La science, la technologie et le bon sens pour combattre l’irrationnel et le pessimisme ambiant

Antenne relais

Antenne relais

Gaz de schiste, médicaments, huile de palme, aspartame, téléphonie mobile et antenne relais, fraude aux cartes bancaires (avec ou sans contact), ondes, RFID ; ces sujets, dont les derniers cités sont au centre de ce blog, sont associés dans les médias à des mots comme scandale, danger, interdiction … le plus souvent sans aucune rationalité.

Ajoutons-y le principe de précaution qui fait qu’à la moindre peur plus ou moins fondée d’un petit groupe, on bloque toute recherche et on se retrouve à l’arrêt alors que dans les autres pays, cette même recherche avance, créant progrès, croissance et emploi. A ce sujet rappelons ce qu’André Brahic en dit – « Si on appliquait le principe de précaution à l’eau, il faudrait l’interdire car on peut s’y noyer et c’est donc très dangereux« . Et que d’inventions et de progrès n’auraient pu voir le jour si ce fameux principe avait été appliqué dans le passé.

Pour couronner le tout, les chiffres et les mots dans les médias perdent leur sens. Encore cette semaine sur Europe 1, un titre, « Chute de 0,2% de la consommation ce mois« . Chute 0,2%, quels mots seront utilisés lorsque ce sera 1% ou 10% ! La moindre baisse à la bourse de plus de 1% est abondamment commentée. Les mots de catastrophe, historique, scandale, drame, chute, panique sont utilisés tous les jours sans conscience de leur sens, à toutes les sauces, simplement pour crier plus fort que les autres médias, se faire entendre. « Série noire » encore ce soir pour un accident qui a fait deux blessés légers dans un accident de télécabine dans les Pyrénées et c’est dans les titres du 20:00 de France 2.

Le Diane 35 est un bel exemple dans ce cas. « Scandale sanitaire, 4 morts. » 4 morts en 25 ans, un médicament vendu dans 115 pays actuellement mais la France l’interdit à la vente pour 4 morts. Les accidents de patinette ont certainement dû faire plus de décès. Les bretzels avalés de travers ont tué bien plus de nos concitoyens que ce médicament. Faut-il interdire les bretzels et les patinettes ? En 25 ans, ce n’est pas loin de 200 000 morts d’accidents de la route en France, 4 000 encore en 2012. Sans parler des victimes des cigarettes et de l’alcool. C’est en stigmatisant l’exception et l’extrême qu’on oublie l’essentiel (1). Et l’essentiel est ailleurs.

Heureusement, des voix s’élèvent pour parler de cet ailleurs, pour appeler à la raison, combattre l’irrationnel et revenir à un peu de bon sens au service de l’intérêt général dans ce tourbillon médiatique nourri au pessimisme et pensées négatives. Nous citerons trois exemples dont nous avons souvent eu régulièrement l’occasion d’évoquer dans ce blog.

André Brahic, astronome, physicien et astrophysicien au CEA

André Brahic, astronome, physicien et astrophysicien au CEA

Commençons par André Brahic, astronome, physicien et astrophysicien au CEA, qui lance un « cri d’amour pour la science » dans son livre « La science, une ambition pour la France » que nous ne saurions trop vous recommander de lire. Dans une conférence que nous avions relaté, il note le décalage de temps entre les politiques (élections) et la science (20 à 30 ans) (sans parler des médias (24 heures) NDLR) et l’importance de la recherche, l’éducation et la culture. André Brahic ne nie pas les problèmes mais propose une vue globale, optimiste, scientifique et surtout nuancé du sujet. « La vie et la recherche, c’est comme la bicyclette, quand on n’avance pas, on tombe. »

Marc Giget

Marc Giget

Ensuite, allez assister à une séance des Mardis de l’Innovation de Marc Giget, couvert régulièrement sur ce blog. C’est gratuit et c’est une cure d’optimisme qui devrait être obligatoire pour tous. Regarder à travers le prisme de l’histoire, de l’Antiquité à la Belle Epoque en passant par la Renaissance, voyager en Inde ou en Chine, prendre du recul, voir comment, dans des périodes bien plus dramatiques que la notre, où la durée de vie étaient beaucoup plus faibles, les épidémies terribles et la famine monnaie courante, les innovations, la science, la culture ont permis à notre humanité d’être où elle en est, de progresser en faisant reculer les maladies, et en allongeant l’espérance de vie.

