Archives mensuelles : novembre 2010

L’innovation participative, enjeu sociétal ? 2ème Partie

Carrefour de l'Innovation Participative (c) Pierre Metivier

Carrefour de l'Innovation Participative (c) Pierre Metivier

« L’innovation participative, enjeu sociétal ? » était le thème du Carrefour de l’Innovation Participative (IP), un colloque annuel de 2 jours, ouvert à tous, organisé par I’association Innov’acteurs. Après une première journée riche en expériences françaises et internationales déjà résumée dans ce blog, la deuxième journée l’a été tout autant (riche) et a débuté avec l’intervention de Marc Giget, président de l’Institut Européen de Stratégies Créatives et d’Innovation. Marc est également professeur au CNAM et ses cours font régulièrement l’objet de billets dans ce blog.

Son sujet était Open source et innovation, le cas d’un projet unique : « Cités collines » Avec 150 000 développeurs et 400 millions d’utilisateurs de Mozilla, la qualité des produits et la puissance de développement d’un tel modèle n’est plus à démontrer. L’open source s’étend au dela du logiciel (modèle Mozilla/Wikipedia) à tous les domaines. Le projet des cités collines reprend ce concept.

Moulay Idriss (c) Pierre Metivier

Moulay Idriss (c) Pierre Metivier

Pitch – Imaginer des cités pour les 2,5 Md de mal logés dans le monde (principalement dans les pays du sud), et les 2 Md qui arrivent. Il existe un besoin de villes nouvelles. Prise en compte des désirs, des besoins et des nouvelles technologies et de leur combinaison – être heureux, le green, gestion des déchets / des transports / des services publics, évolutions technologiques nouvelles possibilités

Une vision basée sur les expériences architecturales du passé et l’adhésion à une vision. Cristallisation autour d’un projet. Etudes d’une quarantaine de grandes villes innovantes. Ces villes ont toujours été des coeurs de réseaux internationaux, interculturels, un creuset, un lieu de rencontre. Liberté, initiatives, lieux de rencontres.

Marc Giget et Les Cités Collines

Marc Giget et Les Cités Collines

Persepolis, Carthage, Rome, Machu Picchu, Athènes, la cité idéale de Piero della Francesca à la Renaissance, Helsinki, besoin de s’élever – Tour de Babel, phare d’Alexandrie, aller vers le haut
Sao Paulo, 1523 km2,  11 millions d’habitants, les villes étendues et plates engendrent la dispersion des transports et des services publiques.

« Cités Collines » n’est pas un projet architectural mais un projet de villes à trente ans.

La Burj tower à Dubaï, la plus haute tour du monde a couté 1,2 Md €, mais elle réduit le coût du m2.

Marc Giget et Les Cités Collines

Marc Giget et Les Cités Collines

Etudes des villes et des structures, une caldera centrale au coeur de la ville, des coupoles inversées, les habitations sur les collines, les parties communes dans les hauteurs, l’infrastructure à l’intérieur des collines.

Le projet constitue un référentiel commun, chacun garde ses droits / respect total de la propriété intellectuelle. Définition de la gourvernance – entre 10 et 15% d’éléments imposés

« C’est un nouveau concept il faut le jeter plusieurs fois par terre pour le tester » Marc Giget.

Entre la théorie et la pratique, si on veut contribuer, il faudra attendre un peu.

Après l’intervention de Marc Giget,  Muriel Garcia, Présidente d’INNOV’ACTEURS et Responsable pôle IP RH et Management, GROUPE LA POSTE a fait le point sur les développements et les activités de l’association.

Innovation Participative

Innovation Participative

 

Ann-Charlotte Teglborg, ADVANCIA

Ann-Charlotte Teglborg, ADVANCIA

Ann-Charlotte Teglborg, Enseignant chercheur, ADVANCIA a présenté les « Facteurs clés de succès des démarches d’Innovation Participative« . Cinq années d’enquête auprès des entreprises postulant aux trophées de l’Innovation Participative ont permis de développer un panorama des facteurs clés des démarches d’innovation participative.

