Archives mensuelles : septembre 2011

NFC World Congress – Le NFC version opérateurs telecom

O-Ren Ishii, Kill Bill (c) Wikipedia

O-Ren Ishii, Kill Bill (c) Wikipedia

« I promise you right here and now, no subject will ever be taboo. Except, of course, the subject that was just under discussion. » O-Ren Ishii, Kill Bill, citation pouvant s’appliquer à l’utilisation de la SIM card comme Secure Element des mobiles NFC pour les opérateurs telecom.

Les conférences comme le NFC World Congress sont un lieu permettant de faire un point sur une industrie ou un écosystème. Ce premier keynote n’a pas dérogé à la règle. Dénommé  « Building up the NFC Pillars« , il a réuni des représentants du Forum SMSC, du NFC Forum, du GSMA, de Samsung, de MasterCard, de Gemalto et d’Orange. « La technologie NFC est devenu une opportunité immédiate pour toutes les entreprises prêtes pour en profiter avant les autres ! 

François Lecomte, Forum SMSC

François Lecomte, Forum SMSC

Dans cette première partie, les principaux leaders du marché NFC partageront leur vision et la feuille de route pour mettre en œuvre avec succès cette technologie. Ils vous donneront une vision claire de ce qui a été réalisé aujourd’hui dans des domaines clés et ce qui reste à faire pour permettre à un marché € 100 Mds € dans un proche avenir ».

Pour Francois Lecomte, le chaiman de la conférence et Forum SMSC, NFC signifie a Near Future is Coming. Ses messages tournent autour de création de valeur, travail coopératif, investissement local, standard et interopérabilité. Le NFC permet des services simples, pratiques, proches, « safe » et universels. Maintenant !.
Koichi Tagawa, NFC Forum

Koichi Tagawa, NFC Forum

Pour Koichi Tagawa, NFC Forum et Sony, de plus en plus de mobiles (une dizaine aujourd’hui, une quinzaine à venir), tablettes et autres périphériques sont disponibles. Mr. Tagawa passe en revue les travaux du Forum en particulier les différents modes de fonctionnement du NFC  y compris le peer-to-peer (promu par Google NDLR). Le NFC est une technologie horizontale, s’applique à de nombreux « devices » et cas d’usages. Les Jeux Olympiques de Londres 2012 mettront en avant de nombreuses applications NFC.

Anne Bouverot, GSMA

Anne Bouverot, GSMA

Pour Anne Bouverot et le GSMA (l’association mondiale des opérateurs téléphoniques), les applications-clés sont le ticketing, le paiement, le contrôle d’accès (bureaux, hotels) et le couponing. Parmi les quatre solutions pour sécuriser les applications (sticker, micro SD, embedded et SIM-based), la SIM Card en tant que « secure element » est la seule solution préconisée et les opérateurs mobiles sont les entreprises les plus capables de gérer l’écosystème NFC parmi les principaux acteurs que sont l’industrie du mobile, de la finance, les services et les acteurs du secteur public. A la question « Google ne passant pas par la SIM ou les opérateurs télécom pour son Wallet, la SIM comme Secure Element est elle vraiment la seule solution ?« , Mme Bouverot a répondu très diplomatiquement que des discussions étaient en cours avec Google. A suivre.

Dr. Hankil Yoon, Samsung

Dr. Hankil Yoon, Samsung

Ensuite, le Dr. Hankil Yoon, Samsung Electronics, par sa présence sur la conférence et par sa présentation, a clairement démontré le choix fort de sa société envers le NFC et cet investissement est de longue durée.  « NFC is about security (user presence), context (location) and intention (must touch) ». De nombreuses implémentations existent en Corée (smart NFC zone) et ailleurs. Tous les prochains mobiles Samsung intègreront la technologie NFC par défaut. (Encore faut il que cette fonctionnalité soit activée – NFLR).

Jean-Claude Deturche, Gemalto

Jean-Claude Deturche, Gemalto

Jean-Claude Deturche, Gemalto, a élargi le propos en présentant les développements du mobile banking en Afrique en reprenant l’exemple maintenant bien connu de M-Pesa (qui n’utilise pas le NFC mais des mobiles de base) et bien sûr a insisté sur l’importance de la confiance et de la sécurité, les métiers de base de sa société.

John Lambert, de MasterCard Europe

John Lambert, de MasterCard Europe

« Banking is not a happy place to be ! »  a déclaré John Lambert, de MasterCard Europe. Il a rappelé que dans un premier temps, la technologie NFC ne sera impliquée que dans une petite partie des systèmes de paiement. MasterCard est un partenaire privilégié de Google dans le Google Wallet lancé aux Etats-Unis pendant le congrès.

Thierry Millet, Orange

Thierry Millet, Orange

Pour terminer, la partie Services et Usage a été couverte par  Thierry Millet, Orange. Le marché est naissant, personne ne peut y aller seul. Déjà 150 000 mobiles NFC Cityzi en France, a décrit les implémentations de Nice, de Strasbourg et de Caen (et son stade de football).

Les acteurs (entre parenthèses) de cette première conférence ont fait passer un message bien sûr lié à leurs stratégies et leurs modèles économiques : L’écosystème NFC démarre enfin (Forum NFC, Forum SMSC) par la volonté des opérateurs télécom (GSMA, Orange) de fournir des téléphones NFC (Samsung) pour faire principalement des applications de paiement (MasterCard) sécurisées (et contrôlées par les opérateurs télécom) grâce au « secure element dans la SIM » et les TSM – Trusted Services Manager (Orange Business Services, Gemalto). Nous reviendrons dans un prochain billet sur le sujet TSM qui a beaucoup été abordé à la fois dans les conférences et les questions des congressistes.

Cette vision, simplifiée par l’auteur de blog, est l’un des axes de développement de l’utilisation du NFC. D’autres approches existent bien sûr, abordées également pendant le congrès, utilisant d’autres modes du NFC (comme le peer2peer) ou la lecture de tag (mise en avant par Nokia), des applications sans paiement, des applications ludiques liées aux réseaux sociaux, des applications sans téléphones (cartes, clés,..).  Et beaucoup d’autres restent heureusement à imaginer.

Nous verrons cela dans les prochains billets. A suivre.

Pierre Métivier

Visite de Nice et de ses services sans contact NFC Cityzi

Cityzi, Nice

Cityzi, Nice

Il y a des tâches professionnelles plus agréables que d’autres. La visite du Vieux Nice sous le soleil à la recherche d’activités liées au NFC et autres applications sans contact en fait partie.

Dans le cadre du NFC World Congress, dont nous avons publié un premier compte rendu, les sociétés Orange, Samsung et Veolia Transdev ont offert la possibilité aux délégués du Congrès de découvrir et d’expérimenter les applications sans contact déployées dans la Ville de Nice dans le cadre du projet Cityzi. Nous étions deux groupes de vingt, dont la majeur partie internationale, l’expérience de Nice étant un laboratoire d’usages connu dans le monde entier.

A l’aide de mobiles Samsung Wave prêtés pour l’occasion, il nous a été possible de tester en condition réelle d’exploitation, trois types de services : les informations touristiques, le transport et l’achat dans de nos consommations dans un café, ce qui correspond aux trois industries moteurs dans l’application des technologies sans contact : le tourisme, le transport et le commerce.
Tourisme, Cityzi, Nice

Tourisme, Cityzi, Nice

    • Le tourisme tout d’abord avec la lecture d’étiquettes NFC, placées à des endroits touristiques (étiquettes NFC complétées de Flashcode pour les utilisateurs de mobiles non NFC). Celui que nous avons testé présente une église du Vieux Nice. Le simple fait d’approcher son mobile NFC déclenche le lancement du navigateur interne et l’affichage d’une page d’information correspondante. L’accès à ces mêmes informations par la version Flashcode est un peu plus plus complexe, puisqu’il faut d’abord penser à installer une application de lecture de Flashcode, puis utiliser la caméra pour scanner le code avant obtenir l’information. Les avantages du NFC dans ce domaine sont clairement la rapidité et la simplicité d’utilisation.
    • Transport, Cityzi, Nice

      Transport, Cityzi, Nice

    • Nous avons ensuite pris le tram qui fonctionne dès à présent avec des cartes de transport sans contact (la carte Azur) comme en région parisienne (la carte Navigo) et dans de nombreuses autres villes françaises. Un mobile NFC permet d’émuler la carte de transport à travers la solution BPass. Il suffit ensuite d’approcher son mobile pour valider son passage, plutôt que sa carte. L’avantage principal est qu’il est possible de renouveller son abonnement ou d’acheter des tickets individuels immmédiatement disponibles sur le mobile plutôt que de faire la queue devant un guichet ou un automate de la régie de transport local, ce qui représente un gain de temps réel, les franciliens sans carte intégrale apprécieront.
Commerce, Cityzi, Nice

Commerce, Cityzi, Nice

  • Enfin, la troisième expérience a consisté à payer nos consommations dans un café niçois à l’aide de nos mobiles. L’opération est d’une simplicité enfantine, très proche de celle faite avec une carte de paiement standard. Une fois le montant affiché sur le TPE – Terminal de Paiement Electronique apporté par le commerçant, on approche simplement le téléphone et on confirme l’achat avant obtention d’un reçu.
Que retenir de ce petit périple et des premiers retours d’expérience de Cityzi à Nice ?
  • L’usage d’un mobile NFC est très simple, que ce soit pour le transport, l’accès aux informations touristiques ou au paiement
  • La valeur d’usage ajoutée apporté par le mobile NFC est claire pour le transport (accès plus facile aux tickets unitaires ou recharges hebdomadaires ou mensuelles) et pour le tourisme (accès à des informations locales). Pour la partie paiement, c’est un moyen supplémentaire avec un gain relativement faible par rapport à une carte standard (dans le cas testé). Par contre, le mobile NFC peut remplacer à la fois la petite monnaie, un porte monnaie de type Monéo, et une carte bancaire traditionnelle, simplement avec un seul objet, le mobile que l’on a (presque) toujours sur soi.
  • Il est clé, pour les applications sans contact se développent qu’elles soient visibles, que leurs présences soient clairement identifiées. C’est le cas dans les transports, arrêt de bus, tramway, et donc l’utilisation est très naturelle. C’est moins le cas dans les commerces, où il a été difficile de trouver les indentifiants / marques / signes indiquant la présence de TPE sans contact. Pour que l’usage s’établisse, il faudra que le consommateur prenne l’habitude de payer dans les commerces, et l’infrastructure TPE à Nice, pourtant plus développée qu’ailleurs, n’est pas visible, contrairement à l’infrastructure transport.
  • L’affichage des services sans devra être standardisé. Il est existe un logo Cityzi mais il n’est pas le seul. Une demi douzaine de logos, signifiant services sans contact / NFC cohabitent et risquent de créer une certaine confusion.
  • Une clarification de l’utilisation (ou pas) de la 3G pour l’obtention d’informations touristiques ou tout autre information est nécessaire. Par exemple, avant l’obtention des information sur notre église, un message indiquait que l’affichage de la page pouvait occasionner des coûts sans plus de précision, ce qui est naturellement un message peu rassurant surtout pour les visiteurs internationaux à qui s’adressent également ces services.
  • L’existence d’une infrastructure sans contact est indispensable dans les cas paiement et transport. Dans ce domaine, les cartes sans contact et les mobiles NFC vont cohabiter et l’usage des premières va s’étendre naturellement au mobile au fut et à mesure de leur disponibilité.

Avec l’arrivée des technologies sans contact en standard dans les mobiles des opérateurs, il va être intéressant de suivre le développement des usages à Nice mais aussi à Strasbourg, Caen et toutes les grandes agglomérations qui se sont lancées dans une offre de services sans contact. La disponibilité des mobiles NFC, des applications et de l’infrastructure correspondante sont des conditions nécessaires mais non suffisantes. Le consommateur décidera de l’adoption ou non de ces services.

En attendant, Nice est une bonne expérience de pré-industrialisation permettant l’utilisations des services quotidiennement. Les prochains mois devraient nous donner des indications sur l’avènement ou pas des applications et des services mobiles sans contact basés sur la technologie NFC en France.

Liens

Pierre Métivier

NFC World Congress – un congrès dynamique et encourageant pour l’avenir du NFC

NFC World Forum

NFC World Forum

Dans la pinède de Sophia Antipolis et sous le soleil provençal s’est tenue la première édition du NFC World Congress, un congrès dédié aux technologies et applications sans contact NFC.

Deux messages forts sont à retenir de ces trois jours de conférences.

  • Tout d’abord des signes tangibles qu’enfin, le NFC entre dans une phase d’industrialisation. Jusqu’à présent, l’écosystème faisait penser au départ d’une course sur vélodrome où les pistards font du sur-place pour ne pas se découvrir et lancer la course en premier. C’est en train de changer, grâce à une volonté affichée et annoncée de (presque) tous les constructeurs de mobiles (Samsung et Nokia en tête) et aussi des opérateurs télécoms (en particulier Orange en France) de mettre ces smartphones NFC de dernière génération dans leurs boutiques et à disposition du public. Deux des pistards se sont donc lancés, peut-être également influencés par l’arrivée d’un nouveau coureur sur la piste – Google. On peut donc espérer que les autres parties prenantes et en particulier les fournisseurs de services se lancent également dans la course pour fournir des applications utilisant la technologie sans contact.
  • Ensuite, le NFC World Congress a totalement justifié son approche internationale. Venus du monde entier, (nous avons croisé des représentants en provenance de Corée, d’Inde, de Lituanie, du Japon, de Finlande, d’Australie, du Canada, de la Russie, pour ne donner que ces exemples), les intervenants et les participants ont échangé et partagé leurs expériences, test, pilotes et implémentations réels de services sans contact. La possibilité donnée aux conférenciers de visiter Nice sous l’angle NFC / Ciyzi a permis à nombre d’entre nous de tester la réalité de technologies sans contact sur mobile pour valider son transport, pour acheter un croissant ou obtenir des informations touristiques.Nous reparlerons de cette visite dans le prochain billet.
Paiement sans contact, Cityzi, Nice

Paiement sans contact, Cityzi, Nice

Les autres messages à retenir de ce congrès sont

  • Une volonté forte des opérateurs télécom pour bouger l’écosystème avec la présence d’Orange et du GSMA (l’association mondiale des opérateurs télécom) compléter par les nombreuses annonces d’Orange sur le ticketing M-Stadium et la quasi disponbilité à grande échelle du dernier Samsung Galaxy S2 NFC / Cityzi, un smartphone dernière génération
  • La disponibilité des smartphones NFC de dernière génération – Samsung mais aussi Nokia. Tous les OS mobiles sauf l’IOS d’Apple ont annoncé un support NFC. Samsung et Nokia était très présent sur le congrès.
  • Des chiffres encourageants, présentés par NXP. 70 mobiles et 10 tablettes NFC sont en cours de développement. Les applications NFC disponible sur Android sont passées de 2 en Janvier 2011 à 135 en Août, 600 millions de cartes de transport abonnés  sans contact
  • Les industries les plus avancées – le transport, le commerce et le tourisme.
  • Plusieurs approches complémentaires / opposées, c’est selon, pour développer le NFC
    • pour les opérateurs, le maître mot est paiement et le mode émulation de cartes, c’est à dire, le transfert des cartes de fidélité, de paiement, de transport, de clés de bureau ou d’hôtel sur le mobile. Votre carte Navigo et votre carte Visa/MasterCard sont transférés sur votre mobile. Cette approche nécessite la disponibilité d’une infrastructure – TPE – terminaux de paiement électronique sans contact en cours d’installation. Ces applications sont complexes à mettre en oeuvre car ils nécessitent un niveau de sécurité extrêmement développé d’où les discussions autour des TSMs et des SIM-based secure elements.
    • pour Nokia, c’est une approche ludique, basé sur les réseaux sociaux, les jeux multi-joueur, le partage de musique, l’utilisation d’accessoires supplémentaires, qui est mis en avant en utilisant les modes NFC – lectures d’étiquettes et peer to peer pour les jeux. Des étiquettes NFC sont livrées avec les mobiles NFC à des fins pédagogiques. Ces applications sont moins complexes et ne nécessitent pas d’infrastructure.
    • et puis il y a Google, avec une troisième approche (nous en avons déjà parlé dans ce blog)
  • Le développement des applications partout dans le monde – Des exemples de services sans contact sont venus d’Espagne, de Russie, de Corée, de Japon ou de France bien sûr avec Nice.

Les absents

  • les banques. Visa et Mastercard étaient les seuls acteurs majeurs présents dans ce domaine même si pouvait rencontrer des congressistes en provenance d’instituts financiers. Cette absence contrastait avec le discours de certains intervenants pour qui le paiement est l’utilisation #1 du mobile sans contact.
  • Google, absent mais dans dans tous les esprits et présent à travers deux partenaires – MasterCard et Vivotech, tous les deux parties prenantes dans le développement de Google Wallet.

Quelques questions toujours en suspens

  • Quelles applications NFC disponibles aujourd’hui en France ? Il y en a peu mais elles se développement rapidement et il est nécessaire de les cartographier.
  • A quand les services de type transport sur les mobiles NFC ? On pense en particulier à la Carte Navigo qui malgré une volonté politique forte du Conseil Régional d’Ile de France tarde à être disponible sur mobile NFC.
  • Comment communiquer sur la présence de services sans contact dans les villes et les lieux publics. La signalisation est à la fois dispersée (trop de logos différents) et très peu visible et ce qui explique par exemple la faible utilisation du paiement sans contact sur mobile à Nice.
  • Quel business model ? La question a souvent été posée dans les conférences sans réelle réponse satisfaisante tout en sachant qu’il est difficile de généraliser.

Tous ces sujets feront l’objet de comptes rendus plus détaillés dans les prochains jours et semaines y compris des interviews réalisés auprès de l’AFSCM, de Nokia, d’Inside Secure et l’UNice, toutes autour du NFC.

Cette première édition du NFC World Congress a été réellement dynamique et dynamisante pour les participants, bravo à Richard Bricaire et son équipe. Il semble montrer que malgré les obstacles importants sur la route de l’industrialisation, le mouvement vers l’intégration du NFC dans les smartphones, le développement d’applications et l’arrivée de ces services dans notre quotidien  est réellement en marche en cette fin d’année 2011 et que 2012 devrait enfin voir l’avènement grand-public des services sans contact.

NFC from « Not Currently Found » to « a New Future is Coming » ?

NFC World Forum

NFC World Forum

NFC World Forum

NFC World Forum

Pierre Métivier
Avec ou sans contact