La culture libre au sommaire du dernier numéro de MCD

La culture libre - MCD #68

La culture libre – MCD #68

Le lancement du n° 68 de l’excellente revue MCD, pour Musique & Cultures Digitales, consacrée à la culture libre, a été l’occasion d’une conférence organisée avec quelques uns des contributeurs du magazine, jeudi 27 juin 2012 à la Gaité Lyrique.

Un débat passionné et passionnant autour du logiciel libre et de l’open source (qu’il ne faut pas confondre comme l’a rappelé Philippe Aigrain) et qui a commencé par un rappel très voire trop rapide sur l’influence de l’open source qui a dépassé le domaine du logiciel pour aller attaquer de nouveaux domaines d’activités comme le matériel (avec Arduino non cité), l’architecture (sans exemple), l’art (le sujet de la revue), la cartographie avec OpenStreetMap, l’édition de livres , voire la biologie / bio hacking et l’espace puisqu’il existe un projet de satellite en open source (OSSI).

L’art avec par exemple le développement des licences Creative Commons très utilisées dans le monde de la photo, mais aussi un concept qui va encore plus loin, la license art libre et la copyleft attitude présenté par Antoine Moreau. Dans ce type de licence, on peut reprendre une œuvre, la déformer mais on ne peut pas la commercialiser, elle devient également art libre.

Louis Montagne, Bearstech

Louis Montagne, Bearstech

Louis Montagne, l’entrepreneur multi-facette, de Bearstech, société coopérative de hackers, dont on attend des nouvelles de son OS mobile libre, de H:D Hackable devices (présenté dans un article sur l’Internet des Objets dans ce blog), a présenté de l’Open World Forum, qui aura lieu du 11 au 13 octobre 2012. Le forum intégrera des entreprises et des DSI qui utilisent des logiciels en open source pour développer des applications en interne même si il est difficile de les faire parler sur les succès obtenus. Ce forum réunit hackers, développeurs et professionnels intéressés par l’écosystème du libre et de l’open source.

Philippe Aigrain, chercheur, militant du Free software movement, cofondateur de la quadrature du net, et qui se définit comme « écriveur » a rappelé que le web est une gigantesque machine à partage. « Le peer to peer c’est du copy and paste« , « Le copier/coller est bien supérieur au streaming dans l’accès et la diffusion des œuvres » et « ce partage cimente les cultures numériques« . Il a regretté qu’on en oublie l’homme puisque même dans le cadre de l’Open World Forum, l’humain ne représente que « la moitié d’un cinquième des sujets de la première journée« .

Julien Ottavi, Philippe Aigrain et Antoine Moreau

Julien Ottavi, Philippe Aigrain et Antoine Moreau

Julien Ottavi a présenté des installations basées sur une esthétique mécanique, avec des montages à base de câbles, d’ordinateurs, de sons enregistrés de ville, un réseau à la fois électronique et visuel, ou le réseau n’est plus une entité invisible mais un ensemble de composants électroniques, de câbles et d’ombres.

Des phrases et des expressions parfois jubilatoire ont émaillé cette conférence, où l’infini de la création a côtoyé des apories, où il a été question d’objets qui prennent la tangente plutôt que des objets tangibles, sans oublier la décréation qui vise à créer.

De nombreuses questions ont dynamisé la conférence. A une question sur les revenus de tous ces adeptes d’un monde libre de la création, Julien Ottavi a clairement reconnu que les subventions publiques étaient la base des revenus des artistes de ces mouvements organisés en associations. Toujours sur le « business model », les plateformes d’édition de livres de type publie.net ou immateriel.fr ont besoin de réseaux de distribution comme Amazon Kindle ou iBooks pour survivre mais en même temps, mais la coopération avec de telles plate-formes est suicidaire pour leurs idées. Un autre commentaire d’une artiste plasticienne, venue dans une autre conférence, faire un point sur état de l’art « state of the art », avait été surpris par le sens différent de cette expression dans le monde de la technologie.

Conférence MCD sur le logiciel libre

Conférence MCD sur le logiciel libre

On peut simplement regretter l’approche radicale, proposée dans cette conférence, consistant à s’opposer, critiquer les modèles en place, à prendre à partie l’auditoire « Vous n’êtes pas libre car vous utilisez Gmail alors que vous pourriez utiliser votre propre email« , ces couplets anti-Microsoft, Apple, Google, Amazon (tous dans le même sac), alors que les présentations se faisaient, bien sûr, sur le dernier modèle de MacBook Air (belle exemple de contradiction performative), ces critiques envers la RFID (et ses « hordes« ) alors que bien sûr, toute technologie est neutre, c’est ce qu’en font les hommes qui peut être critiqué, cette rancœur envers des sociétés qui pour certaines d’entre elles n’étaient que startups il y a 10 ans, et qui ont simplement le tort d’avoir trouvé un « business model » efficace alors que tous ces idées fortes et généreuses pourraient s’inscrire, s’intégrer, se développer en harmonie avec les écosystèmes en place. Par moment, on se serait cru à une réunion d’Europe Ecologie Les Verts version technologie numérique.

La culture libre (dans un sens global intégrant open source et logiciels libres) est un espace de créativité et d’innovation magnifique, foisonnant, passionnant, comme l’a montré cette conférence et comme le montrera l’Open World Forum. Il serait dommage qu’elle se referme sur elle-même pour des raisons idéologiques (mashup intéressant entre idées et logique, même si la logique et la raison semblent trop souvent absentes), plutôt qu’elle pourrait participer / travailler / coopérer / influencer / faire évoluer le monde numérique plus « traditionnel » et commercial.

Pour prendre part à ce débat et l’approfondir, nous vous conseillons la lecture de ce dernier No 68 de MCD en vente en version papier et en PDF. Et si vous ne l’avez pas encore lu, rappelons l’excellent No sur l’internet des objets. Et n’oubliez pas l’Open World Forum qui se déroulera dans une dizaine de jours.

A suivre

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

2 commentaires pour La culture libre au sommaire du dernier numéro de MCD

  1. Merci Pierre pour ce billet comme si on y était🙂 On pourrait presque dire sans provocation que la culture du libre a gagné la bataille – si on peut parler de bataille – au plan sociétal car le p2p est désormais la logique sociale dominante des services innovants développés en matière de consommation, d’énergie, de tourisme et de culture…et donc la base sociologique de l’économie d’internet.

  2. Merci Laurence pour ces éclaircissements. Les intervenants de la conférence de jeudi ne semblaient être conscients d’avoir gagné cette bataille des idées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :