Le débat des grandes voix de la carte à puce au salon Cartes 2012

NFC tags @ Cartes 2012

NFC tags @ Cartes 2012

Suite à la présentation des chiffres du marché par Oyvind Rastad, Eurosmart, suivi de l’introduction dynamique de Patrick Gauthier de Paypal présentées dans le billet précédent, les grands dirigeants des entreprises leader sur le marché (Morpho, Gemalto, Oberthur, Giesecke et Devrient, NXP, Infineon et American Express) ont débattu sur les quatre sujets proposés par Alex Green, IHS.

Quelques extraits / verbatim de ces débats.

A commencer par les déploiements en cours du NFC et du paiement mobile.

Xavier DRILHON, Oberthur

Xavier DRILHON, Oberthur

Pour Philippe d’ANDREA, Executive VP, e-Documents Division, Morpho, les deux mots-clés sont confiance et commodité « convenience« . La confusion engendrée par la multitude de projets « wallet » en cours risque de freiner leur adoption et donc le client va rester avec son « portefeuille en cuir ». Xavier DRILHON, CEO, Oberthur Technologies, est plus optimiste. Le déploiement est en place, 25 TSM actifs ou en cours d’installation, 200 millions de transactions « wallet » traités par ses serveurs. Il est vrai que cela va prendre du temps, les nombreux acteurs se disputent le « ownership » du « wallet ».

Scott Marquardt, Giesecke & Devrient

Scott Marquardt, Giesecke & Devrient

Pour Suzan KEREERE, Senior VP & GM, Global Network Business, American Express, les services doivent être fun et sécurisé, dépasser le paiement. Toutes les technologies ne sont pas ubiquitaires, certaines technologies pour certains clients pour certains achats. Scott Marquardt, Member of the Management Board & Group Executive, Mobile Security, Giesecke & Devrient – Il faut trouver le « Angry Bird » des Mobile wallets, des applications originales / killer apps. Comme industrie, la sécurité des cartes est plutôt réussie. La simplicité des services est plus importante que la sécurité (déjà réalisée) pour le développement de l’industrie. Pour Olivier PIOU, CEO Gemalto, la compétition va faire rage pour être sur la page d’accueil du wallet et la prolifération de ces wallets va continuer. Il ne faut pas oublier non plus que le wallet, c’est plein d’autres fonctions (90% des applications mobiles sont hors paiement). Enfin, Steve OWEN, Senior VP, Identification Sales, NXP Semiconductors indique que 2012, c’est 100 milions de mobile NFC, 3 millions de TPE, du paiement, du transport mais aussi des jeux (Activision) ou des smart meters.

Suzan KEREERE, American Express

Suzan KEREERE, American Express

Deuxième sujet – les tendances en terme de documents officiels (CNI, passeport) / e-government.

Pour Philippe d’ANDREA, Morpho, trois points-clés forts, la procédure d’inscription (lien entre la personne et son identification), l’élément sécurisé, et l’authentification. La biométrie a un role important à jouer pour combattre la fraude. Pour Xavier DRILHON, Oberthur, tout comme les banques donnent accès aux comptes bancaires sur mobile, on peut imaginer l’identification officielle sur mobile. La biométrie est un outil d’authentifaction d’avenir en citant le rachat d’Authentec par Apple. Stefan HOFSCHEN, CEO, Chip Card Division, Infineon Technologies explique l’importance des « e-government services » pour prévenir des crises pendant des élections. Suzan KEREERE, American Express, explique que l’Inde est en avance sur le sujet, le mobile devenant un outil d’identification légal. Scott Marquardt, Giesecke & Devrient, ne croit pas au passeport sur mobile dans un proche avenir. Par contre le mobile est un bon outil pour les représentants officiels pour lire les informations. Olivier PIOU, Gemalto, rappelle que Singapour et Oman ont des projets très avancés en terme de « e-governement services ».

Steve OWEN, NXP

Steve OWEN, NXP

La troisième partie du débat a abordé les questions de Sécurité dand le cloud et des applications M2M.

