Archives du mot-clé Gestion de Projet

Le livre « Le mobile NFC, télécommande de notre quotidien » est disponible en librairie et en ligne.

Le mobile NFC télécommande de notre quotidien

Le mobile NFC télécommande de notre quotidien

Après un premier compte à rebours arrêté à quelques jours du lancement, cette fois, c’est bon, le lancement est prévu aujourd’hui jeudi 26 mars. Le premier livre consacré aux services (cartes et) mobiles sans contact, leurs usages, leurs enjeux et leurs impacts pour chacun d’entre nous personnellement et professionnellement, est désormais disponible en librairie et en ligne.

Que va t-on y trouver ? Extrait de l’introduction.

  • « Le premier chapitre répond à la question : « Pourquoi une nouvelle technologie ? » en décrivant les principes des différentes technologies qui ont précédé le développement du NFC. Codes-barres et codes 2D sont au programme ainsi que l’identification par radiofréquence (RFID), les cartes à puce, les cartes sans contact jusqu’à arriver à la petite dernière de la famille, le NFC ;
  • le deuxième chapitre présente la technologie NFC, sa genèse, son intégration dans les mobiles, son usage en quelques informations pratiques ainsi que deux concepts clés – le Secure Element (élément sécurisé) et les Trusted Services Managers (TSM) ;
  • le troisième chapitre est consacré aux applications actuelles permises par la technologie, dans les domaines de l’information touristique, de la billettique, du commerce, du paiement, du transport, du contrôle d’accès, des cartes de fidélité, des services de vie quotidienne proposés par les collectivités territoriales, des écoles et universités, de la santé, de l’électronique grand public, et bien d’autres en cours de développement ;
    Les domaines d'applications du NFC (c) Pierre Metivier
    Les domaines d’applications du NFC
  • le quatrième chapitre nous entraîne dans un tour du monde, à la découverte des services sans contact déjà en place, tour du monde qui se termine en France ;
  • le cinquième chapitre passe en revue l’écosystème du NFC, c’est-à-dire, tous les acteurs jouant un rôle dans le développement des services mobiles sans contact ;
  • le sixième chapitre aborde les questions clés liées à l’interopérabilité et à l’infrastructure ;
  • le septième chapitre propose une liste de questions à se poser pour décider si on a besoin de déployer des services mobiles sans contact et ainsi quelques propositions de modèles économiques ;
  • le huitième chapitre suggère un certain nombre de pistes pour se lancer dans le déploiement d’un service sans contact ;
  • le neuvième chapitre aborde les conséquences sociétales en termes d’écologie, de santé, de sécurité et de vie privée. Faut-il avoir peur de cette technologie, quelles sont les précautions éventuelles à prendre ? Fantasmes et réalités ;
  • le dixième chapitre pose clairement la question : « Pourquoi cela n’avance pas plus rapidement ? » en décrivant les raisons de croire à un déploiement rapide des services mobiles sans contact, les difficultés inhérentes au déploiement de tout nouveau service afin de permettre au lecteur de décider par lui-même de l’urgence, ou pas, de s’y impliquer ;
  • enfin, le onzième et dernier chapitre, plus prospectif, étudie les perspectives et évolutions apportées par la technologie, quelques technologies concurrentes et l’intégration de ces services à des sujets connexes tels que le « Big Data », la transmission d’énergie sans fil, les objets connectés et plus globalement l’internet des objets. »
Le mobile NFC

Le mobile NFC

On pourra lire également trois beaux textes de Koichi Tagawa, le «chairman» du NFC Forum, la plus haute instance mondiale de l’industrie et GM, Global Standards and Industry Relations, de Sony, Laurence Allard, sociologue, maîtresse de conférences en Sciences de la communication, IRCAV-Paris 3/Université Lille 3 et auteure de Mythologie du portable, aux éditions Le Cavalier Bleu et Marc Giget, Président du Club de Paris des Directeurs de l’Innovation, de l’European Institute for Creative Strategies & Innovations et animateur infatigables des Mardis de l’innovation. Et merci encore à eux trois. Toujours extrait de l’introduction.

« Trois textes, trois prismes complémentaires – industriel, sociologique et innovation. Koichi Tagawa nous explique la présence du NFC dans le monde professionnel de l’industrie, du commerce, du jeu, de l’automobile, de la banque et bien d’autres dans un pays, le Japon, où le « sans contact » est entré dans le quotidien. Laurence Allard, sociologue, nous montre l’importance qu’a prise le portable pour chacun d’entre nous sur la planète, de Strasbourg au Kenya et au Bengladesh, nous parle de son impact sociétal et comment le mobile NFC influence et influencera le lien social en particulier dans sa dimension de proximité. Enfin, Marc Giget, grand spécialiste mondial de l’innovation, nous rappelle comment une invention devient (ou pas) une innovation à travers son appropriation par les citoyens. Il aborde la technologie NFC dans le contexte des grandes vagues d’innovations précédentes avec tout le recul nécessaire à une analyse argumentée et passionnante. »

Des thèmes (et des noms familiers) pour les fidèles du blog.

Donner les clés pour permettre à chacun d’entre nous dans sa vie personnelle et professionnelle de décider de l’importance des services sans contact NFC et des changements induits par cette technologie transformant le mobile en télécommande de notre vie quotidienne et de notre environnement, tel est le  but de cet ouvrage.

A suivre … mais pas forcément par un autre livre, enfin pas tout de suite 😉

Pierre Métivier @PierreMetivier

Notes

  • La fiche de l’éditeur et le sommaire complet sur le micro-site du livre.
  • Si vous me faites l’honneur de lire ce livre, merci d’avance de vos commentaires sur Twitter ou sur la page du livre sur le blog.
  • Si vous le voyez dans une librairie, un grand merci de m’envoyer une petite photo du livre « en situation » avec le nom et l’adresse de la librairie. Toujours mettre en avant le commerce de proximité 😉
  • Un seul regret, le prix du livre ne permet pas de le payer sans contact. #isntitironicdontyouthink
  • La vidéo de l’émission de BFM Business TV – Tech & Co présentée par Sébastien Couasnon.  « Objets connectés: planche de salut du paiement sans contact ? » avec Frédéric Bergé, 01 Business, Albert Galloy, Visa Europe France, Michel Léger, Ingenico et Pierre Metivier – 16 Mars – Le livre participe au débat 🙂

 

Mobile NFC, télécommande de notre quotidien

Mobile NFC, télécommande de notre quotidien

Culture de l’innovation, Culture et innovation

Culture de l'innovation

Culture de l'innovation

Culture de l’innovation, Culture et innovation, c’est le titre de la séance du mardi 2 novembre des Mardis de l’Innovation au Cnam. Comme d’habitude, ces notes ne sont que des fragments du foisonnement d’idées et d’anecdotes illustrant les propos de Marc Giget.

Points clés / Syllabus
La capacité d’innovation est beaucoup moins une affaire de processus et de procédure que de culture partagée, de posture et d’attitude. La diffusion d’une culture de l’innovation est une caractéristique commune des sociétés les plus innovantes.
Phénomène de synthèse créative, l’innovation est un lieu de rencontre entre cultures technique, sociologique, philosophique, historique, humaniste, créative, esthétique… ainsi que d’une démarche de conception, de réalisation, de prise d’initiative.
Sans vision et culture partagées les entreprises et organisations peuvent très difficilement se mettre en mouvement et s’engager dans la conception et la mise en œuvre d’innovations à forte valeur ajoutée.

Résultat d’une enquète sur l’innovation en entreprise – un état d’esprit à 69%, un nouveau procédé 20%, un nouveau produit 8%, de nouveaux usages 3%
L’innovation est la croisement des connaissances, aux interfaces. Une cathédrale contient 1100 innovations, fait appel à 300 métiers.

Einstein dans « Comment je vois le monde » parle des excès de la spécialisation. On ne peut pas innover lorsqu’on est seulement spécialiste, les « humanités » et en particulier l’histoire et la philosophie sont clés. « Je suis comme un artiste qui crée librement a partir de mon imagination. L’imagination est plus importante que la connaissance, la connaissance est limitée, l’imagination encercle le monde. » Albert Einstein

La culture est une prise de conscience par l’individu de sa personnalité d’être pensant mais aussi de ses rapports avec les autres hommes et avec le milieu naturel. La culture de chacun apparait quand on rencontre les autres cultures.

La culture est enseigné, acquise et partagée (pas de culture propre à chacun), non monolithique, cruciale car elle permet de communiquer, s’acquiert et s’oublie,  importante (à la fois recours et frein dans notre capacité de travailler avec les autres).

On n’innove pas avec des règlements.
« Globalement, ce que je déteste le plus dans les écoles, c’est l’autosatisfaction des maitres, des élèves et des anciens élèves. D’elle vient le conservatisme et cette notion absurde du « droit à vie ». » Pierre Gilles de Gennes

L’enseignement en France est trop dogmatique / abstrait, théorique et déductif contrairement aux pays anglo-saxons. Les élèves n’apprennent pas à douter, ont peur de poser des questions, peur de l’échec. Les sciences sous règles et principes ne forment pas des esprits innovants

L’innovation est une aptitude qui se cultive, comme le sens de l’observation, ou le sens d’une certaine habileté manuelle. Etre sceptique.

Créer des liens. Exemple de l’Ecole de Nancy, rapprochement entre l’art et l’industrie, adéquation entre l’économie et l’enseignement. Conflits entre intérêts particuliers et intérêts généraux – Google, Hadopi

Apple et Steve « Think different » Jobs,  ouvrier typographe de formation et non informaticien. Formation « concrète », n’apprécie pas les caractères verts, standards des PC de l’époque  (à la Matrix – NDLR), influence  du Xerox park de Palo Alto, l’influence de la culture de Steve Jobs est clé dans l’histoire d’Apple. Un projet est riche de l’ensemble des cultures qui le composent. Ce n’est pas uniquement une question de dépense de R&D (Microsoft nettement supérieur). Apple conçoit, intègre comme une musicien assemble des notes pour composer de la musique

Culture philosophique, toujours repartir des fondamentaux, mère de toutes les sciences

Culture historique, dynamique du devenir, 14 vagues d’innovation plus ou moins grandes sur la planète, la renaissance en France 150 ans après l’Italie

Les liens entre les vagues d’innovations, la vision avant que la technologie deviennent disponible, Machine à calculer : de Vinci, Pascal, Leibniz, Scheutz

La "Géode" à l'Exposition Universelle de Paris 1900

La "Géode" à l'Exposition Universelle de Paris 1900

Retour . La Géode, copie d’un cinéma 360° équivalent à l’Expo Universelle de Paris 1900
Le plus récent n’est pas forcément le plus grand – Le palais du tour du monde, Paris,  1867, contiendrait 4 Stades de France
L’Expo Universelle de 1900 à Paris,  54  millions de visiteurs, 40% d’étrangers (bien plus important rétrospectivement que l’expo universelle de Shangaï)

La Tour Eiffel – son innovation est également dans son financement, la société d’Eiffel et 2 banques d’affaires dont JP Morgan, toujours le plus léger bâtiment du monde par rapport à sa taille

Influence de l’histoire, Les ticket-restaurant viennent des tickets de rationnement, les promotions grande distribution de type – que de 2000 boites de foie gras … également.

Quand on pense aux nouveaux produits, il faut associer évolutions technologiques, tendances longues et évolutions sociologiques
Les règles du désir sont très stables, une quarantaine d’après les japonais. Exemple : en architecture, on revient souvent à la maison atrium (jardin intérieur)

L’innovation est un « éclair » entre nouvelles possibilités et nouvelles valeurs et contraintes. L’innovation partout y compris dans les méthodes d’organisation pourtant « standardisées ». Exemple des flash mob ou Apéro géant de 20 000 personnes, organisés sur Internet, qui apparaissent et disparaissent en 30 mn.

Devenir vient de « venir de », le futur s’appuie sur le passé

Exemple de survivance conceptuelle d’une période à l’autre « la ménagère de moins de 50 ans »
Les plus de 60 ans ont 3 fois plus de pouvoir d’achat que les moins de 30 ans
Un vilain mot – les « usagers », D’où vient le concept de ménagère de moins de 50 ans
1958 – Discussion entre ABC, CBS, NBC et Procter & Gamble pour  mesurer les audiences et tarifer la pub télé
Ménagère dans le sens de s’occuper d’un ménage / mère de  famille
En 1958, mariage à 19,5 puis les enfants partis à 50 ans
Tout était acheté par la ménagère sauf les rasoirs et la voiture, la ménagère comme « procurement manager » de la famille

En 2010, mariage en moyenne à 31 ans, on vit 13 ans de plus, madame achète la voiture, et pourtant le concept de ménagère de moins de 50 ans est toujours présent.
L’absence de culture est le problème, ne pas voir le monde changer autour de soi

Difficulté à se dégager des approches du passé, le retard d’adaptation est plus grave que le retard technologique
Importance de partager / diffuser les connaissances à travers les livres, l’école, les encyclopédies

L’essentiel des innovations ne vient pas des savants mais des gens de métier. Le plus important projet en France actuellement, le coeur artificiel, avec des cardiologues, ce n’est pas qu’une affaire de gestionnaires.
NTIC + Intelligence – 5 slides listant des dizaines de technologies nouvelles  « Ne jamais dire je sais si je ne sais pas » MG

Nouvelles technologies – apprendre, mettre à niveau les personnes, savoir que ca existe, à quoi ca sert, qu’est ce qu’on peut en faire

Culture de la réalisation, culture organisationnelle, industrielle, sens pratique, sciences de l’ingénieur, « génie » (mécanique, chimique, logiciel, génétique)
Tous les gros projets sont en retard, 500 / 600 systèmes vitaux – EPR, les nouveaux avions
Exemple de la navette spatiale américaine, la navette devait être 5 fois moins cher que les systèmes précédents, la réalité – 10 fois plus cher
Différences entre les concepts et la réalisation

Culture de la réalisation
L’innovateur, c’est (aussi) le réalisateur. Les gens de chantier, Bouygues, les architectes,  toujours penser son métier comme un art.  Un chef d’oeuvre, c’est le métier poussé au niveau d’un art
L’innovation est une prise d’initiative, une contribution à l’évolution des codes d’un métier, parfois une redéfinition de ces codes

Passer de RE à IN – de Restaurer, parer, Reproduire, nover, habiliter, Refaire à  Initiative, Inventer, Innover, Introduire la nouveauté

Synthèse créative – la technologie permet beaucoup, elle n’impose rien
« Hélas, faire comme faisait nos pères, ne pas innover, telle est la loi du Pays » – Balzac
Une majorité des produits a été conçue pour une personne mais avec une extrème sensibilité

La beauté est indispensable pour que l’innovation soit acceptée pas la société. Les technologies changent, la beauté reste.
Le beau permet de maintenir la valeur.

Tour Eiffel (c) Pierre Metivier

Tour Eiffel (c) Pierre Metivier

Culture du projet, de la conception à la réalisation
Idée originale, réalisation, Eiffel n’est ni le designer ni le concepteur ni l’architecte, mais le producteur, le réalisateur

Susciter  une très forte adhérence au projet
Génération Y – infidélité à l’entreprise mais pas au projet

« Une idée qui n’a pas été exprimée n’existe pas » – Oscar Wilde

Du diamant sur une lame de rasoir ? hérésie ? Le succès du Mach 3 de Gillette, « le point de départ est souvent une connerie, ne pas hésiter à la dire » MG

Après l’idée initiale, le brief / le scenario pour concrétiser l’imaginaire, clé pour adhérer / important

Créer, innover, entreprendre, Conception vs. réalisation

Culture de la prise d’initiative, de la prise de risque, de la responsabilité
Denis Papin invente la machine à vapeur, bateau brulée,
Gutenberg est mort dans une misère noire
Les innovations de rupture sont risquées

Pasteur s’est fait viré de Normale Sup, pétition de tous les élèves contre lui

« l’innovation commence là où la norme s’arrête mais il n’y a innovation que s’il y a proposition »

Décollage Ariane (c) Arianespace

Décollage Ariane (c) Arianespace

Gestion des échecs, les échecs font partie inhérente de l’innovation et des projets.
2/3 des projets sont des échecs. L’opposition logique simple succès/échec doit être dépassée dans la problématique de l’innovation. Les échecs et les projets s’induisent les uns les autres dans une dynamique d’apprentissage et de progrès
YOP – Premier succès 9 après le lancement
Europa – 12 tirs 12 échecs, clé au succès d’Ariane

Avoir le courage d’innover, c’est plus dur d’innover actuellement

Etude MIT – les grandes entreprises ont beaucoup de difficultés à innover ; formations insuffisantes, très faible valorisation de la prise de risque

95% des produits en Europe sont des ME TOO.

Très peu entrepreneuriats en France ; pas d’entreprises, pas d’innovation. C’est l’entrepreneur qui gère le risque, 80 000 échecs par an.

Définir le futur est la meilleure façon de ne pas le craindre.

Les Mardis de l’Innovation – Composition, organisation et gestion des équipes projet d’innovation

Les mardis de l'innovation (c) Marc Giget

Les mardis de l'innovation (c) Marc Giget

La dernière conférence de l’année universitaire 2009/2010 des Mardis de l’Innovation au CNAM a été consacrée à la gestion des équipes projet d’innovation.

« L’équipe projet innovation autonome constitue la forme d’organisation moderne des processus d’innovation. Elle permet une coopération précoce et étroite entre les fonctions clefs de l’entreprise : R&D,Marketing, Supply chain, Finance… Les équipes projet sont de plus en plus interentreprises et internationales. Pourquoi des équipes projet ? – les avantages spécifiques, – la composition, – le pilotage, – les dérives éventuelles, – relations des équipes projet avec les structures fonctionnelles. »

Quelques éléments et fragments extraits de cette conférence.

« Un projet, c’est de l’argent et des bonhommes »
L’innovation globale ou totale, toute l’entreprise est concerné. Le passage à une organisation équipe projet ; une délégation de pouvoir, Mini entreprise, startup interne ou intrapreneurship

Une approche relationnelle plutôt que fonctionnelle

L’équipe est au service de l’entreprise via le projet tout en disposant d’une grande marge d’autonomie. Un projet et son équipe peuvent devenir autonome sous la forme d’une spinoff. Exemple : la société SAP vient d’un projet IBM d’une durée de 5 ans pour une usine à gaz (au propre comme au figuré dixit Marc). L’équipe a ensuite quitté IBM pour fonder SAP. De même,  Sephora est né chez Carrefour

Pitch –> brief –> projet – Le brief ; carnet de route, scenario, support des choix clés, cohérence du projet

Innovation (c) Valentino Piana

Innovation (c) Valentino Piana

Créer, Innover, Entreprendre – Pourquoi les équipes projets

Efficacité du travail en petites équipes
Implication, engagement, motivation, structure ressentie comme la plus efficace
Plus vite si leader et équipe, pilotage, reporting, création et dissolution aisées

Critical Success factors

  • A winning brief – totalement intégré / assimilé par l’équipe
  • Commited – passionné, créatif, focalisé
  • Balanced project management – pragmatisme vs. exploration
  • Cross funtionnal collaboration – process y compris marketing
  • Budget – Défini et approuvé dès le départ
  • Stakeholder reviews – pas plus de 5% de reporting

Exemple d’équipe projet : Venturi – voiture électrique, powered by innovation, dream team, backupé  – Intel et Michelin

Taille et organisation
Taille la plus fréquente – 1/2 personne  et réseau de contacts
1 personne à plein petite équipe à plein temps sur un an et demi – idéal
« 5 à 7 c’est l’idéal » dixit Marc (en parlant de la taille d’une équipe projet, of course)

A 7, 21 axes de communication ; à 15, 105 plus personne ne se parlent réellement en face-à-face

Exemple à ne pas suivre – Ianus project team – beau projet européen. Une équipe projet d’innovation de 25 personnes – trop de monde, commis d’office, « trop de cravates »

Plus grand projet au monde – Apollo 400 000 personnes, 350 personnes dans la salle de contrôle, 7 personnes composent la « dream team »

Par définition, une équipe projet n’est pas homogène

Innovation = communication et interconnection, le défi de l’intelligence collective

Exemple – thescuderia.com – chorégraphes pour gérer les mouvements de l’équipe Ferrari pendant les ravitaillements F1

Marc Giget (c) Pierre Métivier

Marc Giget (c) Pierre Métivier

Composition des équipes projets
Le métier est prépondérant, fonctions clés de l’entreprise, plus certaines spécifiques, professionnalisme, pas de doublon
Idéalement, les meilleurs (confiance réciproque) partageant la vision (clarté du pitch, compréhension du brief, adhésion) et donnant le meilleur d’eux-même

Reconnaissance individuelle si le projet réussit, le projet d’innovation a le mérite de fortement valorisé les individus. Imaginez la personne qui peut dire « je suis le responsable projet iPad » ! il faut que le projet l’emporte sur les égos des participants

Séparation claire maitrise d’oeuvre, maitrise d’ouvrage

Maitrise d’ouvrage, le patron du projet
Maitrise d’oeuvre – sur le terrain / sur les chantiers / mets en oeuvre

Les problèmes spécifiques – trois composantes en partie contradictoire – Equipe, Projet et Innovation

1 – Equipe – ce n’est pas une équipe sportive, l’analogie n’est pas la bonne. Les équipes sportives font globalement tous la même chose, portent les mêmes vêtements.
La réussite est complexe, YOP a marché 7 ans après son lancement.
Pas de consensus mou, chacun doit réagir y compris le financier

« Ya du conflit qui fonctionne, un moteur à explosion fonctionne parce que ça pète »
« Deux silex sont mieux que deux gommes pour faire du feu »

L’équipe projet n’est pas une secte, Solidarité du combat et de l’apprentissage, Eviter culture promo – 3 personnes de la même promo ne peuvent former une équipe projet, oublier les copinages

2 – Projet

Le projet d’innovation est part nature incertain – 2/3 d’échecs
Projet d’innovation, sans outil de type PERT (arrive en production)
Le projet, ce n’est pas nouveau – cathédrales, tour Eiffel
Apollo XIII – exemple de projet sous très fort contrainte

Un film est un bon exemple du projet – imaginer le générique du projet, listant tous les participants

« on devient vieux quand on n’a pas de projet ».

3 – Innovation – la raison d’être d’une équipe est d’innover, faire des choses qui n’ont pas été faites, innover au lieu de s’adapter
5 projets en // dans le cas de la Twingo,  1 seul a été lancé

L’introduction du résultat de leur projet dans le monde réel est une grande source de satisfaction des équipes projets

La fusée Europa 2 – 12 tirs 12 échecs, Ariane, immense succès commercial

Les échecs font partie intégrante de la problématique d’innovation. 2/3 d’échecs voire plus si projets très innovants, ces échecs sont indispensables à la réussite des grands succès

Smart, au début du projet, uniquement  70000  acheteurs, mais meilleur taux de satisfaction de l’histoire de Daimler Benz. Apprendre. L’opposition logique simple succès/échec doit être dépassée, les échecs s’induisent les uns les autres dans une dynamique d’apprentissage et de progrès.

Règles – Etat d’esprit adhésion de tous au pitch
Le chef de projet idéalement négocie son équipe, maintient la cohérence, résout les conflits, maintient la cohérence
Pas de consensus mou. Tension nécessaires, le seul axe de résolution des tensions est vers l’avant

Les équipes projet peuvent être inter-entreprises, internationales, virtuelles,
Les plus complexes ne sont pas celles qui marchent le moins bien

La « fiabilité de mobilisation », c’est rare de se planter le premier coup parce que toute l’équipe est mobiliser.

Limite aux équipes projets
Engagement sans comparaison, embarqué sur le projet, élite sur les projets, les autres sur fonctions annexes, décalage projet / mise en oeuvre
Problèmes de formation à l’équipe projet – on ne simule pas vraiment un équipe projet

Insérer une culture projet dans l’entreprise
PhD level, kindergarten spirit – efficace, Maternelle à tous les étages dans les entreprises, idéal – un projet réel – par exemple agir sur l’environnement

Le projet en équipe est une forme pédagogique moderne ; deux exemples

Lycées  SESI – Colegio sesipr – au Brésil
Formation des lycéens par les équipes projet innovation – 5000 élèves
mode de formation, uniquement projet, 15 à 17 ans, passent le bac sans aucun cours théorique, projets réels,

UNINDUS – Brésil

Vous pouvez retrouver cette conférence sous format podcast sur http://www.mardis-innovation.fr/ et vivement la rentrée pour retrouver Marc et ses conférences.