Mobile Creation - Laurence Allard

Laurence Allard

Enfin, Laurence Allard, dont nous avons souvent eu l’occasion de présenter les travaux et les idées, sur l‘influence du mobile sous toutes ces formes,  partout dans le monde rappelle régulièrement les formidables progrès sociétaux permis par le mobile dans les pays en voie de développement comme l’Afrique ou l’Inde, en terme de bancarisation, de culture, d’éducation et de progrès. Sociologue, elle décrit également comment les peurs et l’irrationnel sont associés aux nouvelles technologies.

Cette peur du progrès apporté par la science et la technologie a toujours existé, parfois entretenu par des concurrents à travers la rumeur (Exemple – Edison vs. Tesla au début du développement de l’électricité), par des articles de presse peu documentés, par les pouvoirs en place (souvenons nous de Copernic, Galilée ou Giordano Bruno). Les réseaux sociaux comme Twitter n’ont pas inventé la rumeur, mais ils permettent une diffusion plus rapide de ces fausses informations. Le monde du paiement mobile n’est pas épargné. Par exemple, un article appelé « Le scandale des cartes bancaires sans contact » a défrayé la chronique bancaire en 2012, retweeté sans vérification ni relecture par de nombreux twittos, alors que de scandale, il n’y en avait guère (3ème article de la page).

Enfin, sur les ondes qui nous envahissent et à l’heure où les députés écologistes ont essayé une fois de plus de bloquer les progrès liés à la téléphonie mobile à travers un projet de loi associant ce bien triste principe de précaution avec les ondes électromagnétiques, projet heureusement repoussé par l’Assemblée Nationale, rappelons deux petits faits, de bon sens :

  • Nous sommes entourés d’ondes électromagnétiques, les plus importantes en provenance du soleil et c’est d’ailleurs ce qui nous apportent la vie, faut-il interdire le soleil ?
  • Dans les pays occidentaux où l’utilisation du mobile est la plus généralisée et la plus intense (autant de mobiles en activité en France que d’habitants), notre espérance de vie n’a jamais été aussi importante et elle continue à s’allonger. Qu’en déduire ? Faut il interdire les mobiles ou au contraire, encourager leur utilisation ? 😉 Bien sûr, on ne peut pas tirer de conclusions dans un sens ou dans l’autre.

Il existe des risques, des catastrophes sanitaires comme l’amiante ou l’affaire sang contaminé qui ont eu des impacts très néfastes sur de nombreuses vies humaines, mais ces drames ne doivent pas remettre en cause tous les progrès permis depuis des milliers d’années par la science et la technologie. Combien de vies humaines ont été sauvées grâce à la transfusion sanguine pour ne reprendre que ce dernier exemple ?

Revenons à Laurence Allard qui (avec Olivier Blondeau et Gabriel Dulac Arnold) qui dans une conférence a expliqué comment les capteurs de pollution peuvent aider à améliorer la qualité de l’air, en fournissant un plus grand nombre d’informations aux associations de surveillance comme AirParif, chaque citoyen pouvant devenir acteur écologique à travers des projets comme Citoyens Capteurs (2). Cette technologie utilisée pour mesurer la qualité de l’air, à base donc de capteurs et de connectivité, devrait être applaudi par les politiques sensibles à l’écologie ce qui n’est pas le cas car elle utilise ces fameuses ondes maléfiques. En termes de sociodynamique, cela correspond à un comportement « déchiré« , entre Synergie et Antagonisme, que l’absence de bon sens ne peut malheureusement résoudre.

Clairement, il nous faut entendre l’optimisme, l’attitude positive et le bon sens de Laurence Allard, André Brahic ou Marc Giget parmi beaucoup d’autres aujourd’hui pour combattre l’irrationnel et le pessimisme qui nous sont assénés toute la journée et font bien plus de mal sur nos concitoyens que les ondes qui véhiculent ces messages. Faisons confiance au sens de l’intérêt général de ceux qui font la science, de ceux qui innovent technologiquement, de ceux qui imaginent des usages durables pour résoudre les problèmes qui nous font face.

A suivre !

Pierre Métivier

Notes

  1. Je ne suis pas l’auteur de cette phrase, entendu récemment à la radio mais je la fais bien volontiers mienne.
  2. L’auteur de ce blog soutient, à titre personnel, les actions de l’Association Labo Citoyen, qui soutient le projet Citoyens Capteurs.

Pour aller plus loin

Cette entrée a été publiée dans Innovation, et marquée avec , , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

2 réflexions au sujet de « La science, la technologie et le bon sens pour combattre l’irrationnel et le pessimisme ambiant »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s