Le marché de la RFID, une interview sur discoverrfid.org, un site d’EPCglobal et GS1

DiscoverRFID

DiscoverRFID

EPCglobal, une filiale de GS1, est l’organisation chargée de développer les standards industriels EPC (Electronic Product Code) en liaison avec l’utilisation de la technologie RFID (Radio Frequency Identification, identification par radiofréquence). Sans standards, la RFID, ainsi que tous les technologies du sans contact présentées dans ce blog, ne pourraient se développer. C’est donc une tâche importante que gère cette organisation à but non lucratif comprenant des fabricants, des distributeurs et des fournisseurs de services technologiques et logistiques.

Logo GS1 et EPCglobal

Logo GS1 et EPCglobal

En marge du développement de ces standards, EPCglobal a développé discoverrfid.org, un site orienté consommateur pour permettre de mieux appréhender la RFID, comprendre l’EPC, et montrer comment cette technologie aide les entreprises, les institutions et les organisations.

Des experts du domaine y sont régulièrement interviewés et j’ai eu l’honneur de pouvoir partager mon point de vue sur le site. Voilà donc une version très légèrement éditée de cet interview que vous pourrez retrouver dans la rubrique  « Ce qu’en disent les spécialistes« . Et je ne peux que vous encourager à parcourir le site ainsi que toutes les autres interviews.

Deux précisions

  • Le terme RFID est ici utilisé au sens large, IDentification par Radio Fréquence, et s’étend globalement à toutes les technologies sans contact.
  • L’interview a été réalisée en anglais et traduite en cinq langues car ce site est disponible en anglais, français, espagnol, allemand, russe et hongrois.

Selon vous, comment la RFID s’intègre-t-elle actuellement au monde de l’entreprise ?
La RFID est passée du concept à la réalité. Il y a de nombreux exemples de déploiement de la RFID, notamment dans le commerce, pour les chaînes d’approvisionnement, le transport, la distribution, l’identification, la billetterie et bien d’autres activités. Mais, je pense que la RFID ne va réellement prendre son essor et gagner en visibilité qu’en pénétrant davantage le secteur du commerce direct entre entreprises et consommateurs.

Quand cela se produira-t-il à votre avis ?

Le Pass Navigo © RATP / Marguerite Bruno

Le Pass Navigo © RATP / Marguerite Bruno

Le processus est en marche : nous utilisons déjà la RFID en maintes occasions. Lorsque vous vous servez d’un badge d’accès pour pénétrer dans le bâtiment où se trouve votre bureau, lorsque vous présentez votre carte d’abonnement aux tourniquets du métro parisien ou londonien, lorsque vous louez un vélo dans une station de location en libre-service dans une ville européenne ou ailleurs, lorsque vous engagez votre voiture sur la voie réservée aux abonnés à un péage d’autoroute, vous utilisez déjà des applications de la RFID. Mais, je pense qu’on peut situer le véritable point de basculement au moment où les applications RFID arriveront dans nos poches dans nos smartphones par le biais de la technologie NFC ou communication en champ proche. Les téléphones NFC vont nous donner accès à de nombreuses applications, dont certaines nous sont déjà familières, et dont bon nombre restent à inventer. L’industrie prévoit d’équiper les téléphones mobiles avec la technologie NFC dès 2011.

Qu’est-ce que l’utilisation de la RFID apporte de particulier ou de différent ?
La RFID permet aux entreprises de créer des applications qui ne nécessitent aucun contact physique, ce qui n’est pas le cas actuellement avec les cartes de crédit, ou bien des applications qui permettent une lecture sans ligne de visée, à la différence des codes à barres. Grâce à la RFID, plus besoin d’appuyer sur un bouton ou d’insérer une carte dans une fente. Il n’y a plus de contact ni de toucher : un simple geste suffit. Comme avec une baguette magique ! Qui plus est, cette technologie peut être utilisée avec différents facteurs de forme : un téléphone, un bracelet, une clé de voiture, une clé USB, etc. Cela ouvre la voie à une manière de penser différente et à bien d’autres usages nouveaux.

Quelle est votre vision de l’avenir de la RFID ?
Honnêtement, c’est très difficile de se projeter dans le futur. En partie, parce que la RFID offre tellement de possibilités, notamment en association avec d’autres technologies telles que les réseaux de téléphonie mobile, les systèmes de localisation en temps réel, ou toutes sortes de capteurs. Le secteur du commerce et de la distribution utilise beaucoup la RFID, et je pense que cette dynamique va s’amplifier dans ce secteur d’activité : non seulement pour la chaîne d’approvisionnement et la gestion des stocks, mais aussi pour la fidélisation de la clientèle et les cartes de paiement, par exemple. La RFID est essentielle pour développer ce qu’on appelle l’Internet des objets qui consiste à doter les objets d’une forme d’ « intelligence ». Par exemple, un pack de yaourts pourrait se mettre en vente, lorsqu’il sait que sa date de péremption approche.

La gestion des systèmes ouverts et fermés est un défi qu’il va falloir relever. Le succès de l’Internet tient au fait qu’il est bâti sur des standards ouverts clairement définis. Dans son prolongement naturel, de nombreuses entreprises disposent désormais d’intranets qui sont des systèmes fermés construits sur le modèle ouvert de l’Internet. Pour la RFID et l’Internet des objets, c’est l’inverse : certaines entreprises mettent en place des systèmes RFID fermés qui ne sont pas basés sur des standards internationaux ouverts. Il en résulte que leurs systèmes RFID ne pourront pas dialoguer avec d’autres systèmes. Par conséquent, il sera plus difficile de créer un Internet des objets ouvert à l’échelle planétaire.

Certains consommateurs s’inquiètent du respect de la vie privée. Pensez-vous que la RFID présente des risques à cet égard ?

La protection de la vie privée est un enjeu qui doit être traité avec attention, mais cela pose moins de problèmes qu’on ne le pense. Les lois qui régissent les téléphones mobiles ou les cartes de crédit s’appliquent de la même manière au domaine de la RFID. Les informations encodées dans une étiquette RFID se limitent pour l’essentiel au numéro du produit. Or ces données n’ont aucune signification, si on n’a pas accès au système informatique de l’entreprise détentrice du code. Par ailleurs, une étiquette RFID utilisée dans la grande distribution ne contient aucune information relative au consommateur. Les internautes partagent beaucoup plus d’informations personnelles sur leur page Facebook qu’on ne pourra jamais en trouver sur les étiquettes RFID des produits. Alors c’est vrai que la protection de la vie privée est un sujet sérieux, mais je pense qu’on a parfois tendance à trop l’amplifier. Une technologie nouvelle tend toujours à effrayer certaines personnes. Mais ces craintes ne doivent pas freiner le développement de nouvelles applications de la RFID.

Comme toujours, vos remarques et vous commentaires seront les bienvenues.

Pierre Métivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :