Archives mensuelles : janvier 2015

Le grand flop du paiement sans contact ? Sondage, réalité et French « French bashing »

Un grand flop ou une mécomUn grand flop ou une méconnaissance du sujet ?préhension du sujet ?

Un grand flop ou une méconnaissance du sujet ?

Le sujet du paiement est complexe, difficile à appréhender de par la diversité des acteurs, technologies et des solutions – carte avec contact, sans contact, mobile, paiement de proximité, paiement en ligne, paiement par carte sur Internet, wallet … Après une série d’articles dans la presse quotidienne mi-janvier mélangeant allègrement le paiement de proximité de type cartes bancaires et le paiement en ligne type Paypal, un copié collé collégial d’un article de l’AFP erroné, objet d’un billet précédent, c’est un sondage (PDF) réalisé par Odoxa et commandé par le Syntec Numérique en partenariat avec un certain nombre de supports papier, online et TV – BFM Business TV, 01 Net, L’Usine Nouvelle et le Parisien, ce qui a généré des titres et des interprétations variés à partir des mêmes données comme :

(Ouvrons tout de suite une parenthèse concernant le terme de paiement sans code. On parle généralement de paiement sans contact et non sans code. Si le journaliste a souhaité volontairement utilisé ce terme, alors rappelons que le paiement par carte bancaire sans code est déjà répandu et que ce n’est ni un flop, ni le sujet qu’il couvre dans son article. Les péages d’autoroute ou les parking (en ouvrage comme les aéroports) sont payables par cartes de paiement avec contact sans mettre de code et souvent pour des montants bien supérieurs à 20 €. Fin de la parenthèse)

Paiement sans contact NFC mobile

Paiement sans contact NFC mobile

Que dit ce sondage ? Verbatim – Le paiement par cartes sans contact est boudé par les Français, par manque de communication. Les Français se désintéressent du paiement sans contact. Ils pensent majoritairement que ce n’est pas utile.

44% des sondés indiquent qu’ils savent qu’ils ont une carte de paiement sans contact et donc 56% ne le savent pas. A fin décembre, 46% des cartes en France sont sans contact, très proches des 44% sachant qu’un consommateur peut avoir plusieurs cartes. Etonnant, non. Donc 56% ne savent pas et tiens, 57% pensent que ce n’est pas utile. On peut voir la une certaine corrélation, même si bien sûr il y a des sondés qui ont le sans contact et que cela n’intéresse pas comme il y en a qui ne l’ont pas et que cela pourrait intéresser. Globalement, les personnes qui n’ont pas de cartes sans contact n’en voit pas l’utilité, logique.

A la question sur l’utilité de la carte, cette même question aurait obtenu le même type de réponse si on avait demandé aux consommateurs si ils avaient besoin d’une tablette avant le lancement de l’iPad. Pourquoi une tablette alors que j’ai déjà un smartphone et un ordinateur ? On connait la suite.

En complément du sondage, il aurait été intéressant de poser des questions de satisfaction sur l’usage du sans contact par ceux qui l’avaient essayé. Est ce que vous gagnez du temps, est-ce que c’est plus simple, êtes vous satisfait du service ? Et on aurait obtenu des chiffres différents, des chiffres de satisfaction nettement plus élevés et positifs. Les taux de satisfaction à Nice, première ville équipée carte de (et mobile) paiement NFC, ont été de 80%.

Paiement sans contact France 2014 (c) Groupement CB

Paiement sans contact France 2014 (c) Groupement CB

Par delà les interprétations diverses d’un sondage, il y a la réalité de l’usage par les consommateurs, avec les chiffres disponibles auprès du Groupement Cartes Bancaires. La courbe ci-dessus parle d’elle-même. Le paiement sans contact NFC en France en 2014, c’est 64.5 millions de transactions pour une valeur de 706.6 millions d’€. Certains articles précisent parfois que le paiement sans contact représente moins de 1% des transactions cartes. En fait, les 11 millions de transactions sans contact de Décembre 2014 représentent déjà 4% du nombre de paiements cartes bancaires en dessous de 20 €, c’est 30% en Pologne, plus de 50% en Australie. En France, même si le pourcentage reste faible il est en forte progression comme le montre la courbe. Tous ces chiffres sont à disposition des journalistes qui auraient pris la peine de se renseigner auprès d’une seconde source d’information. Titrer « un grand flop » quand on voit cette courbe, c’est à ne rien comprendre d’autant plus que le paiement sans contact NFC de moins de 20 € est pratique et rapide pour acheter les … journaux. Une technologie plutôt amie de la presse, puisque paiement de proximité, presse qui en a bien besoin, nous y reviendrons en conclusion.

Ceci dit, lorsqu’on lit complètement le sondage et ses conclusions, on y voit un futur beaucoup plus positif que certains titres lapidaires engendrés par ces mêmes sources. Il y a peu de doute sur le succès à venir du paiement sans contact. Oui, il y a besoin d’explication, d’information et de formation mais la réalité de la progression de l’usage est bien là. N’oublions non plus que c’est aussi une question d’infrastructure puisqu’à fin décembre, seulement 20% des magasins CB acceptaient le paiement sans contact. Cet élément-clé de contexte est absent de l’analyse du sondage publié mais a été signalé dans le débat de BFM Business TV qui a suivi. La mise à jour des commerces se fait à grand pas mais ce « un sur cinq » limite évidemment les occasions de payer en sans contact.

Ce titre « le grand flop » et d’autres articles par le passé, parlant du scandale des cartes bancaires sans contact, claironnant « NFC la fin d’un rêve » ou annonçant, une fois de plus, la mort du NFC lors de l’annonce par Apple des beacons l’année dernière, c’est clairement du French bashing, non pas en provenance de l’étranger mais franco-français, ce French bashing régulièrement combattu avec conviction et justesse par les pouvoirs publics et par les media en particulier en ligne. Ce n’est pas le cas ici, sûrement, de nouveau, par manque de connaissance du sujet. Le développement de la technologie NFC, utilisée par le paiement sans contact cartes et mobiles, basée sur la carte à puce, profite à de nombreuses entreprises françaises – grands groupes et startups, et elle est utilisée partout dans le monde avec beaucoup moins d’états d’âme qu’en France. En Europe, la France n’est que 6ème par l’utilisation du sans contact derrière les anglais, les polonais, les espagnols, les italiens et les slovaques (de mémoire) alors que des sociétés comme Gemalto, Morpho, Oberthur, Ingenico, Worldline, Orange et d’innombrables PMEs et startups sont derrière tous ces services sans contact cartes et mobiles partout dans le monde. Enfin, rappelons que pour les versions sur mobile de ce paiement sans contact, Apple et son Apple Pay ou le Google et son Google Wallet ont adopté la technologie.

Sur le sujet du paiement sans contact carte et mobile, un usage simple pour le consommateur, mais un déploiement complexe côté industriels, tous les acteurs, opérateurs télécom, banques, réseau CB, commerces, industriels, et autres associations, doivent redoubler leurs efforts en terme de pédagogie, auprès des consommateurs mais aussi des média. Même si des campagnes nationales ont déjà eu lieu, elles n’ont clairement pas été suffisantes. Les agences bancaires et les commerçants doivent aussi participer (et beaucoup le font) pour expliquer, montrer, partager, faire disparaitre quelques légendes urbaines et aussi promouvoir le service. L’exemple de Londres, cité par Marc-Henri Desportes, directeur général adjoint de Worldline, pendant le débat sur BFM Business est typique. Le métro anglais a été gratuit tout un week-end pour les voyageurs qui utilisaient leur carte MasterCard sans contact pour valider leur transport. Et cela, tout le monde comprend 🙂 L’usage du paiement sans contact en Grande-Bretagne est nettement plus élevé qu’en France, et de loin !

La conclusion de ces deux épisodes est double. Les industriels ont donc davantage d’efforts de communication à effectuer. Mais vous aussi, les media et en particulier ceux cités ci-dessus, merci d’y mettre un peu du votre en terme de compréhension du sujet, de titres en relation avec le contenu, de partage d’une information comprise, de pédagogie et de clarté auprès de vos audiences.  🙂 Un dernier exemple sur ce dernier point, la clarté. La vidéo qui accompagnait le débat (voir à 2:10) sur ce même sujet sur BFM Business TV montrait un paiement sans contact pour 21 € !!! avec un premier tap et une insertion de la carte ensuite, tout le contraire de la simplicité du geste du paiement sans contact à moins de 20 €, sa raison d’être. A n’y rien comprendre !

Achat MISC mag par paiement sans contact

Achat MISC mag par paiement sans contact

Sur ce, je propose à tous les lecteurs de régler leur prochains achats presse par paiement sans contact carte ou mobile (pour ceux qui en disposent bien sûr) comme j’ai pu le faire dans un point presse d’une gare parisienne très récemment. Nous les aimons bien nos media, surtout informés 😉

A suivre… avec patience et confiance.

Pierre Métivier

 

Caen-la-mer innove avec un service mobile NFC pour simplifier le stationnement en ouvrage

SimplyPass, Parking NFC, Caen

SimplyPass, Parking NFC, Caen

On peut distinguer deux grands types de stationnement public – le stationnement en voirie et celui en ouvrage, ce qu’on peut traduire en langage courant par horodateur et parking.

Nous avons déjà abordé le sujet du stationnement en voirie où le paiement par carte avec ou sans contact et mobiles NFC est désormais possible dans de nombreuses grandes villes. L’utilisation de la carte de paiement avec ou sans contact et du mobile a de nombreux effets positifs à la fois en termes

  • économiques pour les communes – la possibilité de payer même sans pièce ou sans la carte spécifique horodateur augmente la fréquence de paiement, diminue le « je n’ai pas de pièces, tant pis, je ne paie pas« ,
  • économiques et écologiques – moins de pièces à gérer / manipuler / transporter et
  • de facilité d’usage pour l’automobiliste qui n’a pas toujours de monnaie ou la carte de stationnement pré-payé.

Il existe d’autres solutions en voirie, la plus connue étant PayByPhone, avec ses avantages et ses inconvénients déjà abordés dans ce même article.

En ce qui concerne le paiement en ouvrage, la carte sans contact est déjà largement utilisée partout en France, par les différents opérateurs comme Vinci Park ou Q-Park. Sa version mobile est plus rare, hors Monaco (de mémoire) depuis 2010 et Nice suite au lancement de l’expérimentation Nice ville NFC.

Cette semaine, Vinci Park avec l’aide d’Orange en tant qu’opérateur, Xerox pour le matériel et dejamobile pour le développement logiciel en coopération avec la ville et la communauté d’agglomération de Caen-La-Mer ont lancé la dématérialisation du ticket de parking sous la forme d’un service sans contact et d’une application Android.

SimplyPass Caen

SimplyPass Caen

Dans cette première version, une fois l’application installée, on présente son mobile à la borne d’entrée et la barrière s’ouvre. L’information est stockée dans la SIM du mobile. Avant de repartir, on présente son mobile devant l’automate de paiement. Une fois réglée le stationnement, on sort en présentant de nouveau son mobile à la borne de sortie. Pour certains parkings, la plaque d’immatriculation ayant été prise à l’entrée, le système d’information sait que vous avez payé et la barrière s’ouvre sans même présenter le mobile. Résultats – un temps réduit à la borne d’entrée et de sortie, des tickets en moins qui ne seront pas jetés et l’automobiliste garde trace sur l’application mobile des tickets dématérialisés et des paiements correspondants. Un dernier détail – le service fonctionne même si le mobile est éteint ou batterie déchargée puisque c’est la SIM du mobile qui est utilisée pour stocker le ticket .

A venir, après ce premier parking équipé :

  • le déploiement sur tous les parkings Vinci Park non seulement de Caen mais de tous les parkings Vinci Park de France
  • l’intégration de la fonction paiement dans l’application, ce qui évitera le passage à l’automate de paiement
  • le déploiement sur d’autres OS comme Windows mobile.
  • le portage prévu sur les mobiles des principaux opérateurs.

Le NFC est une technologie qui s’adapte parfaitement à ce type d’application car elle ne nécessite pas d’accès Internet, contrairement aux autres moyens de paiement sur mobile et nous savons tous que le wifi ou les accès 3 ou 4G sont plutôt rares dans dans les parkings souterrains. A noter également que c’est l’une des premières applications développées  avec les API NFC d’Orange, une « blackbox » destinée à simplifier le développement d’applications NFC mobiles nécessitant la sécurisation de données personnelles.

Un usage nouveau et utile qui montre une fois de plus, la polyvalence et l’universalité de la technologie NFC – paiement, contrôle d’accès, transport, information … et l’intérêt pour les communes d’offrir ces usages à leur citoyens. On peut imaginer non seulement ce type de services dans les parking mais également et bientôt sur les péages d’autoroutes, pour un gain de temps de la transaction et une meilleure traçabilité côté consommateur.

A suivre … dans un parking Vinci Park près de chez vous.

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

SimplyPass Android

SimplyPass Android

Sotfcard et Google Wallet, paiement NFC de proximité et non paiement en ligne – Spécial media

Google Wallet et Softcard

Google Wallet et Softcard

Dans le monde du paiement mobile, la dernière rumeur est l’acquisition potentielle par Google de Softcard, anciennement Isis, une solution de paiement mobile de proximité NFC créée en 2010 par trois opérateurs télécoms américains – AT&T, Verizon et T-Mobile pour contrer … tiens tiens … Google Wallet, un autre service de paiement mobile de proximité NFC.

L’achat ferait sens pour Google pour prendre un peu de volume par rapport à Apple et son Apple Pay, un troisième service de paiement de proximité NFC. Paypal pourrait s’y intéresser également puisque la société, reine du paiement en ligne sur Internet, a beaucoup de difficultés pour se faire une place dans le monde du commerce de proximité / retail.

Après ce résumé très succinct de la rumeur, nous y reviendrons, il est intéressant d’analyser comment l’information  est arrivée en France, du premier article US sur ce rachat potentiel jusqu’aux journaux français qui ont titré autour du paiement en ligne !

Softcard et Google by Techcrunc

Softcard et Google by Techcrunch

L’article d’origine vient de TechCrunch, en date de 16 janvier. L’article décrit clairement le service Softcard, un service NFC sans contact, ses difficultés, et les raisons pour lesquelles Google pourrait être intéressé par un rachat, comme indiqués dans la première partie de cet article.

L’article de Techcrunch a été ensuite repris par le le Wall Street Journal le même jour, qui parle de paiement mobile sans citer le NFC ou le sans contact. L’article s’intéresse logiquement au côté business d’un rachat éventuel.

A noter qu’aucun des deux articles ne parle de paiement en ligne / online.

L’AFP (ici en version Libération) reprend l’article du WSJ, introduit l’expression « logiciel de paiement en ligne » en début d’article et conclut correctement avec une définition de Softcard en tant que paiement NFC.

Softcard et Google by Le Monde

Softcard et Google by Le Monde

Pendant le week-end,  la plupart des media reprend en grande partie, voire mot pour mot, l’article et les termes de l’AFP. Les titres changent et voilà comment les articles en français concernant Softcard parle d’un « logiciel de paiement en ligne » comme l’est Paypal alors que c’est un « service de paiement sans contact mobile NFC » tout comme Google Wallet et Apple Pay et que ce rachat potentiel de Softcard par Google n’a pas de lien direct avec le paiement en ligne.

Certains journalistes ont bien compris ce qu’est Softcard et le pourquoi du rachat potentiel. Leurs articles sont donc clairs comme

Par delà le coté anecdotique de ces titres erronés et de ces articles copiés/collés hâtivement le week-end, il est néanmoins important de comprendre les enjeux du paiement mobile. Comme nous l’avons expliqué souvent dans ce blog, le paiement par mobile peut se découper en trois grandes catégories :

  • le paiement de proximité dans un magasin . Cela peut se faire avec son mobile équipé d’un wallet – une carte de paiement dématérialisée – permettant de payer sans contact sur les terminaux de paiement des commerçants. C’est le paiement sans contact ou NFC. En France, les banques comme la BNP Paribas, le Crédit Mutuel, le CIC, la Société Générale, la Banque Postale ou un opérateur comme Orange offrent des solutions. Aux US, c’est donc Google Wallet, Softcard et Apple Pay. Il y a aussi des solutions à base de QRcode, comme ceux de Starbucks ou Auchan en France sur des terminaux de paiement spécifiques.
  • le paiement en ligne sur l’internet, dont le représentant « pure player » le plus visible est Paypal mais on peut bien sûr également payer avec une carte bancaire et d’autres solutions.
  • le paiement sur facture opérateur
Tappy, mascotte de Softcard

Tappy, mascotte de Softcard

Si on rajoute que le terme paiement mobile regroupe ces trois catégories et que tous les acteurs cherchent à investir les autres marchés, la confusion est facile comme nous le voyons avec les titres sur Softcard.

Indépendamment du mélange des termes, il y a une bataille du paiement mobile dans le commerce de retail, qui représente, rappelons le, environ 90% du commerce grand public mondial et donc 10% pour le commerce en ligne) (*). Chiffres Forrester. Cette bataille sera féroce. Elle ronronnait aux Etats-Unis entre Google Wallet et Softcard. L’arrivée d’Apple Pay est en train de la dynamiser, les rapprochements sont inévitables et gare aux acteurs qui n’auront pas de solutions mobiles de proximité simple et universelle comme le permet la technologie NFC, d’où l’intérêt que pourrait avoir Google (ou Paypal) pour Softcard – CQFD.

A suivre.

Pierre Métivier

(*) Et quelques dixièmes de % pour le paiement sur facture opérateur, chiffres que je ne connais pas et qui font un total de plus de 100% ce qui ne m’arrange pas 🙂
Pour aller plus loin

Une série d’articles sur le blog sur ces sujets, certains plus anciens n’intègrent pas Apple Pay, argument supplémentaire côté NFC