L’alliance SBA France, ambitieuse et mesurée dans le cadre des smart home, smart building, smart city, …

La Smart Buildings Alliance (c) SBA

La Smart Buildings Alliance (c) SBA

L’Internet des objets regorge de domaines d’activités, d’applications, de technologies (capteurs, actionneurs, connectivités, logiciels, …),  de standards et d’associations qui, pour ces dernières, essaient d’organiser et de mettre de l’ordre dans tout cela. Et ce n’est pas facile tant la pelote est complexe. Les prédictions des analystes vont de 20 à 1,500 milliards d’objets connectés en 2020, (oui aujourd’hui !), ce qui montre clairement la complexité du sujet et de sa compréhension.

Créée en 2012, la Smart Buildings Alliance for Smart Cities fait partie de ses associations. Originellement consacrée, comme son nom l’indique, au bâtiment intelligent, son but est de « combiner transition numérique et transition énergétique au service de tous les usagers » (dans le domaine du bâtiment « étendu » bien sûr) et permettre leurs réalisations.

A l’occasion de la cérémonie des voeux 2020 à ses membres et partenaires, l’alliance a présenté son organisation, ses résultats et sa stratégie de développement pour les années à venir.

Emmanuel François, SBA

Emmanuel François, SBA

Première phrase de son président, Emmanuel François : « Nous allons vers un monde hyper connecté en temps réel. » et il associe tous les citoyens, tous les bâtiments, toute la mobilité, tous les territoires, équipements et infrastructures. Du bâtiment, nous sommes passés à tout ce qui concerne les territoires et leurs habitants y compris transport, énergie sans oublier toutes les parties prenantes. Le scope s’est considérablement élargi – de smart building à smart home, smart building, smart city, smart grid, smart mobility, … la smart « life » donc. Tout est lié bien sûr.

Suite à la fusion très récente avec la Fédération Française de la Domotique, la Smart Building Alliance représente désormais un impressionnant écosystème de près de 600 membres (industriels, intégrateurs, collectivités, promoteurs, bailleurs, energéticiens, architectes, banques et assurances, …)

Pour la SBA, le bâtiment « smartisé » comporte des services autour des espaces pluriels et il est multi-usages. Il est connecté et communiquant, ouvert et sécurisé et tourné vers ses utilisateurs. La valorisation du bâtiment se fera par la valeur d’usage. Il faut donc apporter plus de services, optimiser l’exploitation, faciliter l’évolutivité et accroitre l’attractivité.

Pour se faire et pour ne pas rester uniquement dans la représentation, la SBA a développé un cadre de référence,  le R2S (pour ReadyToServices), pour les bâtiments connectés et communicants, dont les principes couvrent le réseau « Smart », l’indépendance des trois couches (équipements du bâtiment, infrastructure du réseau,  services applicatifs), la mutualisation des infrastructures et des systèmes, l’interopérabilité à travers des APIs et un cadre de confiance numérique. Des premiers bâtiments sont désormais labellisés et une centaine d’autres sont en cours. Ce référentiel se décline également en plusieurs versions. Le premier socle était logiquement consacré au tertiaire, depuis, R2S Grids et R2S Résidentiel ont été développés et d’autres sont à venir – R2S Well-being (bien-être), R2S Care (Services à la Personne), R2S Mobility (e-mobilité) et R2S Spaces, et potentiellement Safety & Security, Delivery, Signage, Asset & Facility Management.

En parallèle du développement du référentiel, la SBA se déploie dans les régions (+50% des adhérents s’y trouvent et participent à la création des référentiels) et à l’international où la SBA fait des émules. L’idée est de reprendre le même cadre R2S dans d’autres pays intéressés (Belgique, Suisse, Luxembourg, Italie dès 2020), et des discussions avec l’Allemagne, les USA, la Grande Bretagne et la Chine sont en cours. Pourquoi réinventer la roue ?

Autres sujets et pistes (en vrac dans ce billet) couverts par les intervenants.

  • L’importance du cadre juridique dans l’immobilier qui s’applique également à la connectivité et à tous les éléments smarts des bâtiments.
  • Le développement de la géolocalisation intérieure (indépendamment de la technologie) pour la création de nouveaux services.
  • Le renforcement des compétence dans le domaine de la cybersécurité «On est léger en cybersécu». 😉
  • La prise en compte de la diminution de l’empreinte carbone.
  • L’étude des BOS – Building Operating System, l’ensemble des logiciels gérant les objets connectés des bâtiments.

Il manquait juste peut-être l’impact de la 5G et le besoin d’intégrer le courant continu dans la maison et le bâtiment, autres sujets d’intérêts pour l’alliance, à ce tour d’horizon complet (*).

Les commissions autour de la smart city et des territoires travaillent sur le « smart aménagement », l’éclairage public avec la notion d’économie d’énergie et la mobilité. mais aussi sur les données, leur ontologie, leur gouvernance avec toutes les parties prenantes de la ville. Parler le même langage est essentiel pour se comprendre. Il existe 600 zones d’aménagement en France, autant de jolis terrains de jeux pour transformer des champs de patates en des lieux de vie, type Confluences à Lyon. Enfin, il est prévu d’accompagner les nouveaux maires avec une boite à outils présentant la démarche SBA afin d’intégrer le numérique à la « ville » étendue.

Emmanuel François a conclu en rappelant qu’il doit exister une continuité des services entre villes et bâtiments, des bâtiments qui seront pluriels, hybrides, multi-usages, évolutifs et serviciels. L’association SBA France propose à ses adhérents un programme ambitieux et mesuré grâce à son référentiel R2S ceci dans le cadre démesurément étendu de la smart « life » – home, building, city, infrastructure, transport et surtout … nous, ses habitants ! Comme l’a rappelé l’un des intervenants « Le smart building ne doit pas oublier pourquoi on fait un bâtiment et en particulier ses fonctions-clé de confort et de sécurité (pour ses usagers). »

A suivre … dans les couloirs connectés d’un batiment « smartisé » et au salon BIM World, à la Porte de Versailles, fin mars. Nous y serons !

Pierre Métivier
@PierreMetivier

(*) Sauf erreur d’inattention de notre part bien sûr.

Pour aller plus loin

Usual suspects de la SBA France, un éclairage pas trop « smart » pour la photo de famille

Usual suspects de la SBA France, une 💡 pas trop « smart » pour la photo de famille 😉

Cette entrée a été publiée dans Compte rendu, Innovation, IoT, et marquée avec , , , le par .

A propos Pierre Metivier

Responsable pendant 25 ans du développement de produits et services dans plusieurs entreprises d’informatique, de logiciels et de l’Internet (notamment Commodore, Apricot, Borland Intl, CompuServe, AOL) dont cinq ans passés aux Etats-Unis. Spécialiste des services mobiles et objets connectés, il a été délégué général du Forum SMSC et est l’auteur de l’ouvrage de référence « Le mobile NFC, télé-commande de notre quotidien » (2015). Il est aujourd’hui conférencier, auteur, animateur, formateur et expert de l'innovation autour des services (mobiles) sans contact / NFC et de l'internet des objets.

Une réflexion au sujet de « L’alliance SBA France, ambitieuse et mesurée dans le cadre des smart home, smart building, smart city, … »

  1. Ping : Le blog « Avec ou sans contact », 10 ans de billets sur l’IOT et l’Innovation | Avec ou Sans Contact

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s