La maison, un objet connecté différent des autres – l’exemple Somfy – 1/2

Tahoma Serenity - SomfyPourquoi la maison serait-elle un objet connecté pas comme les autres ? Il y a de nombreuses raisons à cela. Parce qu’elle est complexe, c’est un lieu de vie irriguée par l’air, l’électricité, l’eau, le gas, le wifi, la chaleur, le son, l’image, la lumière, la vie. On y cherche confort, sécurité, repos et activités, elle est habitée par des êtres différents, petits et grands, à deux et 4 pattes (pour la plupart), avec des besoins tous aussi différents. Elle est composée de pièces aux usages multiples, de la chambre à la cuisine, du salon au garage, maison qui, elle-même, fait partie d’une rue et d’une ville. Ce n’est pas un objet mais des centaines d’objets que l’on peut, qu’il faudra(it), qu’on pourra(it) connecter (ou pas).

Villa Arpel - Mon oncle - Jacques Tati

Villa Arpel – Mon oncle – Jacques Tati

La maison automatisée, connectée ou intelligente (nous reviendrons un jour sur ces 3 termes – NDLR) n’est pas un sujet nouveau, elle s’est appelée domotique. Il y a longtemps qu’elle est un terrain d’expérimentations techno- logiques. La plus belle illustration en est bien sûr la Villa Arpel du magnifique Mon oncle de Jacques Tati.

La domotique d’il y a 20 ans peut être considérée comme un échec. Complexité d’installation, manque d’installateurs, incompatibilité des différentes solutions, fragmentation du marché, coût en relation avec la rareté de la demande, un besoin et des cas d’usages non réellement identifiés : les raisons ne manquent pas.

La domotique revient donc en force sous le terme  » smart home  » avec le développement à la fois technique et médiatique des objets connectés et plus globalement de l’internet des objets. Technique car il y a désormais une offre abondante de capteurs, d’actionneurs et de connectivé à des prix de plus en plus compétitifs applicables aux composants de la maison, et médiatique, car tout objet connecté, quel qu’il soit, est abondamment commenté dans la presse, créant un renouvellement de l’interêt pour l’automatisation des maisons.

Côté parties prenantes :

  • Pour les acteurs de l’internet, et en particulier les GAFA, c’est un enjeu clé. La maison est un centre névralgique du consommateur, là où il se trouve en permanence. Et plutôt qu’attendre qu’il se connecte sur internet pour comprendre ses habitudes, quoi de mieux de l’observer dans son lieu de vie en lui offrant les outils qui vont l’aider à contrôler sa maison, tout en recueillant un nombre incroyable de données. Ce n’est pas par hasard que des acteurs comme Amazon et son Alexa, est un centre de contrôle potentiel de la maison, sans oublier le bouton Amazon Dash comme Google Home et Nest, son thermostat connecté.
  • Les fournisseurs d’énergie sont aussi intéressés par la connaissance des consommateurs à travers les nouveaux compteurs de type Linky ou Gaspar, et les opérateurs télécom ont leur propres offres « smart home ».
  • Les fabricants d’équipements pour la maison, volets roulants, portes, électroménagers, chauffage, sécurité, … ont l’avantage de maitriser des éléments physiques de la maison. Il est difficile de dématérialiser une porte de garage ou une prise électrique. Depuis des années, ces fabricants ont automatisé leurs équipements, à l’aide de moteurs, de servo-mécanismes. Un simple bouton ouvre ou ferme un volet. Les actionneurs sont donc en place. Il « suffit » de connecter ses actionneurs, ajouter les bons capteurs pour automatiser ou rendre « smart » les composants de notre maison. Même mouvement dans l’électroménager (petit et gros), les réfrigérateurs, les machines à laver, les plaques et autres appareils de cuisson et bien d’autres appareils et on va retrouver Samsung ou le Groupe Seb sur ces marchés.
  • Tout un ensemble de sociétés plus ou moins grandes spécialisées dans la domotique. Un comparatif récent proposait pas moins de 18 kits domotiques différents.
  • Et les consommateurs, de plus en plus connectés (et branchés), qui ont pour certains déjà automatisés leur univers multimédia, d’autres qui possèdent déjà des volets roulants ou des portails motorisés, des variateurs de lumières, qui font attention à leurs consommations électriques, qui sont sensibles au problème de sécurité … tous, candidats à rendre leurs maisons plus « smart ».

C’est dans ce cadre qu’il nous a été donné de tester un certain nombre d’équipements connectés de Somfy, leader du marché dans le marché des volets, des stores, des portails, des portes de garages et de nombreux automatismes, et l’une des premières sociétés à s’être lancé dans les équipement connectés pour la maison. L’occasion a été le lancement du kit Tahoma Serenity qui comprend un certain nombre d’éléments que nous allons passé en revue.

Tahoma Serenity by Somfy - home

Tahoma Serenity by Somfy – home

Le point central est une box, comme pour les opérateurs telecom. Cette box va gérer tous les équipements « connectables » de la maison à travers des applications client ou web suivant les plateformes. L’installation de la box elle-même est très simple, étant reliée par cable Ethernet à la box Internet de la maison. Le mode d’emploi se réduit à quelque graphes sans texte et cela suffit. Une fois associés le numéro de la box et un compte utilisateur, nous sommes connectés, ou tout du moins, notre box est connectée.

Le Kit Tahoma Serenity associe la nouvelle box domotique Tahoma ET une centrale de sécurité comprenant une alarme. Les deux éléments s’emboitent et il n’y a rien de plus (pour le moment) à faire. Il est temps de passer à l’installation des capteurs eux-mêmes livrés avec le kit. Celui-ci comprend un détecteur d’ouverture et de choc (porte ou fenêtre), un détecteur de mouvement intérieur, une prise électrique télécommandée et une télécommande sécurité, un petit boitier pour contrôler l’alarme.

Capteurs testés - Tahoma Serenity

Capteurs testés – Tahoma Serenity

La connexion des capteurs est relativement simple. Il faut les associer à la box à travers le site Somfy Connect. La diversité des capteurs et des objets que l’on peut connecter fait qu’il n’y a pas de méthode standard et qu’un coup d’oeil au mode d’emploi #RTFM est nécessaire. Il faut choisir parmi 4 grandes catégories d’objets (voire plus, nous y reviendrons) sur le site, le sélectionner, et ensuite il faut appuyer sur un bouton sur ou dans l’objet pour les appairer. L’appairage se fait en quelques secondes. La fixation des petits capteurs est simple également puisqu’on les fixe, soit avec des vis, soit par un adhésif double-face. Un conseil : pendant toute cette opération d’appairage, utilisez un ordinateur portable pour ne pas courir entre l’ordinateur et l’objet à connecter qui peut-être partout dans la maison ou l’appartement. Nous avons donc pu sans problème connecter les capteurs présents dans le kit (et quelques autres).

What's in the box - Tahoma Serenity by Somfy

What’s in the box – Tahoma Serenity by Somfy

On en revient à la maison, un objet pas comme les autres. Les objets à connecter (capteurs ou actionneurs) sont donc potentiellement très nombreux – des produits traditionnels Somfy de type volets roulants, porte de garage, des capteurs de lumière, d’ouverture de présences humaines ou d’animaux domestiques, de fumée, de caméras …

En plus des objets présents dans le kit, nous avons donc pu tester d’autres produits de la marque comme une caméra, un détecteur de lumière ou des ampoules Hue de Philips, contrôlable ensuite soit par l’application native de Philips, ou par les applications Somfy.

Tahoma Serenity by Somfy - 4 ports USB

Tahoma Serenity by Somfy – 4 ports USB

Un des problèmes de la domotique 1.0 était l’absence de compatibilité entre les différents systèmes. Et il existe de nombreux protocoles différents – citons ZWave, Zigbee, EnOcean, RTS (Somfy), IO homecontrol … dans la « smart home », abondance ne facilitant pas le choix du consommateur. Sur la box Tahoma, en plus des protocoles RTS et IOHomecontrol et certains autres connectés nativement comme Philipe Hue, il est néanmoins possible d’ajouter de nouveaux protocoles. C’est le cas de ZWave, un des protocoles phares de la maison connectée. Pour ajouter la compatibilité ZWave à la Tahoma box, il suffit d’ajouter une clé USB spécifique. Nous avons testé. Une fois la clé ZWave inséré, une nouvelle option ZWave apparait dans l’interface consacrée aux objets connectables et permet l’ajout de composants ZWave. La box Tahoma et son add-on Serenity propose pas moins de 4 ports USB, on peut donc imaginer d’autres ouvertures vers d’autres protocoles.

Une fois que tous ces capteurs sont appairés à la box, que peut-on faire ? Pas grand chose si ce n’est voir que tous ces objets fonctionnent individuellement et les commander de notre interface. Que reste-t-il à faire pour automatiser notre maison, la rendre « smart » ? Il faut faire travailler tous ces objets ensemble, les présenter les uns aux autres et c’est ce que nous verrons dans la prochaine partie, rapidement, promis.

A suivre donc dans « La maison, un objet connecté différent des autres – l’exemple Somfy – 2/2″

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

  • Un test vidéo complet sur Blog NT – 60 mn
  • Les tutoriels d’installation de Tahoma Serenity
  • Le comparatif de Domotique Info – 11 solutions présentées
  • Le comparatif de Maison et domotique – 18 solutions présentées (ne pas oublier de scroller les 4 pages du tableau)
  • Pour le plaisir la bande de annonce de Mon Oncle et de Playtime de Jacques Tati (où l’on peut voir l’ancêtre de la Philips Hue apparaître au bout de 10 secondes.)

3 commentaires pour La maison, un objet connecté différent des autres – l’exemple Somfy – 1/2

  1. IsaJourdain dit :

    Tu es venu voir Somfy près d¹Annecy ? 😉

    _________________________________

    Isabelle Jourdain

    Mobile FR : +33 6 87 71 20 95

    https://ch.linkedin.com/in/isabellejourdain

    jourdain_i

    De : Avec ou Sans Contact Répondre à : Avec ou Sans Contact Date : mardi 24 mai 2016 08:00 À : Isabelle Jourdain Objet : [New post] La maison, un objet connecté différent des autres ­ l¹exemple Somfy ­ 1/2

    WordPress.com Pierre Metivier posted: « Pourquoi la maison serait-elle un objet connecté pas comme les autres ? Il y a de nombreuses raisons à cela. Parce qu¹elle est complexe, c¹est un lieu de vie irriguée par l¹air, l’électricité, l¹eau, le gas, le wifi, la chaleur, le son, l¹image, la lumièr »

  2. Bonjour Isabelle, non, les échanges se sont faits sur Paris. Je n’ai pas encore eu la chance de visiter Somfy à Cluses. Un jour 😉

  3. […] La maison, un objet connecté différent des autres – l’exemple Somfy – 1/2 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :