Neul et son innovation de rupture pour l’Internet des objets

Neul, the internet of everything

Neul, the internet of everything

Alors que vient de se terminer la 3ème édition de la Conférence européenne sur l’internet des objets « 3rd Annual Internet of Things conference » à Bruxelles (nous y étions, nous y reviendrons très prochainement dans ce blog), un autre sujet a fait le buzz pendant la conférence – la startup britannique Neul et une nouvelle technologie sans fil utilisant des plages de fréquence appelées « White spaces« .

Ces plages de fréquences UHF/VHF ne sont pas utilisées ou se situent entre des plages de fréquences utilisées par la télévision analogique (entre 600 et 800 MHz aux USA). Avec le passage à la télévision numérique, ces plages de fréquences deviennent de plus en disponibles et permettent de créer des nouveaux réseaux de télécommunications.

Pourquoi cette technologie sans fil serait elle une innovation de rupture ? La réponse est en grande partie dans son coût, très faible par rapport à celui des réseaux 2, 3 et 4G des opérateurs de télécommunications. L’infrastructure de ces réseaux est couteuse, les coûts des licences d’utilisation élevés. Les opérateurs amortissent ces coûts par des abonnements à des prix élevés, vers les smartphones par exemple. Dans le cas d’application de type gestion de flotte (suivi en temps réel de véhicules), les véhicules sont équipés d’un module, d’une carte SIM et de l’abonnement mensuel correspondant. Dans le cas de l’internet des objets, il n’est pas pensable de connecter des milliards d’objets avec des abonnements données et des cartes SIM, les objets n’ayant pas toujours besoin de transmettre de grandes quantités d’information. Les solutions Neul permettent la connexion économique d’objets tels les compteurs intelligents, les voitures, les applications esanté, le commerce ou la future Cité intelligente / Smart cities.

Neul logoOutre le coût très inférieur que ce soit en terme matériel, d’infrastructure, de consommations énergétiques et de licence, les fréquences utilisées permettent de passer à travers les murs et permettent donc une utilisation universelle indoor /outdoor. Elle risque de remettre en cause les « business models » M2M actuels des opérateurs traditionnels et permettre le décollage réel de l’Internet des objets.

Est ce le simple effet de l’annonce d’une startup ? Ce n’est pas le cas. En 2008, Google avait annoncé l’intention d’utiliser une technologie similaire et les mêmes fréquences sur un projet nommé « Wifi 2.0 » ou « Wifi on steroids » et une coalition avec Dell, Intel, Hewlett-Packard Co, Philips et Samsung milite en ce sens. Neul a annoncé en marge de la conférence la disponibilité de la technologie ainsi qu’une levée de fonds importante de près de 13 Mio €. Des implémentations grandeur nature sont en cours avec une association, le ‘Cambridge Consortium’ composée de la BBC, BSkyB, BT, Cambridge Consultants, Microsoft, Neul, Nokia, Samsung, Spectrum Bridge and TTP. Enfin, la solution est agréée FCC/Ofcom, les régulateurs US et UK.

Et la France ? Dans le cadre de la recherche pour cet article, nous n’avons pas trouvé d’information en français sur le sujet, que ce soit sur la société elle-même ou sur les bandes de fréquences utilisées et leur disponibilité. L’entrée ‘White space » de Wikipedia n’a pas d’équivalent français et nous n’avons pas trouvé sur les sites de l’ANFR,  l’Agence Nationale des Fréquences, qui gère les autorisations d’émettre ou de l’Arcep, l’Autorité de Régulations des Communications Electroniques  d’informations pour compléter cet article. Nous continuons nos recherches (auprès des opérateurs et des agences nationales) et nous aurons l’occasion de le compléter au fur et à mesure des informations reçues et trouvées. N’hésitez donc pas à commenter et compléter cet article certainement incomplet.

En attendant, si ces fréquences « White spaces » deviennent réellement disponibles comme cela est le cas en Grande Bretagne et aux Etats-Unis, cette technologie sans fil et sans contact va permettre un développement beaucoup plus rapide de l’Internet des objets en rendant possible une infrastructure économique et efficace, la connexion de millions d’objets entre eux et de nombreuses applications et services nouveaux.

A suivre.
Pierre Métivier

White spaces

White spaces

Sources

  • Article du blog de Pachube,
  • Le site de Neul
  • Communiqué de presse NEUL
  • Un article de The Register
  • L’ANFR – Agence nationale des Fréquences, qui gère les autorisations d’émettre –
  • L’ARCEP – L’autorité de régulations des communications électroniques et des Postes
  • CSA – Conseil Supérieur de l’Audiovisuel
  • Google « white spaces » 2008 – Reuters / TechCrunch

Un commentaire pour Neul et son innovation de rupture pour l’Internet des objets

  1. sjudith dit :

    Bonjour,
    merci pour cet article.
    SIGFOX Wireless, en France, utilise une technologie radio et propose en ce sens une solution de rupture en terme de coût/performance également.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :