Archives mensuelles : mai 2015

Domotique et NFC

Domotique News #298

Domotique News #298

Ce billet est la reprise d’un article publié dans le N° de Mars 2015 de Domotique News, la newsletter bien-connu du monde de la domotique, qui présente depuis des années l’actualité du smart home, des objets connectés et du contrôle d’environnement. Ce mensuel est animé avec énergie et passion par Bruno de Latour.

Domotique et NFC

Une technologie de communication discrète mais souvent présente dans la domotique et l’internet des objets.

Les bandes de fréquences (c) Olivier Ezratty - Domotique News #297

Les bandes de fréquences (c) Olivier Ezratty – Domotique News #297

Dans le N° de Février de Domotique News, un tableau présente les différents réseaux utilisés dans la domotique. ANT+, Zigbee, EnOcean, Semtech, Sigfox, LTE, Thread, Bluetooth, UWB, TransferJet, DECT, Li-Fi,… sont présents. Étonnamment, il manque la RFID en général, que ce soit en LF, HF ou UHF. La fréquence la plus basse listée par Olivier Ezratty sous le terme de « domotique diverse  » est 433 MHz ce qui correspond à de la RFID UHF. Et portant, le terme d’Internet des objets a été utilisé la première fois en 1999 au département RFID (AUTO-ID) du MIT. Et l’UHF est probablement la technologie de communication radio fréquence qui connecte aujourd’hui le plus d’objets que ce soit chez les militaires (DoD américain ou Armée française), l’aéronautique (Airbus ou Boeing utilisent énormément cette technologie) ou la logistique / traçabilité en général, Wal*Mart ou Metro par exemple. Des applications il est vrai plus B2B que B2C, plus M2M que gadgets connectés.

Le 13,56 MHz, le RFID HF ou NFC n’est pas non plus présent dans ce tableau. C’est d’autant plus étonnant que dans le dernier et excellent rapport d’Olivier sur le CES 2015, le salon l’électronique grand public, le mot NFC apparait près de 50 fois. La technologie est présente dans de nombreuses objets de la maison – appareils photo, enceintes musicales (pour un appairage rapide), télévisions, consoles de jeux, équipement de recharge sans fil par induction, projecteurs, appareils ménagers comme des machines à laver, et bien sûr montres connectées ou mobiles : rappelons que l’iPhone 6 et l’iWatch contiennent tous les deux une puce NFC.

La technologie NFC, technologie de communication radiofréquence courte distance, présente un certain nombre d’avantages dans le monde des objets connectés et de la domotique. C’est une technologie frugale, la seule technologie radiofréquence d’échange entre deux objets dont un seul a besoin d’être alimenté. L’échange se fait entre un lecteur, qui apporte l’énergie, et une étiquette équipée d’une antenne, d’une puce et d’une mémoire. L’approche du lecteur, comme un mobile NFC, alimente l’antenne de l’étiquette, active la puce et la mémoire de l’étiquette et renvoie l’information au lecteur, en l’occurrence, le mobile. Ce qui se résume en : le NFC permet de faire du « energy harvesting » et permet de créer des objets connectés ne comportant pas d’énergie donc économiques et écologiques.

Il est possible de connecter des objets en utilisant :

  • soit une simple étiquette NFC passive qui va, à l’aide d’éléments de contexte, permettre un certain nombre d’actions. Par exemple, avec une simple étiquette, il sera possible d’interroger un parapluie et obtenir en retour le temps qu’il va faire. En approchant son mobile du parapluie (équipée d’une étiquette), celui-ci déclenchera automatiquement l’affichage de la météo sur le mobile.
  • soit des étiquettes NFC dynamiques (ST Micro, NXP, TI). Ces étiquettes comportent un bus I2C bien connu des spécialistes de la domotique. Dans ce cas, l’approche du mobile permet l’alimentation d’un capteur, son activation, et la récupération des informations sans utilisation d’énergie coté objet connecté. Au Mobile World Congress 2015, ST Microelectronics montrait un bracelet connecté, dont les informations étaient récupéré par le mobile sans autre consommation coté bracelet. Nul besoin de connectivité Bluetooth et l’autonomie du bracelet en est largement augmentée.

Dans la maison, outre les exemples déjà cités, on va retrouver ces approches dans le contrôle d’accèsserrures, les alarmes (désactivation rapide sans code), dans la gestion de l’éclairage (projet NXP / EnOcean), dans les compteurs intelligents comme le Gazpar de GrDF qui comporte une puce NFC pour les mises-à-jour de l’appareil, dans des centrales domotiques comme celle de MyFox, ou pour des projets comme la Lysbox, un boitier destiné aux bénéficiaires de l’APA, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie – du Loiret. Ce boitier autonome utilise à la fois le NFC pour la communication courte distance pour le personnel visitant les personnes à domicile et Sigfox, pour la communication longue distance entre le boitier et le SI du conseil général du Loiret. L’utilisation de ces deux technologies frugales permet une autonomie du Lysbox avec deux piles AA de deux ans sans autre alimentation.

A la lueur de ces exemples, nul doute que le NFC fera partie des technologies les plus présentes dans les objets connectés de la maison et de la domotique en général de par sa frugalité et son faible coût de développement et de maintenance.

Pierre Métivier

Pour en savoir plus

Le mobile NFC, Télécommande de notre quotidien, Pierre Metivier, Afnor

Le mobile NFC, Télécommande de notre quotidien, Pierre Metivier, Afnor

Cinquante milliards d’objets connectés Et moi, et moi, et moi !

Jacques Dutronc Et moi Et moi Et moi (par Accordéon du riche)

Jacques Dutronc Et moi Et moi Et moi (par Accordéon du riche)

Et si Jacques Lanzmann réécrivait aujourd’hui les paroles de « Et moi, et moi, et moi » pour Jacques Dutronc dans ce monde d’objets connectés valorisant le soi quantifié ? C’est à cet exercice de style que nous nous sommes modestement attaqués en essayant de garder l’esprit de chaque couplet avec plus ou moins de réussite. A vous d’en juger. Et que Jacques Lanzmann et Jacques Dutronc nous pardonnent. Et retrouvez la vidéo originale en fin de billet.

ET MOI, ET MOI, ET MOI

« 50 milliards d’objets connectés
Et moi, et moi, et moi
Avec ma vie sur mon mobile
Mon bracelet, mon thermostat
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

Quatre-vingt millions de Google car
Et moi, et moi, et moi
Dans ma voiture sans chauffeur
Mon chien robot n’a jamais faim
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

Trois ou quatre cent millions de capteurs
Et moi, et moi, et moi
Sur ma balance connectée
J’ai l’impression de perdre du poids
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

Trois cent millions de trucs fantastiques
Et moi, et moi, et moi
Avec mes applis et mes TICs
Dans mon p’tit lit automatique
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

Cinquante millions de gens imparfaits
Et moi, et moi, et moi
Qui ne regarde plus la télé
C’est bien plus chic sur mon iWatch
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

5 milliards de sans internet
Et moi, et moi, et moi
Avec ma ceinture connectée
Ma brosse à dent intelligente
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

Cinq cent millions de caméras
Et moi, et moi, et moi
Je suis tout nu dans mon bain
Avec la NSA qui me voit
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

Cinquante millions de soi quantifié
Et moi, et moi, et moi
Le dimanche dans un parc
Avec mon drone, je suis le roi
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie

50 milliards d’objets connectés
Et moi, et moi, et moi
Comme un bobo bien trop branché
J’ai plus de piles dans mes objets
J’y pense et puis j’oublie
C’est la vie, c’est la vie »

A suivre…. ou pas 😉

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

Une nouvelle façon de donner … sans contact, bien sûr !

Le sans contact une nouvelle façon de donner

Le sans contact une nouvelle façon de donner

Les utilisateurs de plus en plus nombreux du paiement par carte et mobiles sans contact le savent. C’est simple et rapide. Partant de ce constat, trois projets caritatifs, deux en Grande-bretagne et un troisième en France se sont appropriés la technologie NFC pour faciliter la collecte des dons.

Cancer Research UK, en coopération avec Clear Channel UK, a concu un système permettant de faire très facilement un don de 2 £ pour la recherche sur le cancer en Grande-Bretagne en approchant simplement sa carte ou son mobile de la fenêtre d’un magasin. La vidéo ci-dessous illustre clairement le principe. Le paiement sans contact peut également être intégré à des boites portables lors de campagnes de don dans la rue. Simple et efficace.

« Penny for London« , un projet soutenu par le maire de Londres, utilise un autre principe mais toujours en utilisant le paiement sans contact. Vous décidez un montant aussi petit qu’un penny et ce montant sera automatiquement ajouté à votre facture et versé à chacun de vos achats sans contact chez les commerçants participants et les services comme le transport. Cela oblige à s’inscrire, mais cela permet donc de choisir un montant ainsi qu’un plafond mensuel. Un principe de collecte plus proche de nos « Pièces jaunes« , sauf qu’il est automatisé, numérique et systématique et qu’il ne nécessite pas un système de collecte couteux. Il suffit d’enregistrer le N° de la carte de paiement sans contact sur le site de « Penny from London » et le tour est joué. Quand on sait que plus de 2,3 millions de paiement sans contact ont été effectués dans les transports à Londres depuis l’ouverture du service et 200 000 cartes de paiement sans contact sont utilisés par jour en provenance de 53 pays, on peut comprendre l’intérêt de cette méthode.

Ces deux premiers projets ont été présentés pendant la « Contactless Intelligence Conference » à Londres la semaine dernière.

Une jonquille pour Curie (c) MediaTransports

Une jonquille pour Curie (c) MediaTransports

La France n’est pas absente de cette approche. En mars de cette année, Ingenico a participé à la campagne « Une jonquille pour Curie« , une collecte de don également pour la recherche sur le cancer de l’Institut Curie, sur un modèle proche du premier service présenté. Pendant quelques jours à la Gare Montparnasse, il a été possible de passer sa carte de paiement sans contact ou son mobile NFC équipé d’une solution de paiement, d’une vitrine et ainsi effectuer facilement et rapidement un don de 2 €.

Paiement NFC pour musicien de rue

Paiement NFC pour musicien de rue

Rappelons enfin que dès 2010, la banque Barclays en Grande Bretagne avait expérimenté ce concept en l’associant à un musicien de rue.

Ces solutions innovantes, au service de la communauté, sont permises par la technologie NFC ajoutant simplicité et rapidité au don et en facilitant sa collecte. Nul doute que ces initiatives vont se développer.

A suivre.

Pierre Métivier
@PierreMetivier

Pour aller plus loin