L’objet comme antenne d’une étiquette RFID, un des projets présentés à la Conférence du Pôle SCS

Pole SCS

Pole SCS

Le 30 janvier 2014, live from Sophia-Antipolis, le Pôle SCS, le pôle d’innovation des Solutions Communicantes Sécurisées, a présenté le déploiement de sa stratégie d’innovation, en s’appuyant sur 3 SSA – Smart specialisation Areas : Sans contact; Réseaux, M2M & Services Mobiles; Sécurité & Identités Numériques. Trois grands sujets et six tables rondes très concentrées (les anglo-saxons diraient shoe-horned) en une matinée associant industriels et professeurs, grandes entreprises, PME et startup . Nous nous focaliserons sur les trois premières tables rondes plus technologiques et donc sur ce projet innovant en matière d’étiquettes RFID.

Enjeu technologique Stockage Sécurisé et Cloud

Enjeu technologique Stockage Sécurisé et Cloud

La première table ronde, animée par Christian Bonnet, Professeur EURECOM, a abordé le sujet « Enjeu technologique Stockage Sécurisé & Cloud » avec SecludIT, HP, le laboratoire I3S, Orange Labs. Pour Christian Bonnet il faut « S’entendre sur la sémantique, le vocabulaire des données – pouvoir se comprendre. » Sur les protocoles et les standards de l’internet des objets, il cite OneM2M.  Le groupe de travail Big Data du Pole SCS représenté par Pierre Baudelle, Marketing Manager, Hewlett Packard, présente ses travaux. Pour Thierry Nagellen, Orange Labs, les caméras de surveillance et autres réseaux dédiés sont faciles à pirater, de même pour l’internet des objets et autres objets connectés type Nest ou frigo à base de réseaux privés et publics. Il y a un réel manque de sécurité. Autre exemple, l’iPhone n’est pas plus sécurisé, une heure de cours permettrait à chacun de savoir comment récupérer toutes les informations personnels stockées. La solution à tout cela pour Thierry Nagellen, la SIM bien sûr. Sergio Loureiro, CEO & Fondateur de la société, SecludIT, propose une solution de sécurité dans le cloud  et présente le CSA – Cloud Security Alliance.  Même constat sur la sécurité. Même sur les Amazon Web Services, il y a des failles de sécurité / machines virtuelles. Karima BOUDAOUD, Maitre de Conférences Laboratoire I3S, UNS, se focalise sur la sécurité des consommateurs. « Quand vous pensez sécurité, pensez aux utilisateurs finaux« .

Cette première table ronde a abordé sans ménagement les sujets de sécurité du monde connecté, l’importance de la sécurité à tous les niveaux dans l’internet des objets, le cloud, le M2M mais sans aborder la notion de degré ou de gestion de risque. On n’a pas besoin de protéger de la même manière les données d’un passeport électronique et d’un Parrot Flower Power.

Enjeu Technologique Gestion et portabilité des services avec protection des données

Enjeu Technologique Gestion et portabilité des services avec protection des données

Deuxième table ronde « Enjeu Technologique Gestion et portabilité des services avec protection des données » animée par Laurent Manteau de Gemalto avec Neowave et le CEA Leti. Laurent présente une infrastructure où les termes – Global Platform System messaging, open mobile, API, SWP et HCI se cotoient. Ses mots-clé sont confiance, innovation, échelle / « scalabilité », valeur d’usage et services, associant l’importance des TSM au développement de l’écosystème NFC, et cite le rôle du Forum SMSC comme acteur-clé pour évangéliser les services mobiles sans contact. Merci Laurent (1) Assia Tria, responsable du département, Systèmes et Architectures Sécurisées, ENSMSE & CEA Leti prononce la phrase du jour en faisant allusion à l’affaire Snowden « De l’internet des objets à l’internet des espions, c’est bien pour la communauté de la sécurité. » communauté très représentée dans cette matinée et au sein du Pôle. Assia cite un exemple de problèmes de données personnelles non sécurisées avec le site booking.com. L’hotelier reçoit en clair avec la réservation toutes les infos CB du client. Le « privacy by design » devrait être la règle et chaque citoyen doit également se protéger. Enfin, Michel Leduc, VP du SSA Sécurité et Identités Numériques et VP MarCom, Neowave nous parle de simplifier cet écosystème du sans contact ainsi que de l’importance d’offrir d’autres objets NFC que le mobile ou la carte (en l’occurrence des clés USB connectés) et de laisser le choix au consommateur.

Enjeu Technologique Radiofréquence RFID

Enjeu Technologique Radiofréquence RFID

La dernière table ronde abordée dans ce compte-rendu est intitulée « Enjeu Technologique Radiofréquence RFID » animée pas Christophe Loussert, VP SSA Sans Contact, VP, RFID Integration Tagsys avec également IM2NP, LEAT. Philippe Pannier Professeur des Universités, Responsable Equipe RFID – Capteurs Laboratoire de l’IM2NP aborde le sujet de la récupération d’énergie radio fréquence / « energy harvesting », un vrai sujet déjà abordé dans ce blog, parle de RFID imprimé, d’étiquette RFID complexe ultra-wide band pour la localisation, UHF pour l’identification, et des possibilités de tout imprimer sur papier. Il évoque le projet Tacites, le rapprochement de la RFID UHF et HF / NFC, un projet dont le Proof of concept, a été réalisé mais qui peine à trouver son marché – voire sur le sujet cet article du blog. Robert Staraj, VP SSA Sans Contact, Prof. des Universités, du Labo LEAT UNS, Université Nice aborde le développement des antennes RFID. Tout comme le fameux choix cornélien entre Qualité vs. Temps vs. Coût – bien connu des chefs de projets (2), le design des antennes propose des choix entre efficacité vs. miniaturisation vs. bande passante vs. energie. Le sujet de la réduction de la taille des antennes est important pour le marché des « wearables ». Cette session a été sponsorisée par Mr Maxwell et ses équations qui permettent toujours le calcul des antennes RFID.

La phrase « Evitons de cuire l’être humain » a été prononcée, image osée, signifiant, réduisons l’énergie émise et reçue pour les échanges radio-fréquences à travers l’étude de nouvelles formes d’antenne et justement … le dernier intervenant et animateur de la table ronde est Christophe Loussert de Tagsys.

Comment intéresser un ingénieur au RFID !

Comment intéresser un ingénieur au RFID !

L’Europe a raté le 1er lancement de la RFID UHF malgré une avance technologique au départ et des sociétés compétentes et leader. 3 Milliards d’étiquettes RFID UHF ont été vendus en 2013. Pour Christophe, la deuxième vague sera la RFID UHF intégrée directement aux objets car en associant les ondes mécaniques et l’électromagnétisme, il est possible d’augmenter la portée des tags RFID UHF. Par exemple, l’utilisation de certains éléments d’objets comme les branches de lunette en tant qu’éléments mécaniques, on renforce la puissance de l’antenne RFID et améliore ses performances. Ces éléments de l’objet deviennent partie prenante de l’étiquette, sous forme de dipôle. Comme le décrit Christophe, les branches de lunette, les armatures d’un soutien-gorge ou la collerette métallique d’une bouteille agissent comme une antenne (électrique), bien plus efficace que le tag seul (antenne magnétique). L’antenne électrique en UHF fait 15 cm (lambda/2) ce qui est à peu près ce que l’on a dans ces objets.

De plus, Tagsys travaille également sur un tag HF et UHF, comme dans le projet Tacites, pour combiner à la fois :

  • UHF pour avoir une portée en mêtre avec un petit tag sur un objet « sympathique » dans le sens porteur d’une antenne électrique
  • HF pour donner accès à des centaines de millions de mobiles NFC capable de le lire

Un projet à suivre donc dans le cadre du développement des objets connectés.

Une conférence passionnante, ayant abordée tous les sujets couvert par le Pôle : sécurité, cloud, IoT, RFID, sans contact, à la fois par les cotés technologies, applicatifs et marché (retail, transport, santé) : ces derniers sujets non couverts dans ce bref compte-rendu, une pléthore de sujets qui auraient mérité une journée complète pour couvrir sereinement leurs richesses et le nombre des intervenants.

A suivre.

Pierre Métivier

Notes

(1) L’auteur de cet article est délégué général du Forum SMSC salué par Laurent
(2) et de mes élèves de Neoma Business School que je salue.

Ce compte rendu ne relate pas les trois tables rondes applicatives qui ont suivi autour du transport (à laquelle l’auteur de cet article participait), du retail et de la santé, pourtant également très intéressantes ni la Présentation des Priorités & du Plan Animation 2014 du Pôle SCS par Georges Falessi. Merci aux organisateurs et l’ami Julien Bonnel de Laser Symag qui non seulement a brillamment participé à sa table ronde sur le retail mais m’a apporté un support logistique et transport bien utile. Merci à toi.

Cette entrée a été publiée dans Sans contact, et marquée avec , , , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015) ainsi que du Blog « Avec et sans contact ». Il est aujourd’hui expert et enseignant / formateur en gestion des innovations numériques à forte valeur ajoutée utilisateurs à l'EISCI (Mardis de l'Innovation, Club de Paris des Directeurs de l'Innovation).

Une réflexion au sujet de « L’objet comme antenne d’une étiquette RFID, un des projets présentés à la Conférence du Pôle SCS »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s