Et si les trains de banlieue étaient connectés Wifi ?

Vue du Transilien en hiver

Vue du Transilien en hiver

Les informations que reçoit le francilien le matin sont souvent celles-ci. AirParif annonce un pic de pollution comme le 13 Janvier 2013 « La pollution en Île-de-France sera élevée aujourd’hui (indice 80/100) et moyenne demain (65/100)« . La vitesse est régulée / réduite sur les autoroutes. L’application Sytadin sur son smartphone lui montre les embouteillages qui ajoutent à la pollution. Cela ne l’empêche pas de prendre la voiture et de se retrouver dans les fameux bouchons.

Ces embouteillages engendrent des retards et des appels téléphoniques / SMS / messages en voiture, qui eux même engendrent des accrochages quand ce ne sont pas des accidents mortels qui ajoutent aux embouteillages et donc à la pollution. Cercle vicieux et air viciée sans fin.

Et si on mettait du Wifi dans les trains de banlieue ?

Cela encouragerait les automobilistes franciliens à utiliser intelligemment leur temps de transport quotidien à travers la lecture d’information, d’envoi de mail et autres activités en ligne et donc à délaisser leur voiture. Et l’on sait qu’il suffit d’un petit pourcentage d’automobilistes en moins sur les routes pour fluidifier rapidement la circulation. L’idée n’est pas nouvelle. Elle est en place dans des villes comme Boston , dans certains trains de grande banlieue au Canada, globalement dans les transports américains ou plus près de nous au Pays-Bas.

Baromètre de la circulation

Baromètre de la circulation

L’idée n’est pas nouvelle donc mais à notre connaissance n’a pas été testée en Ile-de-France(*). Nous entendons déjà les « naysayers« .

  • Cela va couter cher. Et c’est vrai, l’installation de bornes Wifi dans chaque wagon a un coût. La pollution due aux aux embouteillages, les accidents de la circulation, les services de secours, les ambulances, les hôpitaux, les maladies dues à la pollution, les heures perdues pour les entreprises coutent chères également. Il serait intéressant de calculer les coûts et économies réalisés d’un tel projet.
  • Tous les passagers vont recevoir des ondes Wifi supplémentaires. Et c’est vrai. Ils en reçoivent toute la journée chez eux, au bureau, dans la rue en provenance du soleil, de la radio, des mobiles, de leur box, et donc oui, nous serions à quelques ondes supplémentaires. On peut imaginer des wagons avec et sans wifi. Et puis entre les gaz d’échappement du Triangle de Rocquencourt à 8:30 le mardi et le wifi dans un train, quel est le plus néfaste ?
  • Le Wifi dans les trains est injuste car il profiterait principalement aux franciliens éloignés et pas aux parisiens ou à ceux qui sont les plus proches de Paris car il n’y aurait plus de place assises au fur et à mesure du remplissage du train pour les voyageurs des banlieues les plus proches de Paris. C’est vrai également. Trois points
    • C’est justement ces automobilistes éloignés qu’il faut transférer sur les trains car ils viennent de plus loin et donc participent plus à la pollution.
    • Ce ne serait pas la première fois qu’une mesure présentée comme globale ne profite qu’à une partie des franciliens sans que cela pose de problèmes aux bénéficiaires. Lors de la dernière augmentation des tarifs des transports en Ile-de-France, il a été expliqué qu’en compensation, tous les utilisateurs de Navigo pourraient utiliser les transports en Ile-de France sur toutes les zones gratuitement. Cet avantage est très bien pour les parisiens mais n’apporte rien de plus pour les franciliens les plus éloignés qui  payent déjà cette possibilité à travers leur abonnement multi-zones.
    • Enfin, si le Wifi dans les trains était un succès, ce que l’on peut espérer, et engendrait une augmentation significative de leur utilisation, alors il faudrait réaménager les horaires, prévoir plus de trains. Ce serait clairement une bonne chose en terme de développement durable.
  • Il est possible d’utiliser la 3G proposée par les opérateurs. En théorie, oui. En pratique, ils existent de nombreux tunnels et zones blanches (y compris près de grandes villes) qui rendent l’utilisation du 3G impraticable. De plus, chacun ne dispose pas d’une clé 3G sur son PC ou sa tablette.
Transilien nocturne

Transilien nocturne

Il y a surement d’autres objections, il y a toujours des objections à chaque nouveau projet innovant.

Alors le STIF et la SNCF Francilien, chiche, on innove ? Vous êtes sur Twitter @RERC_SNCF, @RERD_SNCF, @LigneJ_SNCF, @LigneL_SNCF mais on ne peut vous contacter dans vos trains que sur smartphone. Le Lab Transilien, espace d’innovation participative, vient de fermer. Ne vous découragez pas. Utilisons le numérique au service de l’écologie et indirectement de la sécurité routière. Si on est capable de mettre du Wifi dans les avions, les bus ou dans les TGV, et même les voitures deviennent connectées, on doit pouvoir le faire dans un train de banlieue ou certains de ses wagons. Testons le wifi dans les trains de banlieue et mesurons l’impact sur la circulation et la pollution. Diminuer la pollution et les accidents de la route, cela vaut la peine d’essayer, non ?

A suivre

Pierre Métivier
(*) L’article est orienté autour de l’Ile-de-France mais pourrait bien sûr s’appliquer à d’autres métropoles villes françaises. L’Ile-de-France n’a malheureusement pas le monopole des embouteillages et de la pollution.

Pour aller plus loin

  • 90 percent of city air pollution comes from motor vehicles, causing 800,000 deaths a year: http://t.co/G4SP9X5m @WorldBank
Cette entrée a été publiée dans Innovation, et marquée avec , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s