Brève histoire,  l’innovation peut émerger n’importe où, fortuite, informel
1880, première expérience, en  Ecosse William Denny, direction du chantier naval de Dumbarton, premier système d’incitation à l’innovation participative, invention des ouvriers, comité des prix
1880 Groupe d’action volontaire chez les poêles Godin
1927 Système de suggestions chez Michelin
1931 URSS, système « rational » dans toutes les usines, quota d’idées fixé

innovation OU participation, essentiellement centrée

  • sur la participation – modèles de la soupape
  • sur l’innovation / exploration – modèle de l’enclave

1991, March, exploitation de l’existant (incrémental), OU exploration du nouveau (routine breaking)

Créer un espace protégé, accompagnement, incertitude, risque
Modèle IP comme levier de la qualité (incrémentale) – Air France, Michelin, Banque Postale, Renault
Modèle de l’entreprise ambidextre, Société Générale, process stabilisé, exploitation de l’existant et développement du nouveau, les employés sont incités à proposer des nouveaux services et produits
Modèle : Employee driven innovation firm, organisation par projet, réinvention à travers des équipes projets

Retours d’expérience – ne pas trop organiser, ne pas être trop rigide, comment faciliter sans trop organiser
Sens stratégique fort de la démarche et vision démultipliée
Club Med,  repositionnement haut de gamme – Magellan. rester pionnier, accroitre la rentabilité, développer la satisfaction client, capitaliser, mobiliser et impliquer les collaborateurs, conquérir de nouveaux clients, trouver un sens local à la démarche, donner du sens, développer du sens pour les managers / employés

Une implication effective de la direction, Route de l’innovation, rencontre des dirigeants avec innovateurs sur le terrain, Réunica, Club Med
Renault, Cléon, 5 000 personnes, rituel, la visite du directeur à la rencontre de l’opérateur, marque d’attention, créer du lien social

Emergences d’idées nouvelles, show-room et forum – Legrand et Bouygues (espaces dédiées, couleurs différentes)
Ruche/forum, Orange, marché aux idées, Formation-action
L’innovation est l’appropriation des inventions à travers la transformation et les usages.

Société Générale / Mairie de Besançon – rapport d’étonnement après 100 jours, idéees
Séances de créativité de + en + professionnalisé, prestataires internes. Collectif vs. collaboratif (avec outils web 2.0, permet de mettre en relation les personnes). IBM utilise le Jam, sessions thématiques, l’économie de l’éco-efficacité, analyse sémantique des résultats
Passer de l’idée au projet, Différencier le mode de traitement des idées simples et des idées complexes – SNCF, AXA, Réunica, démarche de startup internes
Prévoir un traitement ultérieur des idées avant- gardistes

Un sponsor décisionnaire se porte garant. Porter l’idée, piloter par les délais, multiplier le sponsorship.

Duplication /diffusion des bonnes pratiques, articulation avec la qualité – Club Med

Maillage organisationnel fort. Réseau d’innovateurs IP comme levier de management : vers un management de l’innocation, intégré à l’organisation du travail
Synergie entre innovation participative et institutionnelle, volonté vs. pratique
La démarche est trop souven top down et peu d’appropriation par les employés/ouvriers/techniciens

Articulation entre IP et RH, mesurer l’impact économique et social d’IP et se méfier des indicateurs de gestion, permet de piloter, de donner de la légitimité

Perspectives – open innovation et innovation participative, innovation collaborative, internationalisation

Présidée par Jean-Pierre Bel, DGA opérations et territoires, ERDF, la cérémonie des Trophées de l’Innovation Participative 2010 a clôturé la matinée.

  • Innovation Intégrée – Graine d’idées – Expanscience laboratoires, Philippe Miska, 25% de réalisation des idées
  • Innovation participative de services – Véolia Eau, Sud-Est, Ensemble , entreprendre eautre
  • Innovation participative industrielle – SNCF Technicentre de Paris Nord, 40% de chaque employé de l’établissement émet chaque année une idée – 500 agents
  • Prix de l’Espoir de l’Innovation Participative – Le Courrier, La Poste pour le programme BIP
  • Prix spécial – encouragements du jury – Ville de Rennes, Concours d’idées individuelle et collective d’innovations pour le développement durable pour le personnel de la Ville de Rennes

Bouygues Telecom, BNP Paribas Securities Services et CGI ont également été récompensés en tant que finaliste.

Carrefour de l'Innovation Participative 2010 (c) Pierre Metivier

Carrefour de l'Innovation Participative 2010 (c) Pierre Metivier

Charles-Antoine Souplet, BEARING POINT (c) Pierre Metivier

Charles-Antoine Souplet, BEARING POINT (c) Pierre Metivier

Charles-Antoine Souplet, BEARING POINT a ensuite présenté un « cahier de tendances » appelé « De la boite à idées à l’innovation 2.0. L’innovation collaborative dans tous ses états ! », une étude très complète d’une cinquantaine de pages, basée sur un large panel de participants. La bonne nouvelle est que  75% du CAC 40 ont mis en place des programmes d’innovation participative salariés

Typologie 1 – Innovation collaborative salariés – ICS

  1. Communauté de pratique – restreint en terme de population, amélioration la duplication / réplication d’innovation – Air France Industry / best practices,  PIQ – programme innovation qualité (frontière ténue)
  2. Lean Innovation – l’ensemble des salariés participe, besoin de relais, Orange 5000 experts (pour expertiser les idées), « on n’est jamais à l’abri d’un succès », Exemple d’un collaborateur Orange en vacances qui a vu l’implantation de pylônes d’éclairage pour un stade de foot et à proposer une nouvelle méthoide permettant d’implanter des antennes plus rapidement
  3. Pépites – Petit noyau de collaborateurs experts, top management s’implique – CISCO, John Chambers, les intégrateurs et fournisseurs sont impliqués dans le cycle d’innovation Cisco pour améliorer l’adoption

Typologie 2 – Innovation participative clients – IPC

  • Conversation – Caisse d’Epargne concours avec les jeunes, communauté RATP pour inventer le transport de demain
  • Partage de concepts – sélection opaque par la société, les idées sont peu enrichies
  • Co-constuction – faire participer le client – DGME, site « ensemble simplifions » (ou focus group)
  • Test d’offre 2.0, pour les communautés d’expert de la marque, l’Atelier SFR, 5000 personnes, permet de tester les nouveaux produits, outil de priorisation en terme de budget

Les 7 liaisons fondamentales

  1. Le sens,  « Back to basics »
  2. La Transparence, « Clair comme de l’eau de roche »
  3. Une logique d’animation, « Plus on est de fous, plus on rit ».
  4. Une logique de rythme, « La jouer allegro »
  5. Valorisation, « Rendre à César ce qui est à César »
  6. Logique d’indicateur, « Chaque chose en son temps »
  7. Simplicité, « Simple comme un bonjour »

Les quatre éléments d’un dispositif collaboratif salarié (ou clients) – les acteurs, les conversations, les documents et les idées

Les solutions logicielles  (même si il y a une sensation de ne pas trouver de solutions dans un marché non lisible et fragmenté)

  1. Réseaux sociaux d’entreprise (avantage – permette de regrouper des collaborateurs)
  2. Plateforme conversationelle externe (post blog)
  3. Plateforme conversationelle interne
  4. Gestion documentaire
  5. Système de gestion des idées

De nouvelles frontières – l’état en silo (TGV labs SNCF) l’état connecté et l’état maillé
De nouveaux jeux de role – l’intrapreneur, l’idea angel – too much love / too much date, le community manager, la direction informatique, la direction innovation

La conférence s’est terminé par la présenation des innovations au quotidien, films et témoignages en provenance de Véolia Eau, Solway, AXA, AG2R La Mondiale, Safran, Air France Industries et le Groupe La Poste.

  • AG2R La Mondiale, idees.ag2Rlamondiale.fr
  • Air France Industrie, gagner du temps sur les opréations, le programme PIQ,  6000 idées, 20 M € d’économie !
  • Véolia Eau, rouleau pour les lourdes plaques,  Mobil’Eau
  • Solvay, Véronique, les ouvriers améliorent les process dans les usines Jura
  • La Banque Postale, série « Les Experts »
Carrefour de l'Innovation Participative

Carrefour de l'Innovation Participative

En conclusion, ce furent deux jours de partages et découvertes de riches expériences d’innovations plurielles, des PME danoises aux expériences des grands groupes du CAC 40 français. Vous y ajoutez deux belles interventions de Norbert Alter et Marc Giget et deux zestes d’études (Bearing Point et Advancia) et vous obtenez une conférence passionnante.
Merci à l’équipe d’Innovacteurs.

Pierre Métivier

Les photos du deuxième jour

Carrefour de l'Innovation Participative 2010 (c) Pierre Metivier

Carrefour de l'Innovation Participative 2010 (c) Pierre Metivier

L’innovation participative, enjeu sociétal ? 1ère Partie

Carrefour de l'IP (c) Innovateurs

Carrefour de l'IP (c) Innovateurs

Innov’Acteurs est une association dédiée au développement de l’Innovation Participative dans les organisations.

Pour rappel, l’Innovation participative est une « démarche de management structurée visant à stimuler et à favoriser l’émission, la mise en oeuvre et la diffusion d’idées par l’ensemble du personnel en vue de créer de la valeur ajoutée et de faire progresser l’organisation » (site d’Innov’Acteurs). Elle fait partie d’un type de management appelé « management des idées » (Wikipedia).

L’association a pour principales missions de promouvoir l’Innovation Participative en France, fédérer toute activité contribuant au développement de l’Innovation Participative, contribuer aux apports méthodologiques et à la professionnalisation, organiser des échanges et des partages d’expériences et stimuler la veille et la réflexion prospective.

Muriel Garcia, INNOV’ACTEURS

Muriel Garcia, INNOV’ACTEURS

Dans ce cadre, Innov’acteurs organise le Carrefour de l’Innovation Participative, un colloque annuel de 2 jours, ouvert à tous, réunissant plus de 300 personnes autours d’interventions et de témoignages d’experts, de praticiens, d’innov’acteurs et qui s’est tenu les 25 et 26 Novembre 2010. Le thème en était : L’innovation participative, enjeu sociétal ?

Animé par Stéphane Bergounioux, journaliste et réalisateur, DFITV et illustré avec humour par le dessinateur Aster, le programme proposé a été riche et passionnant.

Norbert Alter et Stéphane Bergounioux

Norbert Alter et Stéphane Bergounioux

Après les introductions de Muriel Garcia, Présidente d’INNOV’ACTEURS / Responsable Pôle IP RH du GROUPE LA POSTE et Maria Bonnafous-Boucher, Directeur de la recherche ADVANCIA-NEGOCIA (qui accueille dans les locaux d’Advancia ce colloque), Norbert Alter, Professeur à l’UNIVERSITE PARIS-DAUPHINE et co-directeur du Master « Management, travail et développement social » a développé  le sujet « Innovation et lien social dans les entreprises » en 11 points. A l’aide d’exemples pertinents et souvent drôles, de parallèles entre les entreprises et les sociétés primitives, en faisant appel à l’anthropologie et la sociologie, il a montré l’importance du lien social dans l’entreprise. Ces démarches d’innovation participative, en permettant le don vers les autres, la reconnaissance des idées de chacun et leur appropriation par tous, peuvent être clairement un plus dans l’entreprise. « Il vaut mieux préserver la créativité spontanée en lieu et place d’un nouvel indicateur de réduction des coûts » Cette intervention fera l’objet d’un billet spécifique dans ce blog, tant l’intervention a été riche.

Kirsten Vibeke Møller, AARHUS UNIVERSITY

Kirsten Vibeke Møller, AARHUS UNIVERSITY

Ensuite, Kirsten Vibeke Møller, AARHUS UNIVERSITY a présenté le projet européen « EDI » (Employee-Driven Innovation). EDI est un programme de recherche européen (17 pays) consacré au développement de l’innovation participative. En Mars 2000, le conseil européen met en place les priorités pour le développement de l’Europe, basées sur trois piliers ; le Social (plus de jobs), l’environnement et l’économie (recherche et innovation). En 2006, force est de constater que c’est un échec en terme de création de postes. Une des raisons invoquées est que l’investissement a été fait dans le cadre de grands programmes, de labos de recherche, d’ingénieurs et de scientifiques mais très peu vers les employés, les techniciens ou les ouvriers. Dans le cadre du « 7th Framework program », la Commission décide d’investir 53 Mds € sur le « triangle de la connaissance », Education, Recherche et Innovation en se focalisant sur les sciences et les techniques et les personnes en bout de chaine, celles qui réalisent les tâches. Et c’est dans ce cadre que le projet EDI se développe. Sa mission est de permettre à tous les employés européens d’apprendre et d’innover dans le cadre de leur travail.

Deux modes pour apprendre ou innover, STI –  Science Technologie et Innovation, DUI – Doing Using Interacting, un modèle basé sur l’expérience.
Les responsables du programme sont très conscients des différences d’organisation du travail dans les pays européens et en tiennent compte. Leurs propositions n’ont pas de caractères obligatoires pour les entreprises européennes.

Le site de EDI Europe

La deuxième partie de la matinée a été consacrée à deux retours d’expérience d’entreprises danoises:  EPOKE et l’Odense Waste Management Company Ltd

EPOKE DK

EPOKE DK

EPOKE est une entreprise d’environ 220 personnes fabricant des saleuses, ces camions projetant du sel et autres produits chimiques pour rendre les routes praticables lorsque l’hiver arrive. Elle compte parmi ses clients français la SAPN, ASF, Cofiroute ou des villes comme Megève. La présentation a été faite par  Jørn Christensen, le Managing Director et Niels Aasted, un contremaitre et représentant du principal syndicat de l’entreprise. Et manifestement les rapport entre la direction et les syndicats dans l’entreprise sont constructifs et cordiaux.

L’innovation fait partie de la culture de l’entreprise.  Les mots clés la caractérisant sont dialogue, liberté d’agir, respect, initiative, confiance. Les idées de l’équipe sont régulièrement utilisées pour des améliorations voire de nouveaux véhicules. Un prototype de nouveau véhicule a été créé sans même que la direction soit au courant et ce prototype est devenu un modèle fabriqué en série.

L’appropriation des idées des employés accélère l’appropriation des projets correspondants. Motivation des employés, projets encouragés par la direction.

Le business d’EPOKE est saisonnier, la société dispose de plus de temps au printemps pour des projets « employee driven » Et il n’y a pas de récompense spécifiques pour les employés ayant innové pour le bien de l’entreprise.

Odense Waste Management Company

Odense Waste Management Company

L’Odense Waste Management Company Ltd est une société, sans but lucratif, qui gère la collecte des déchets pour la ville d’Odense. Elle dispose de personnels, de différents types de véhicules et des centre de tris de déchets.

Les employés de ce type d’entreprise ont souvent moins d’éducation et moins de revenus que la moyenne, ce qui ne les empêchent d’avoir des idées. Quand les employés font partis d’un projet d’innovation, il sont clairement « involved ». La société développe des systèmes de ramassage souterrain par courant d’air dans des tuyaux, pour limiter le nombre de camions et les nuisances sonores.

