Maison connectée : les enjeux pour les opérateurs télécom

EBG et la maison connectee

EBG et la maison connectee

Mardi 24 janvier 2012 s’est tenu une conférence organisé par EBG et animé par Logica sur le thème « Maison connectée : les enjeux de la convergence des objets« , un enjeu très lié à celui de l’Internet des objets.

Le syllabus précisait « Du grille-pain à la télé, en passant par le Smartphone et l’ordinateur, les innovations de la domotique permettent de tout imaginer. Les acteurs sont désormais en train de définir les passerelles et les business modèles associés.

  • Quelles sont les innovations technologiques ?
  •  Quels seront les objets qui rentreront vraiment dans nos maisons ?
  •  Quels sont les enjeux financiers et les partenariats déjà conclus ?
  •  Qui seront les grands gagnants de ces nouveaux marchés ?
  •  Comment va se dessiner l’éco-système des applications et des services associés ?« 
Frédéric Estadieu, Logica

Frédéric Estadieu, Logica

Animé par Logica, le débat réunissait deux opérateurs, Orange et SFR et un équipementier, Alcatel-Lucent.

Pour Frédéric Estadieu, Logica, le débat doit dépasser les promesses d’un réfrigérateur intelligent souvent associé au concept de maison connectée.

Pour Olivier Kouvarakis, Directeur Maison Connectée chez SFR, le tout IP permet l’interopérabilité des objets du quotidien de la maison, rend interconnectable les objets. En y ajoutant, le stockage dans le cloud, la partie techno s’efface car elle fonctionne. Il y aura 20 fois plus d’objets connectés entre maintenant et 2020. Avoir le contenu (média) sur le cloud permet le partage « multi-devices, any where, any time ».

Thibault de La Fresnaye, Orange

Thibault de La Fresnaye, Orange

Thibault de La Fresnaye, Directeur du « Multiplay Everywhere, TV & Mediacenter », Orange. Dans le passé, à un terminal correspondait un usage et maintenant, c’est un véritable réseau multi-écran multi-service qui s’est invité dans nos maisons (TV plus ou moins connectées, smart mobiles, tablette et ordinateurs). Une conjonction d’événements technologiques rend l’arrivée de la maison connectée possible même si ce n’est pas encore gagné. Le développement de la domotique dépends de protocoles, de standards non encore stabilisés et d’un business model globalement non défini. La « killer » app de la domotique n’est pas encore connu

Gilbert Marciano, Alcatel-Lucent

Gilbert Marciano, Alcatel-Lucent

Pour Gilbert Marciano, Director Customer Solutions Alcatel-Lucent, il y a une volonté de l’écosystème de standardiser. Alcatel propose que la box connectivité ou que le « femtocell » servent à organiser la communication dans la maison vers la sphère applicative et souligne I’importance de l’autodécouverte / autoconfiguration des objets pour simplifie l’expérience utilisateur. Il faut pouvoir contrôler ses objets à travers des interfaces web ou mobiles.

Olivier Kouvarakis, SFR

Olivier Kouvarakis, SFR

Pour les intervenants, le marché de la domotique est fragmenté et sous-développé (par rapport à des pays comme la Corée).

Quels sont les objets connectées de la maison du futur demande Frédéric Estadieu ? Pour Thibault de la Fresnaye, Orange, le premier exemple d’objet connecté est la box de l’opérateur ! La maison connectée pour l’opérateur c’est d’abord les médias (son, images, vidéo). Ensuite viendront des applications autour de la santé, l’éducation, l’énergie, la sécurité, les équipements domestiques, le comfort.

Les freins ? Appréhension des utilisateurs autour des données et respect de la vie privée. Exemple de Homescope de SFR – caméra de surveillance SFR à la diffusion limitée.

Etude conso pour la maison connectée – Quels critères ? Confort, facilité d’usage et économie. La tablette pourrait devenir la télécommande universelle.

Ce débat « Maison connectée« , passionnant même si il n’a que partiellement répondu aux questions originellement prévues, a montré le positionnement des opérateurs qui souhaitent profiter de la présence de leur box dans la maison, pour augmenter l’ARPU (Average Revenue Per User) en commercialisant des services supplémentaires, autour de la sécurité par exemple. Tout en étant convaincu que la technologie est disponible, ces mêmes opérateurs cherchent toujours un business model, des standardisations, des « killer apps« qui créeront la demande et le marché. Une question importante, à peine effleurée dans ce débat, est – qui est légitime à proposer les solutions « Maison connectée » ?

Dans l’expression « maison connectée« , il y a connectée et donc les opérateurs telecoms sont très présents, mais il y a aussi maison et tous les éléments qui la composent, en terme de mur, d’énergie, de toit, d’alarme, de mobilier, de matériel électro-ménagers, de serrures. Bien sûr, les opérateurs telecoms apportent la connectivité. Mais ensuite ? Le possesseur d’un pèse personne Withings peut se raccorder par lui-même à l’internet grâce à la technologie intégrée à l’équipement sans l’aide de l’opérateur. Les produits et services des sociétés comme Deltadore, Somfy, Legrand, LG, Samsung, Securitas, HID, Leroy-Merlin voire Tefal, équipés de connectivité (du simple tag RFID ou NFC, au module Zigbee ou Bluetooth Low Energy jusqu’à une adresse IPv6) pourront s’intégrer dans cette maison connectée sans intervention de l’opérateur télécom.

Et si les participants se montrent optimistes sur la disponibilité de la technologie, l’hétérogéneité des différents composants de la maison potentiellement connectables et le manque de standardisation (X10, ZWave, Insteon, Zigbee, ANT+, NFC, ..) rend le concept de maison connectée encore difficile à implémenter. Même si la connexion des objets conçus pour être connectés semble se développer, à quand un logiciel / une web app capable de communiquer non seulement avec les appareils medias de la maison (TV, ordinateurs, consoles de jeux, chaine Hifi) mais aussi avec les volets, le chauffage, l’eau, l’électricité, l’alarme, le refrigérateur ou la machine à laver ? Qui sera légitime pour proposer  un tel centre de contrôle ? Google, Apple, Orange, Microsoft, un nouvel entrant ? Toutes ces sociétés devront s’entendre avec tous les acteurs que l’ont trouvent dans une maison, tous dans leur « walled garden » pour reprendre l’expression d’Olivier Kouvarakis, SFR. L’ouverture, l’interopérabilité à travers un standard reconnu, la coopération de tous les acteurs seront indispensables pour le développement du marché de la maison connectée et de la domotique.

De nombreux sujets et questions pour un prochain débat EBG sur la « Maison connectée », avec espérons le, des représentants des entreprises participant à la construction et l’habitabilité de nos maisons pour compléter le point de vue des opérateurs.

A suivre

Pierre Métivier

Pour aller plus loin :

Cette entrée a été publiée dans Sans contact, et marquée avec , , , , , , , , , , , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

6 réflexions au sujet de « Maison connectée : les enjeux pour les opérateurs télécom »

  1. Gilbert Marciano

    Pour Alcatel-Lucent, nous pensons que les enjeux de la maison connectée sont les suivants :
    •MONETISATION: Comment créer un modèle économique avec très souvent de faibles marges et non rémunéré par les usagers finaux
    •VERTICALISATION: Comment addresser des acteurs d’entreprise de different segments de l’industrie (énergie, multimédia, grande distribution, télécom…)
    • PARTENARIAT: Comment construire un écosystème avec les objets, les applications, le contenu, les fournisseurs, les détaillants, les consommateurs.
    •INNOVATION: Comment faciliter l’innovation ouverte et le developpement d’applications en provenance de tiers.

    Pour répondre à ces enjeux, 4 canaux de vente émergent avec 4 modèles économiques différents:
    • Modèle Opérateurs
    Les services de maison connectée servent d’axe de différentiation :
    o en B2C c’est un enrichissement du triple play de ma box
    o en B2B2C c’est une offre entreprise à un utilitaire : EDF, GDF, Veolia…
    • Modèle brand: Vendeurs électroménagers et Images / Son
    C’est aussi de la différentiation: après HD et 3D, on a la télé connectée.
    Electroménager: gain sur l’OPEX maintenance SAV
    • Modèles Utilitaires (EDF, GDF, Veolia…)
    Connexion via le compteur intelligent. Impact sur factures d’eau, gaz, électricité. Gain sur les coûts de relevés.
    • Modèle wholesale: Distributeurs
    exemples Darty, Auchan : Gain sur les coûts de maintenance.
    exemple Somfi: Offre de niches domotiques,
    exemple Assurances : axe de différentiation, nouveaux services de sécurité en paiement mensuel.

    Répondre
  2. Orange Business (@orangebusiness)

    très juste ce que vous mentionnez à la fin : la légitimité (et plus simplement la possibilité) de travailler dans le secteur de la maison connectée est un sujet vaste et qui ne s’arrête pas aux opérateurs de télécoms. Quelles compétences sont nécessaires pour connecter tous les objets, c’est sans doute la vraie question. Néanmoins, il est certain que les premiers objets à être connectés seront la télévision, la radio, etc. Et c’est certainement là qu’intervient l’opérateur téléphonique, via la box. Quant aux autres objets, c’est certainement celui qui apportera la standardisation qui fera date. Vivement que l’on sache qui c’est, moi j’ai hâte ! 🙂

    Rémi, Orange Business Services

    Répondre
    1. Pierre Metivier Auteur de l’article

      Rémi,
      les médias sont déjà apportés par la box et par l’internet. le son l’image. donc oui les premiers objets connectés sont / seront la télévision ou la console de jeux. La vraie évolution sera lorsque des objets physiques de type chauffage, volets, serrures, machine à laver le seront également. Mais c’est plus compliqué pour des de raisons dont le manque de standards établis comme vous le signalez. Merci de votre commentaire.
      Pierre

      Répondre
  3. Ping : Connectivity or Services Provider ? | health2050

  4. Ping : Connectivity or Services Provider ? | The Future Is Today

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s