NFC – Le transport, le paiement et puis …. tout le reste !

Le NFC au service de la musique

Le NFC au service de la musique

Lorsque l’on parle des applications sans contact de type NFC, celles mises en avant sont régulièrement le transport et le paiement.

  • Le téléphone mobile peut remplacer la carte de transport type Navigo, le geste reste le même et le mobile apporte toute sa technologie embarquée pour agrémenter et compléter le voyage (horaires, itinéraires,…).
  • Le téléphone mobile peut aussi remplacer ou plutôt compléter les moyens de paiement actuels, permettant de payer rapidement des petites sommes d’un seul geste, accélérant le passage en caisse et pouvant intégrer la fidélisation et les bons de réduction.

Pour ce type d’applications, le téléphone NFC propose des services existants en « émulant » le fonctionnement de cartes de paiement ou de transport plus les avantages apportés par la technologie des smartphones.

Ces deux applications nécessitent une infrastructure, presque en place dans le cas du transport (quelques aujustements technologiques à implémenter), et en cours de déploiement pour la partie paiement. Les TPE (termimaux de paiement électronique) en cours d’installation sont pour la plupart « dual mode », avec et sans contact. Mais le renouvellement complet du parc va prendre quelques années.

Il existe d’autres modes d’utilisation du NFC dans un mobile, le mode peer to peer, échange entre deux téléphones, et le mode lecteur d’étiquettes NFC, un mode dans lequel le téléphone est lecteur et non simple étiquette.

Jeremy Belostock, Nokia

Jeremy Belostock, Nokia

Ces deux modes moins mis en avant par les acteurs de l’écosystème pour différentes raisons sont poussés en particulier (mais pas seulement) par Nokia. Nokia, société pionnière dans le NFC, a perdu son leadership en particulier sur le marché des smartphones au profit d’Apple, Samsung et autres RIM. La société demeure un acteur clé au niveau mondial et revient sur le devant de la scène de l’innovation grâce au NFC et surtout aux applications qu’elles souhaitent voir naître autour du NFC.

Exprimé différemment, les applications liées au transport ou paiement dépendent d’acteurs comme les autorités de transport, les banques ou les opérateurs telecom et il est difficile de les développer sans l’accord de ces acteurs. Nokia a pris le parti de prendre une autre direction, plus ludique, plus simple, ne nécessitant pas d’infrastructure ou de sécurité de type bancaire. Jérémy Belostock, « Head of NFC » chez Nokia, nous a décrit cette stratégie pendant une interview au NFC World Forum il y a quelques semaines

Nokia se veut très actif pour l’utilisation des applications sans contact à travers une série d’actions comme

  • l’intégration de jeux dans le mobile tels Fruit Ninja et Angry Birds sur lesquels on peut atteindre de nouveaux niveaux grâce à des étiquettes NFC
  • des étiquettes NFC livrées dans la boite du mobile que l’on peut tester, pour s’approprier le concept voire programmer ses propres étiquettes
  • des accessoires NFC comme ces enceintes qui se mettent à jouer la musique que vous écoutez sur votre mobile, simplement en approchant le téléphone (connexion NFC, tranfert en Bluetooth) ou le  Nokia 603 et son kit oreillette
  • la promotion de services et d’accessoires NFC extérieurs proches des réseaux sociaux comme le Poken, clé USB NFC permettant d’échanger son profil social ou professionnel avec d’autres pokens mais aussi des téléphones NFC, le rendant ainsi plus universel.
  • le développement du NFC hub qui permet d’acheter des affiches intelligentes NFC et les mettre en place dès aujourd’hui. Mr. Belostock a cité un magasin de Leeds en Angleterre où les visiteurs peuvent envoyer un « J’aime » facebokien simplement en approchant leur mobile NFC, un service réalisé pour quelques dizaines d »euros, disponible immédiatement sans attendre une quelconque infrastructure.
  • le développement d’une communauté de développeurs d’applications NFC à travers la promotion de services comme ceux d’Airtag, Think & Go, WhileOnTheMove, Connecthings, Ocontact ou AV Time
  • enfin, Nokia croit en la diversité en proposant plein de nombreux mobiles nouveaux pour un public très diversifié.
Peer2Peer

Peer2Peer

Pour Mr. Belostock, « les implémentations NFC de Nice et Strasbourg sont importantes, mais il faut aussi que les applications sans contact soient partout », dès à présent et c’est ce que permet l’approche de Nokia. Il plaide pour un NFC ouvert, non uniquement réservé au paiement ni réservé aux opérateurs mais pour des applications liées aux réseaux sociaux, aux jeux, aux interactions entre personne.

D’autres constructeurs prennent la même direction comme RIM qui a annoncé le Blackberry Tag (échange de données entre deux téléphones NFC – mode peer to peer) ainsi que la disponibilité d’APIs pour permettre aux développeurs d’utiliser cette fonctionnalité.

Cette approche est complémentaire aux développements des grands opérateurs (banques, transport, opérateurs télécoms) sous la marque Cityzi en France et il ne faut pas les opposer. D’autant plus que les mobiles Nokia sous Symbian pourront effectuer des paiements « SIM Secured » en 2012 par mise-à-jour logicielle et que Cityzi comprend également des applications de lecture d’étiquettes. Les différents applications de type commerce, transport, tourisme, paiement, réseaux sociaux, jeux montrent l’universalité de la technologie NFC et sa future présence dans notre quotidien à travers nos mobiles.

Paiement NFC

Paiement NFC

Il reste une question clé, celle de l’interopérabilité de tous ces mobiles NFC, applications, services et étiquettes. Un téléphone Samsung NFC sous Androïd pourra t-il lire une étiquette Nokia ? Un mobile Nokia pourra t-il lire une étiquette Google Places ? Un utilisateur de mobiles HTC pourra t-il échanger des données avec un utilisateur Acer en mode « tap to share » ?  Il faut l’espérer car faute de cette interopérabilité entre mobiles, applications, lecteurs et étiquettes de différentes marques, il n’y aura pas effet de masse et d’ubiquité des applications et des services. Le développement de l’éco-système en sera ralenti et les premières victimes en seront tous ces acteurs industriels et les consommateurs.

A suivre.

Pierre Métivier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :