Comprendre le puzzle du paiement mobile pièce par pièce.

Paiement NFC à Strasbourg

Paiement NFC à Strasbourg

Ce doit être difficile pour une personne qui découvre le paiement mobile de comprendre toutes les solutions disponibles, les choix, les enjeux, les acronymes. Chaque jour, une nouvelle pièce du puzzle est disponible, à mettre en place, sans que l’on sache si un jour, le puzzle sera complet. EMV, BLE, NFC, HCE, … Par comparaison, le monde Bitcoin parait simple ! (*)

Nous allons présenter quatre morceaux de puzzle aujourd’hui, basés sur quatre informations communiquées ces derniers jours, ettenter de les réunir, ce qui, nous l’espérons, apportera un peu de lumière.

Tout d’abord, première information, un chiffre, basé sur un article décrivant la présentation de Denee Carrington, senior analyst chez Forrester Research, société bien connue d’étude de marché en particulier dans le monde de la technologie.

Dans cet article intitulé “NFC will not power US mobile payments: Forrester” du site Mobile Commerce Daily, Mme Deee Carrington déclare « ecommerce will make up 9 percent of total retail sales by 2016, and mobile commerce will only make up 8 percent of ecommerce. However, by 2017, Forrester expects mobile payments to reach $90 billion.

Ce qui se traduit par une simple équation: En 2016, le e-commerce représentera 9% du commerce total, et le m-commerce 8% du e-commerce. Il n’y pas besoin d’appeler Cédric Villani pour faire le calcul. Le m-commerce représentera donc 8% de 9%, donc 0,09*0,08 = 0,0072 = 0,72% du commerce global en 2016. Vous avez bien lu. 0,72% Tous ça pour ça. Il est clair que les articles sur le m-commerce représente bien plus de 0,72% des écrits sur le commerce. Ceci dit, cela correspond tout de même à la coquette somme de 90 Md $ en 2017, toujours d’après Forrester.

Si l’achat par mobile dans le e-commerce ne représente en 2017 que 0,72% voire 1% (pour arrondir) du commerce mondial, alors on peut comprendre l’intérêt à attaquer avec le mobile les 91% du marché restant à conquérir, c’est à dire, l’achat en magasin physique toujours avec son mobile, et donc l’achat de proximité.

Et hors cash, chèque (y compris chèque restaurant), comment paie t-on dans un magasin ? Avec une carte de paiement, bancaire ou privative, débit ou crédit sur un terminal de paiement électronique.

La bataille est donc sur l’accès au terminal de paiement électronique, c’est à dire, au réseau d’acceptation carte bancaire et ça se complique pour les acteurs du web. Les banques partout dans le monde et en particulier en Europe, aux Etats-Unis et en Asie, mettent à jour les terminaux de paiement électronique pour qu’ils acceptent la technologie sans contact. En Europe, plus d’un million de TPE sont déjà installés. En France, c’est plus de 100 000 points de vente qui l’acceptent (entre 8 et 9% des points de vente). Ces TPE acceptent à la fois les paiements standard par carte contact, par carte sans contact et par mobile, lorsque une application bancaire utilisant le NFC est installé : citons Kix de BNPParibas et la M-Carte du Crédit Mutuel qui seront bientôt rejoint par la Société Générale et la Banque Postale. Isis, la solution de paiement mobile proposée par les opérateurs US  est en phase de lancement aux US et déjà plus 1 million de TPE sans contact sont disponibles en Chine (source China Mobile) et l’Asie et la Corée ont 10 ans d’avance sur le reste de la planète sur des technologies proches et en cours de migration vers le NFC.

De leur coté, Paypal et Google ont une approche différente. Les deux sociétés ont bien sûr compris l’importance d’accéder avec le mobile aux TPE, mais sans passer par la solution coté mobile, de Secure Element basé sur la SIM de nos mobiles, préconisée par les banques associés aux opérateurs mobiles.

A commencer par Paypal (deuxième information) qui essaie, après un accord avec Discover, une carte de paiement bien loin derrière Visa, Master Card et American Express en terme de marché, d’utiliser les Beacons, nous en avons déjà parlé dans ce blog, pour contourner le problème. Les beacons, technologie de géo-localisation / géo-marketing que Paypal aimerait transformer pour une solution de paiement sans passer à la caisse, sans utiliser directement le terminal de paiement électronique.

Android Kitkat (c) GottaBeMobile

Android Kitkat (c) GottaBeMobile

Troisième information, la nouvelle version d’Android, KitKat, support le HCE, Host Card Emulation. Cette annonce contient deux informations importantes :

  1. Google continue à investir dans le NFC (Android c’est 70% de part de marché en Europe pour 20% pour iOS).
  2. Google, tout comme Paypal, ne souhaite pas utiliser la solution de sécurité basée sur la SIM (voire même sur l’élément sécurisé du mobile) et donc propose à travers le HCE, une solution Host Based, basée sur la technologie  SimplyTapp où la sécurité réside dans le cloud.

Beaucoup de questions se posent à savoir si cette proposition, avec une solution de sécurité logiciel plus faible que la solution hardware, sera acceptée par EMVco, l’association qui définit les standards pour les cartes de paiement à puce. Ensuite, cela veut dire une connectivité plus nécessaire coté mobile, des temps de réponses certainement plus lents, des données qui vont se ballader dans le cloud avec toutes les conséquences en terme de sécurité qu’on peut imaginer.

Quatrième et dernière information, la plus récente, l’annonce par Orange, d’Orange Cash, une carte de paiement Visa, prépayé et dématérialisée sur mobile NFC. Pour certains, ce n’est qu’un porte-monnaie mobile de plus. A y regarder de plus près, cette annonce a des impacts plus forts qu’il n’y parait. Une des difficultés du paiement sur mobile NFC à ce jour, est qu’il faut une combinaison du bon mobile, du bon opérateur et de la bonne banque. Si vous êtes chez Free, avec un iPhone et chez LCL, vous n’avez aucune chance à court terme d’avoir une solution de paiement sans contact par mobile. Si vous êtes chez Orange, avec Samsung Galaxy S2,3,4 et à la BNPParibas, c’est disponible, ou NRJ Mobile, Samsung de nouveau et Crédit Mutuel, alors de nouveau, vous pouvez dématérialiser votre carte de paiement et utiliser votre mobile pour payer dans plus de 100,000 magasins en France aujourd’hui.

Orange Cash

Orange Cash

Orange Cash, développé avec Visa Europe, c’est donc la possibilité d’avoir un porte-monnaie électronique pré-payé, une carte de paiement Visa que vous rechargez vous même, avec une combinaison simplifiée (Orange, mobile) : tout téléphone NFC Android (à ce jour) ET Orange. Le facteur banque n’apparait plus. Il n’y a pas besoin de faire des démarches auprès de sa banque, et l’opération se fait en ligne. En quelques minutes, l’abonné Orange équipé d’un mobile NFC Android va pouvoir payer sans contact, sans code pour moins de 20 € en rechargeant à sa guise la carte quand il le souhaite. Beaucoup plus de consommateurs français deviennent éligibles au paiement sans contact et la mise en place est beaucoup plus rapide. Ajoutons que cette carte dématérialisée peut également servir à payer en ligne, sans créer de compte supplémentaire, sans entrer tous les chiffres de sa carte, tout comme de nombreuses autres solutions offertes par les banques. Si cette annonce se confirme, nous avons donc une solution simple et pratique de paiement mobile sans contact et sur Internet pour les clients Orange. Test à venir à Caen et Strasbourg dans les prochains mois, avant un lancement en 2014.

L’assemblage du puzzle se poursuit. A suivre de près, bien sûr.

Pierre Métivier

(*) Just kidding

Pour aller plus loin

Cette entrée a été publiée dans Sans contact, et marquée avec , , , , , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

3 réflexions au sujet de « Comprendre le puzzle du paiement mobile pièce par pièce. »

    1. Pierre Metivier Auteur de l’article

      Vous avez raison que l’équation telle que je l’avais posée n’était pas claire. Je viens de préciser et donc « 8% de 9%, c’est 0,09*0,08 = 0,0072 = 0,72% du commerce global en 2016 ». Pour donner un ordre de grandeur – 10% de 10% c’est bien 1%.

      Répondre
  1. Ping : Sotfcard et Google Wallet, paiement NFC de proximité et non paiement en ligne – Spécial media | Avec ou Sans Contact

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s