Xavier DRILHON, Oberthur a rappelé les 4 milliards d’objets connectés en 2012 et les 20 en 2020. Cela entraine des conséquences majeurs pour les MNOs (par exemple, on-demand connectivity pour les compteurs intelligents (connectivité non permanente)), sur la logistique, sur les procédures d’inscription. « No standard, no growth ! » Scott Marquardt, Giesecke & Devrient, a narré une anecdote suite à une discussion avec Google qui s’étonnait de la lenteur des déploiements technologiques dans l’industrie. Le représentant de G&D a simplement répondu à son homogue de Google que cette industrie ne fait pas de béta test public. « In this industry, we don’t do public beta ». En terme de paiement, de mobile, tout doit être parfait dès le déploiement.

Olivier PIOU, Gemalto

Olivier PIOU, Gemalto

Olivier PIOU, Gemalto, aborde le sujet de la vulnérabilité des mobiles, équivalentes à celle des PC à travers le téléchargement d’apps, prolifération des « form factors » et le concept de byod – « bring your own device », mélange des appareils personnels et professionnels dans l’entreprise. Certains fabricants font des compromis autour de la sécurité pour sortir des produits et services plus rapidement. La vitesse de déploiement est l’ennemi de la sécurité – cloud / mobile. La méthode la plus sûre est de placer la partie sécuritaire sur la SIM.

Les développements M2M « secure embedded applications » les plus prometteurs sont dans les domaines de

  • l’industrie automobile
  • la santé
  • l’énergie (compteurs intelligents / smart grid)
  • la traçabilité même si le marché est très segmenté

Pour Olivier Piou, le passage du 2G au 3G était surtout une bonne opération pour les opérateurs dans le cadre de la gestion de leurs réseaux mais n’apportaient pas beaucoup de différences pour les consommateurs, la 4G est réellement un changement fort, les américains changent d’opérateurs pour la 4G.

Stefan HOFSCHEN, Infineon

Stefan HOFSCHEN, Infineon

Dernier sujet, le déploiement EMV dans le monde (passage de la carte (bancaire) sans puce à la carte à puce selon le standard EMV – Europay, Mastercard et Visa)

Pour Philippe d’ANDREA, Morpho, c’est évidemment une bonne chose (pour l’industrie) que les Etats-Unis et la Chine adoptent ce standard. Xavier DRILHON, Oberthur, rappelle que sa socéité s’est installée dès 1996 aux US pour préparer le passage à l’EMV. L’EMV permet de gérer différemment un étudiant et un businessman qui voyage. EMV devrait permettre de réduire considérablement la fraude aux US (10 Md d$ par an).

Philippe d'ANDREA, Morpho

Philippe d’ANDREA, Morpho

Suzan KEREERE, American Express, reconnait l’importance de l’EMV en tant que standard mondial pour sécuriser les transactions électroniques mais trouvent les coûts prohibitifs et le fait savoir aux industriels autour d’elle. Ce coût ne permettrait pas un ROI (retour sur investissement) suffisant, basé sur l’expérience du voisin canadien qui vient de le déployer. Pour Scott Marquardt, Giesecke & Devrient, le marché le plus dynamique est celui des cartes dual EMV (avec et sans contact) qui sécurisent les deux cotés de la poignée de main / handshake – carte (consommateur) et TPE (commerçant). Enfin, Olivier PIOU, Gemalto, confirme que l’adoption par les US est une bonne opportunité pour développer des nouvelles applications grâce à la créativité des américains.

L’année dernière, ce débat avait annoncé avec fanfares et trompettes l’avènement du NFC partout dans le monde. Cette année, avec les réserves de Patrick Gauthier, Paypal, sur les déploiements, sa vue plus pragmatique, le débat a été plus mesuré voire feutré. Le sujet du NFC a été le plus commenté. De part la base installée, les prévisions, les investissements déjà effectués, et les avantages apportés par la technologies NFC, il n’y a pas de doute dans l’esprit des intervenants (et dans celui de l’auteur de cet article) que le NFC sera une technologie de plus en plus présente dans notre environnement, mais il reste de nombreux obstacles à franchir, de moins en moins industriels, et de plus en plus relationnels et économiques entre les acteurs pouvant en bénéficier.

A suivre.

Pierre Métivier

Le salon Cartes 2012 en images sur Flickr

Cette entrée a été publiée dans Sans contact, et marquée avec , , , , , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s