Faut-il se méfier des concours ?

Se méfier des concours

Se méfier des concours

Les concours ne sont pas une idée nouvelle. Le concours Lépine, en cours à la Foire de Paris a toujours bon pied bon oeil à l’age avancé de cent douze ans. Le principe de ces concours dans les grandes lignes est simple – permettre aux meilleurs des projets en compétition de se développer en leur apportant de la notoriété et/ou des aides financières.

Les concours se sont développés dans de nombreuses industries. Citons simplement dans le cadre de ce post l’architecture, le design, la photo, le logiciel, les services mobiles, concours organisés aussi bien par des groupes industriels, des sociétés spécialisées, des associations ou des collectivités territoriales voire le gouvernement (Etalab). Une définition élargie pourrait comprendre les appels d’offres des industriels et des administrations et tous les événements liés au partage, au crowdsourcing et à la co-conception / co-création.

Quelques exemples en cours au gré d’une brève visite sur le net – le Paris Factory Industries Créatives (avec l’ESCP et Ernst & Young), DataConnexions par Etalab ,  Boost your code proposé par l’Inria, le Concours régional Open PACA proposé la Région Provence Alpes Côte d’Azur et la rencontre OuiShareFest et ses Awards qui vient de s’achever à Paris.

Pour certains participants, l’approche concours est une manière de tester des idées, vérifier la validité d’un concept, créer des contacts et des liens, avec de futurs associés, investisseurs voire employeurs. Pour d’autres plus prudents sur leur participation, c’est une manière détournée des organisateurs, souvent de grandes entreprises, de les faire travailler à bas coût, de récupérer des concepts ou du contenu, et se les approprier.

Quelques échanges récents sur Twitter ont montré la diversité des opinions sur le sujet et les trois articles en bas ce billet vous présenteront quelques facettes du sujet. Pour Jean-Louis Frechin @nodesign, « le modèle du concours fait des ravages en archi et en design depuis longtemps.. On ne peut le souhaiter à personne #ringard. Seulement (pour) les jeunes qui ont besoin de se faire un CV et ont faim. Des boites payées pour organiser ces concours. Toi tu gagnes un billet de train et le résultat est utilisé ».

Nul doute que cette situation se retrouve dans les domaines de l’architecture ou du design comme le précise Jean-Louis. Son article, Contribuer : Quelle est la valeur du travail ? montre bien les limites de l’exercice pour les contributeurs, les messages en sont « la prudence est de mise, ne bradons pas notre travail, ne soyons pas naïf« . Sur le même registre, les concours photo : les photos gagnantes se retrouvent exposées, publiées ou réutilisées, les vainqueurs cédant le droit à leur meilleurs clichés, du contenu pour pas cher pour les organisateurs.

Autre son de cloche, le site ProximaMobile, le portail des applications et de services aux citoyens sur téléphone mobile, coordonné par la Délégation aux usages de l’Internet, liste dans un article très détaillé, les concours d’applications comme vecteurs de diversité pour les services mobiles.

Une organisation comme BeMyApp, spécialisée dans les concours collaboratifs de type « hackaton » permet la création d’équipe par la mise en relation de porteurs de projets, de graphistes, de designers, de programmeurs ; d’autres concours s’adressent à des équipes déjà en place. Certains durent sur un week-end, d’autres sur six mois ; certains n’ont pour prix que la notoriété, d’autres offrent des dotations financières, de la formation et des aides au développement du projet.

Dans le monde spécifique du NFC et du sans contact, ces concours se multiplient également. Nous avons eu l’occasion de participer au jury de ByMyAppNFC, et nous sommes également partie prenante des Orange NFC Awards dont une première sélection de 20 projets a été publié et les résultats finaux seront présentés en Juin.  La technologie NFC se prête particulièrement à ce type d’activités, car, en permettant l’échange d’information entre deux objets électroniques (smart phones mais pas seulement), ou entre un objet électronique et une étiquette, son champ d’application est immense et limitée à la créativité des apporteurs d’idées. Une grande participation à ces deux concours et des dizaines de projets présentés sont des signes très positifs de l’intérêt porté par les développeurs à la technologie et la promesse de nouveaux services de proximité à venir.

Pour en revenir à la question posée en titre, en tant que participant, programmeur, startup, apporteur d’idées, faut-il se méfier de ces concours ?  Autrement dit, le (Grand) prix  reçu (ou pas) lors d’un concours entraine t-il un prix (à payer) pour le vainqueur ?

Comme souvent, il n’y pas de réponse unique à ces questions mais plutôt des facteurs à prendre en compte avant de se lancer.

  • En terme de projet, son état d’avancement est un facteur important. Plus celui-ci est avancé, concret, constitué, identifiable, plus sa mise en avant à travers un résultat positif à un concours peut être un tremplin dans son développement. D’un autre coté, si le projet n’est qu’au stade conceptuel, d’idée à maturer, alors, il est fragile et potentiellement vulnérable à la copie.
  • En terme de développement personnel, pour certains, le concours peut être un tremplin vers un job, le lancement réel d’un projet ou la création d’une startup, pour d’autres, ce sera une déception mais peut-être aussi la prise de conscience que le projet n’était pas si nouveau que cela, qu’il ne tient pas la route ou qu’il doit évoluer et enfin pour une troisième catégorie, ce sera un échec, une frustration ou l’impression plus ou moins réelle de s’être fait voler son idée ou d’être incompris.
  • En terme d’investissement personnel, en temps et argent.

Dans tous les cas, la décision de participer doit être prise en toute conscience des règles, des enjeux et des conséquences, en sachant très clairement ce qu’on vient y chercher et ce qu’on risque d’y perdre.

En attendant, rendez-vous le 11 Juin 2013 pour les résultats du Orange NFC Awards.

A suivre …  le parcours des différents participants à ce concours dans 1, 2 et 5 ans sur ce blog ?

Pierre Métivier

PS. Et vous, cher lecteur,  si vous avez participé à de tels concours, n’hésitez pas à partager votre expérience, positive ou négative en commentant ce billet.

Pour aller plus loin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :