Le mobile, facteur d’innovation industrielle et humanitaire dans le m-santé et le m-banking

Le mobile et ses usages, Gemalto

Le mobile et ses usages, Gemalto

Mercredi 28 septembre a eu lieu à la Cantine à Paris, une conférence organisée par Gemalto intitulée « Le mobile et ses usages : une nouvelle révolution sociale« , un titre un peu fourre-tout mais qui s’est avéré très juste comme nous le verrons. Avant de revenir sur le contenu de cet événement, commençons par un mot sur Gemalto, une société peu connue du grand public et pourtant indispensable au fonctionnement et la sécurité de nos mobiles à travers (entre autres) des cartes SIMs dans les mobiles, des SIMs en tant que Secure Element dans les mobiles NFC et en tant TSM, Trusted Service Manager, tiers de confiance de l’écosystème NFC.

La soirée a été très riche en information et vous pourrez retrouver toutes les slides en fin de billet. Nous avons eu entre autres un état des lieux de l’Internet mobile par Christophe Romeï du site servicesmobiles.fr, une présentation complète de l’écosystème NFC par Thierry Keoberlé de Gemalto ou une présentation de la part du mobile dans les réseaux sociaux et d’un Facebook universel sur SIM pour tout téléphone mobile (et pas uniquement les smartphones) par Alexandre Szyda de Gemalto.

Contrairement au contenu habituel de ce blog, ce n’est pas de NFC dont nous nous allons parlé mais plutôt revenir sur deux interventions de Laurence Allard, Sémiologue, Maître de conférences, Sciences de la Communication, Université Lille 3 et chercheuse associée à l’IRCAV de l’Université Paris 3 et auteure de « Mythologie du portable« , aux Editions Le Cavalier Bleu.

Laurence Allard, Université Lille 3

Laurence Allard, Université Lille 3

Mme Allard a montré que dans deux domaines d’activités – la santé et de l’accès aux services bancaires – des changements radicaux aux services des causes humanitaires sont en cours et ce, grâce aux téléphones mobiles, et pas uniquement ceux de dernières générations.

Sur la partie « m-banking« , les acteurs des pays industrialisés comme Gemalto, présentent principalement les smartphones (et en particulier ceux équipés de la technologie NFC) comme des outils permettant de développer / simplifier / accélérer le paiement ; un simple geste pour acheter plus vite, plus simplement ou tout simplement plus. Et c’est effectivement un axe de développement. Mais ces mêmes téléphones et leur versions plus anciennes, moins smart, sont également utilisés dans les pays en cours de développement, où la « bancarisation », l’accès aux services bancaires est très limité. L’exemple M-PESA est le plus connu. Mme Allard a cité d’autres développement au Niger, en Syrie, à Haïti et un dernier exemple liant la santé et le m-banking, Mamabika, permettant à des femmes enceintes des bidonvilles de Nairobi, d’économiser suffisamment pour accoucher décemment dans un hopital. L’innovation ici nait d’un détournement de l’utilisation première de la technologie, le mobile, objet communiquant de la voix, du texte, devenant, outil universel d’échange et de partage.

Sur la partie m-santé, c’est d’autres types de détournement (ou d’adaptation) de la technologie qu’a présenté Mme Allard. Après la présentation de bases de données médicales comme le Pew internet project ,  episurveyor ou childcount, du crowsourcing pour cartographier les régions les plus difficiles pour les astmatiques, la communication entre soignants, la surveillance, les conseils par SMS, les smartphones sont détournés pour détecter la cataracte ou comme outil d’échographie portable. Et par l’ajout d’un dispositif de lampe LED sur un smartphone, Lucas prend des photos d’échantillon sanguin et les envoie par SMS pour analyse. L’ajout de simple modules électroniques spécialisés à la technologie embarquée (caméra, capteurs,..) la puissance de calcul, et les moyens de communication variés (SMS, data, 3G) des mobiles en font des outils légers portables utilisables partout dans le monde et en particulier dans les endroits les plus reculés.

Gemalto à la Cantine

Gemalto à la Cantine

Toutes ces nouvelles technologies régulièrement ajoutées aux mobiles, permettent à la fois à des sociétés commerciales de développer de nouveaux services et usages pour les consommateurs que nous sommes. Mais l’utilisation de ces technologies permet également des innovations radicales, pour des usages non prévus par les industriels comme les exemples dans la santé et la bancarisation décrits dans cette conférence.

Merci à Laurence Allard de nous avoir présenté ces usages passionnants et différents des mobiles et à l’équipe Gemalto d’avoir organisé cette conférence « Le mobile et ses usages : une nouvelle révolution sociale » qui méritait bien son nom.

Les slides de la soirée

Pierre Métivier

4 commentaires pour Le mobile, facteur d’innovation industrielle et humanitaire dans le m-santé et le m-banking

  1. Un grand merci de ce billet et de votre intérêt porté à ce champ d’innovations à la fois sociales et techniques qui touche le monde dans sa globalité comme vous le mettez en évidence!
    Pour d’autres études, cf aussi http://www.mobactu.fr

  2. Merci à vous de ce compte-rendu et de votre intérêt pour ce champ d’innovation à la social et technique qui est global et en direction des plus pauvres que vous mettez parfaitement en évidence!

  3. Laurence, merci à vous en espérant que ce billet contribue à diffuser plus largement votre message.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :