L’Internet des Objets au salon Cartes 2010 – 2ème partie

Cartes 2009

Cartes 2009

En marge d’une conférence de présentation du salon Cartes et Identification 2010, quatre approches complémentaires / quatre visions de l’Internet des Objets ont été présentées.

Dans le billet précédent, nous avons résumé le point de vue de Gérald Santucci pour la Commission Européenne.

L’orateur suivant a été Daniel Borleteau, membre du Groupe de travail “New Form Factors” à Eurosmart et Renesas, un fabricant de semi-conducteurs. Eurosmart est une association représentant l’industrie de la sécurité numérique. Mr Borleteau a abordé les problèmes potentiels de sécurité dans le monde polyforme de l’internet des objets, en partant de deux exemples : le pèse-personne connecté et les compteurs intelligents en cours d’installation dans toute l’Europe. Les compteurs, ces éléments indispensables du « smart grids », vont apporter un grand nombre d’informations détaillés aux fournisseurs d’énergie, leur permettant de mieux connaitre, mieux réguler la consommation énergétique et mieux gérer les pointes de consommation.

Daniel Borleteau, Eurosmart

Daniel Borleteau, Eurosmart

Pour le consommateur, ce compteur pourra lui permettre de prendre conscience de ses habitudes de consommation, les corriger éventuellement. Ces compteurs pourraient également permettre au producteur de répercuter les changements de prix de l’énergie, les prix de gros étant négociés toutes les 30 minutes sur le marché. Ce compteur, connecté au système d’information du distributeur, saura ce que nous faisons dans la maison (heure du lever, utilisation de la TV, heure du bain (chauffe-eau électrique), …) de la même façon que le STIEF en Ile de France connait les habitudes des franciliens en terme de transport en commun (passage dans les gares de départ, de transit et d’arrivée grâce au Pass Navigo).

Il est important que les industriels protègent ces données pour empêcher des accès frauduleux. Dans le cas des compteurs intelligents, ils sont connectés en CPL (courants porteurs en ligne) sur le réseau électrique, des réseaux non sécurisés, ce qui signifie potentiellement qu’il est possible d’accéder à toutes les informations énergétiques du quartier, voire la possibilité pour des hackers de fermer les compteurs à distance avec toutes les conséquences que cela entrainerait. Connaissant la prolifération du hacking, fishing, et autres spams sur l’Internet, Mr. Borleteau est persuadé que des actions équivalentes verront le jour dans l’Internet des Objets.

Citant ensuite les pèse-personne connectées Withings, il a ajouté que ce type d’utilisation nécessite beaucoup moins de contrôle et un niveau de confidentialité plus limité.  Il n’en reste pas moins qu’un grand nombre d’applications nécessiteront du cryptage lourd et de l’authentification sécurisée.

Geoffrey Zbinden, Orange

Geoffrey Zbinden, Orange

Le dernière intervenant, Geoffrey Zbinden a deux casquettes. Il est à la fois, directeur, M2M Corporate, Orange et auteur d’un livre intitulé « L’internet des objets, une réponse au réchauffement climatique« . La définition de l’Internet des objets par Mr. Zbinden est celle du M2M, le Machine To Machine, un composant important de l’Internet des Objets, développé par les opérateurs puisqu’il comporte un composant communication 2G/3G et permet de vendre des SIM et des abonnements données.

Quelques chiffres – 15 Millions de cartes SIM dédié au M2M en Europe, GPS, GPRS, fin 2009, loin devant les Etats-Unis et la Chine, potentiellement près de 100 MM en 2020. Mr Zbinden rappelle que la technologie n’a pas de sens si elle n’est au service d’un usage comportant un « business model’ ce qui est le cas du M2M.

Reprenant ensuite le contenu de son livre, Mr Zbinden explique que les technologies de l’internet des objets font partie des solutions aux problèmes de la planète, surtout si elles sont « imposées » par les gouvernements, que ce soit en Europe ou par la gouvernance étatique en Chine qui encourage le dévelopement de l’internet des objets. Le président américain est également très conscient de l’importance de la maitrise de ces technologies pour assurer de la croissance du pays et assoir sa suprématie économique.

Mr. Zbinden a ensuite listé les domaines dans lesquels le M2M pouvait aider à la sauvegarde de la planète et en particulier dans les domaines de la gestion de la bio-diversité, l’optimisation des tournées des apiculteurs, de la gestion des décharges, de l’utilisation de réseaux de capteurs enfouis permettant une irrigation optimisée, une baisse de la consommation de l’éclairage public, les arbres taggués RFID de la mairie de Paris permettant d’optimiser les déplacements des employés, la surveillance à domicile des patients atteints de maladies chroniques, la baisse de la consommation de carburant des flottes de véhicules suivies par des applications de « fleet management ».

Il considère que ces technologies pourraient introduire un bouleversement aussi important que l’électricité en son temps.

Le débat qui a suivi a permis d’aborder les sujets liées à l’énergie photovoltaïque, le besoin de normes à l’échelle mondiale et le besoin de rassurer les citoyens sur les bienfaits de ces technologies ; un grand nombre de sujets qui seront débattus à l’occasion de Cartes 2010.

Nous y serons.

Quelques photos du salon Cartes 2009

Cette entrée a été publiée dans Sans contact, et marquée avec , , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

2 réflexions au sujet de « L’Internet des Objets au salon Cartes 2010 – 2ème partie »

  1. Ping : Twitted by VisitezParis

  2. Solaire photovoltaique

    « Il est important que les industriels protègent ces données pour empêcher des accès frauduleux. »
    Espérons que ce sera fait de manière efficace. Je n’ose pas imaginer combien seraient intéressés par ce genre d’informations…

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s