S = M+C      Success = motivation + convenience
C = I + I      Convenience = information + infrastructure

Il n’y a pas de séminaires d’innovation dans l’entreprise. L’innovation est intégrée naturellement aux valeurs de l’entreprise. Une des innovations d’un employé (sur la manière de déplacer les containers et poubelles) a permis de réduire de 50% des maladies liées aux postes (accidents musculaires, problèmes de dos, ….)

La valorisation des employés et leur reconnaissance sont des valeurs clé de l’entreprise. Les ramasseurs deviennent des ambassadeurs de l’environnement.

Fin de la matinée. Pour des raisons d’emploi du temps, je n’ai pas pu assister à l’après-midi de cette première journée.
Et le compte rendu de la  deuxième journée
Pierre Metivier

PS Quelques photos de la matinée

Odense Waste Management Company by Aster

Odense Waste Management Company by Aster

Retour sur l’évènement Progilog, Traçabilité et Solutions RFID 2010

Progilog 2010

Progilog 2010

En fin d’année, il y a, à Paris, deux évènements incontournables pour toutes les personnes intéressées aux technologies du sans contact ; le salon Cartes à Paris Villepinte du 7 au 9 Décembre (centré sur les applications liées à la carte à puce sous toutes ses formes) et l’évènement Supply Chain en trois parties Progilog, Traçabilité et Solutions RFID  (couvrant les technologies et applications de la logistique et et la traçabilité sous toutes ses formes y compris code barres et RFID bien sûr).

Ce dernier salon a eu lieu les 24 et 25 Novembre à la Porte de Versailles et j’y étais à la fois en tant que visiteur et conférencier. Ce compte rendu, très orienté technologies sans contact, laissera de coté malheureusement de nombreuses sociétés et services.

Coté visiteurs, il faudra attendre les chiffres des organisateurs, mais basé sur le remplissage des salles des conférences et des groupes participants à l’espace de démonstration, il me semble que l’intérêt pour ces technologies ne se dément pas tout au contraire.

Coté exposants, la majeure partie des principaux acteurs du marché étaient présents. Pour n’en citer que quelques uns, on pouvait retrouver les stands de Zetes, Intermec, Maintag, Frequentiel, Orange Business Services, Neopost ID, NXP, Atos, Hub Telecom, les belges de RFIDEA, Axway, Ubi Solutions, Tagsys, Baracoda et Fireflies et leur  solution RTLS,  Les institutionnels étaient également présents comme le Centre National du RFID (dont je fais partie), le Pole National de Traçabilité de Valence, le CITC EuraRFID de Lille (que je salue cordialement, en tant que lecteurs de ce blog, merci à vous), le CRCI de Bourgogne ou l’association RFID Bretagne Développement.

Conférence supply chain

Conférence supply chain

N’ayant pas assisté à toutes les conférences, je ne peux juger de leur fréquentation mais celle à laquelle j’ai participée s’est déroulée  à guichet fermé. Animé par Eric Wanscoor, Qweeby, (solution de dématérialisation) et avec Bruno Cambounet d’Axway, Laurent Gonzalez,  Trevise (entre autres), et Christophe Devins, Adents, cette Session Pédagogique sur la Traçabilité a permis de présenter un aperçu général des tenants et aboutissants d’un système de traçabilité moderne.

Mon intervention a été consacré aux liens de plus en plus fort entre marketing, logistique et client, un sujet déjà abordé sur ce blog.

Démo Logistique RFID

Démo Logistique RFID

Enfin, une plateforme de démonstration dédiée au textiles permettait aux visiteurs de voir en action les technologies de type RFID dans une environnement logistique.

Il existe de nombreux salons et conférences sur ces sujets. Cet évènement, très professionnel et de taille humaine, est à noter sur son agenda pour tout professionnel souhaitant voir un panorama complet des solutions existantes.

Rendez vous l’année prochaine pour l’évènement Progilog, Traçabilité et Solutions RFID 2011.

Quelques photos de l’évènement

Pierre Métivier