?

Pardon Monsieur Prévert pour cet usage dévoyé de votre poème mais rassurez vous, j’ai pu sauver les ratons laveurs.

Pourquoi  les ratons laveurs ? Rendez vous en fin de billet.

InventaiRFID

Une pierre
deux maisons
trois capteurs
quatre portiques
un champ
des arbres

un raton laveur

une douzaine de jetons de casino un Nabaztag
une lame de rasoir
six chats
une bague et son étui
un monsieur portant un vêtement Quechua

un autre raton laveur

un employé vérifiant les stocks
un container attendant sur les docks
l’avion qu’on appelle Airbus
deux amoureux qui s’M2M dans le métro
un contrôleur de billet dans le Thalys
un instrument de chirurgie un Vélib
une abeille
des ruches
un coureur du Tour de France deux marathoniens trois pneus
deux filles joyeuses après un grand huit
une poche de sang une pelle mécanique un Modigliani non volé
un bus lisboète une puce active
une clé de voiture deux F1 des poubelles
une bouteille de lait en carton deux billets de concert trois entrées aux JO
un code deux bars trois code barres
une bouteille de Chassagne Montrachet
un ingénieur deux chirurgiens trois végétariens
une étagère intelligente une demi-pinte de bon sang
un DOD à l’américaine deux Pôles à la française huit Oysters à l’anglaise
une remontée mécanique
une bonne frousse, une carte du CROUS
un badge d’entrée une semaine de transport un mois de parking
un petit tag une grande affiche qui réfléchit
un Roomba rebondissant un réfrigérateur pensant et communiquant
une CNIL aux aguets douze associations s’ignorant mille et une expérimentations
une minute de silence (des puces)
une seconde d’inattention (électrique)
et …

cinq ou six ratons laveurs

un petit carton qui entre dans l’entrepôt en camion
un petit carton qui sort de l’entrepôt en dans un autre camion
une danseuse arduinesque dans un bocal
une fourmi
deux pierres précieuses
dix-sept boites de Viagra le passeport biométrique du juge d’instruction en vacances assis sur un pliant
un paysage avec des capteurs d’humidité dedans
une vache
un taureau
deux belles amours se jurant (carte de) fidélité un veau marengo (surgelé)
un soleil d’Oulu
un taxi deux cartes de crédit trois bracelets facebookiens quatre montres connectées trente deux livres quatorze mille quatre cent quarante trois ISO un milliard de téléphones portables quatre milliards d’objets treize milliards cinq cent soixante millions d’hertz des palanquais de tags

et …

plusieurs ratons laveurs.

et un raton laveur (c) Pierre Metivier

et un raton laveur (c) Pierre Metivier

PS. Et pourquoi donc les ratons laveurs ? Parce qu’il existe des chatières à base de technologie RFID permettant aux chats de rentrer chez eux avec leur collier AVEC puce (RFID), qui empèchent les ratons laveurs (raccoons) de pénétrer dans les maisons et de  dévaliser les cuisines. CQFD

Protéger les biens par les technologies sans contact

Chantier (c) FFB Bas Rhin

Chantier (c) FFB Bas Rhin

La protection des biens (et des personnes) a toujours été un sujet de société. Des oies du Capitole aux systèmes d’alarmes volumétriques actuelles, les technologies ont beaucoup évoluées et les voleurs se sont adaptés.  Les technologies du sans contact (radio fréquence avec ou sans identification – RFID ou portique anti-vol) sont déjà utilisées dans ces domaines. Chacun connait les portiques à l’entrée et à la sortie des magasins pour prévenir des vols et qui bippe si la puce anti-vol n’a pas été désactivée. Ce sujet a déjà été partiellement abordé sur ce blog.

Les conférences des « Mercredis de FilRFID » ont abordé le sujet des vols de chantiers (matériaux de construction, engins mécaniques, outils, huisseries, …). Ces vols coutent entre 1 à 2 milliards d’euros à l’industrie du BTP (Batiments et Travaux Publics). Des bandes organisées vont dérober ce matériel qui se retrouvera dans d’autres pays en suivant des filières très organisées. Les assurances en ce domaine sont rares et chères.

L@BORNE (c) Lagassee

L@BORNE (c) Lagassee

Pendant la conférence, des représentants de la Fédération Française du Batiment, des assureurs, des fabricants de solutions anti-vol, des sociétés de télé surveillance, et du Ministère de l’intérieur ont témoigné et échangé sur ce sujet, autour d’un cahier des charges co-développé avec FilRFID permettant la réalisation de solutions efficaces, à base de technologies sans contact complémentaires – RFID, capteur de mouvement, GPS et GPRS. Une première solution, L@Borne est déjà commercialisée par la société Lagassé et d’autres sont à venir.

Un troisième type de vol pourrait être évité par l’utilisation de ces technologies – le vol d’objet d’art. Mi-mai 2010,  cinq tableaux de Matisse, Braque et autre Picasso ont été dérobés au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris ; le système d’alarme standard volumétrique étant en panne. « Dites vous bien qu’il est plus difficile de voler un DVD chez Virgin qu’un chef d’oeuvre dans un musée européen » a déclaré Stéphane Breitweiser, l’Arsène Lupin des musées, cité par le Canard Enchainé. Un capteur de mouvement attaché à un tableau est certainement la solution la plus efficace contre le vol. Tout déplacement, tout arrachage, toute destruction de ce capteur, tout arrêt de l’alimentation électrique du bâtiment génère immédiatement l’alarme. Et ces capteurs ont une signature unique et ne peuvent donc pas être remplacés.

La Fee Electricite, Raoul Dufy (c) Pierre Metivier

La Fee Electricite, Raoul Dufy (c) Pierre Metivier

Passer de la protection volumétrique (Infra-rouge, radar) à une protection des objets eux-même par étiquette RFID (pour les objets de grande consommation) et capteur (pour les objets plus couteux) est certainement un des axes de développement les plus prometteurs de l’industrie du sans contact (RFID, M2M).

Les 5 ans du Pôle TES (Transactions Electroniques Sécurisées)

Logo Pole TES

Logo Pole TES

Le Pôle TES (Transactions Electroniques Sécurisées) a fêté ses 5 ans à Caen le 15 octobre 2010 devant son nouveau président élu, Jean-Pierre Le Couédic, une assemblée de responsables locaux et régionaux et les adhérents du pôle (sans oublier Nao).

Les Transactions Electroniques Sécurisées sont caractérisées par un échange dématérialisé d’information entre deux entités (personnes, ordinateurs, téléphones, cartes à puce,…) et sont donc un élément clé du futur Internet des Objets. L’utilisation d’une carte de paiement, d’un passe de transport comme Navigo, d’une carte Velib, d’une carte d’entrée dans une entreprise, génère une transaction électronique. L’utilisation des futurs téléphones mobiles NFC et autres objets nomades va faire exploser le nombre de transactions électroniques et augmenter d’autant les besoins de sécurisation de ces échanges, d’où l’importance des projets soutenus par la pôle TES.

Le rôle du pôle est donc de mettre en relation des PME innovantes, porteurs de projet, des écoles et universités, des centres de recherches et des industriels confirmés, et de créer un écosystème favorable au développement de ces projets. Une fois retenu par le pôle, le projet est labellisé (officialisé) et peut bénéficier du support des industriels participants ainsi que des financements régionaux et nationaux.

Et pourquoi Caen, me direz vous ? La réponse est simple. Le centre de R&D de NXP (ex-Philips), l’une des deux sociétés (avec Sony) ayant développé la technologie NFC, se trouve à Caen, et les premières expériences d’applications NFC en France se sont déroulées à Caen dès 2005, expériences qui ont permis l’étape suivante de pré-industrialisation des applications, actuellement en cours à Nice ville NFC. Caen a aussi vu la naissance du projet Pegasus en 2007 (l’ancêtre de PayezMobile) et le projet Ulysse en 2008, qui a jeté les bases d’une coopération autour de la billettique sur mobile.

NFC Container

NFC Container

Plus de 110 membres font partie du Pôle TES. De grands acteurs industriels comme Orange, Bouygues Telecom, NXP, Gemalto, Ingénico, cotoient des sociétés de transports comme Transdev, Véolia, la SNCF ou la RATP, toutes les grandes banques / acteurs financiers (GIE Carte Bancaires) et des PME/PMI plus pointus comme Taztag (déjà cité dans ce blog), Airtag, Connecthings, Prylos, NTX Research, HighDeal et bien d’autres.

88 projets ont été labellisés dans les domaines des transactions électroniques sécurisées et du sans contact, parmi lesquels le NFC Container, une plateforme de développement de nouveaux services NFC.

Membres du Pole TES

Membres du Pole TES

Durant les différentes interventions de cette matinée anniversaire, le maitre mot a été usage. Passer de l’expérimentation à l’industrialisation. Créer des « usages qui ne laissent personne en marche, quelque soit la génération« , dixit Jean-Pierre Le Couédic. Les différents orateurs en provenance d’Orange Labs, de Digital Airways, du GIE Cartes Bancaires, de l’ENSICAEN ont rappelé l’importance de la coopération enseignement, recherche, industrie et l’importance de susciter des projets, les labelliser et les financer.

La concurrence n’a pas été oublié ; une saine émulation existe avec d’autres pôles abordant des sujets se chevauchant parfois et en particulier System@tic, CapDigital et le Pôle SCS en région PACA.

La matinée s’est terminée avec une présentation sur l’Open Innovation et le Design Thinking par  Olivier Cotinat, « The Montecito group » et celle de Jean-Michel Billaut, sur le Futur 2.0 toujours aussi passionnant. Nous reviendrons dans un autre billet sur ces deux interventions. En attendant vous pouvez lire le CR de Jean-Michel et sa présentation.

Jean-Michel Billaut, NAO et l'équipe du pole TES

Jean-Michel Billaut, NAO et l'équipe du pole TES

De nombreux signes montrent la montée en puissance des technologies sans contact, que ce soit à travers le projet Nice ville NFC, les applications de plus en plus nombreuses de cartes d’étudiants, de transport, de billettique, quelque soit leur « form factor », le paiement par carte de crédit sans contact et l’arrivée enfin imminentes de téléphones NFC.

En attendant l’arrivée de ces nouveaux usages, bon anniversaire au Pôle TES et à ses membres en vous souhaitant de nombreux  projets innovants et en particulier dans le sans contact.