Archives du mot-clé Lift

Conférence Lift 11 « Be Radical » Morceaux choisis – 3ème partie

Geoff Mulgan, Nesta & Sylvie Reinhard, LIFT

Geoff Mulgan, Nesta & Sylvie Reinhard, LIFT

Après la première et deuxième partie, suite et (presque) fin de ce compte rendu de la « Conférence Lift – Be Radical » qui s’est tenue à Marseille des 6 au 8 juillet 2011, compte rendu toujours sous forme de bribes de phrases, de verbatims et de liens.

 

 

Geoff Mulgan, Nesta / The Young foundation a abordé l’innovation sociale.

« Nous parlons d’équilibre entre esprit d’ouverture et fermeture. Nous apprenons comment nous y retrouver. Ne jamais croire quelqu’un qui vous dit un seul côté de l’histoire. Tout est question de nuances. Thèse (hiérarchie),  antithèse (open networks) et synthèse – un peu de logique hégélienne est permise. Trop de pensées simultanées arrêtent la pensée. Nous sommes always on, (not) often off. Nous avons le privilège d’être la génération qui peut expérimenter et découvrir comme jamais par le passé. »

Quelques exemples autour du partage, de la communauté, des données et des liens sociaux

Sutton bookshare – partage de livre entre citoyens,  Birmingham civic dashboard – informations locales « crowdsourcées », London datastore – données publiques, Mydex – Permettre aux citoyens le contrôle de leurs propres données, Slivers of time – mise en commun / partage de ressources, Tyze – organiser ses amis en profondeurs et non en nombre, Mashala – communauté autour de la santé et de l’éducation, Action for happiness – promouvoir des changements sociaux positifs, Sicamp  – Camp d’innovation sociale, I do ideas – des idées pour changer sa communauté

Un article complet sur Geoff Mulgan et l’innovation sociale.

Session: WORK/LEARN: Transformer nos manières de travailler, d’innover et d’apprendre

A quoi ressemblera l’organisation du XXIe siècle ? A un réseau, une nébuleuse, ou à une entreprise où tout est norme et processus ? Comment ces deux cultures, ces deux manières de produire et d’innover, peuvent-elles fonctionner ensemble ? Et, alors que l’éducation a beaucoup moins changé que le reste de la société, comment se préparer à un monde où chacun apprend à chacun, tout le temps, partout ?

Edial Dekker, Gidsy

Edial Dekker, Gidsy

Edial Dekker, Gidsy

Constat – lenteur de la reprise économique, rarification des ressources naturelles, mondialisation, changer le modèle, l’accès à une ressource est préférable à sa possession / mettre l’accent sur l’accès plutôt que la propriété.
Exemple
The School of life
– cours gratuits sur de nombreux sujets, How-to-homestead – Comment faire les choses soi-même, Betahaus  / open design city – Berlin – Partage de ressources communautaires, ETSY – vente en direct de produits artisanaux,  Les objets sociaux de Jyri Engeström, Soundcloud – A imaginer comme le Flickr du son.

A lire – Brave Old World – Tom Hodgkinson

Ville Keränen, Monkey Business

Ville Keränen, Monkey Business

Ville Keränen Monkey Business – Une autre vision de l’éducation en provenance de Finlande
Pas de simulation mais de réels projets, pas de « lectures » mais beaucoup de dialogues, pas de professeurs, pas d’examen mais des « team companies », pas de notes mais de vrais clients, une éducation communautaire.
37% des étudiants créent leurs entreprises. Des présentations : « More action, more chaos, more mistakes, more learning. »

Session: SLOW – Retrouver la maîtrise du temps

Les technologies accélèrent nos rythmes de vie et de travail, les cycles économiques. Elles accompagnent une sur-sollicitation permanente, une interpénétration des temps de travail et de vie. L’aspiration à reprendre le contrôle du temps monte chez les individus comme dans les organisations. Qui pourra nous en donner les moyens, et comment ?

Alex Soojung-Kim Pang, Stanford

Alex Soojung-Kim Pang, Stanford

Alex Soojung-Kim Pang, Stanford University Peace Innovation Lab

D’une tablette à l’autre (de l’écriture cunéiforme à l’ipad), to tinker – jouer avec, ouvrir le capot et bricoler, manipuler, expérimenter.

Nous recevons des sollicitations incessantes en provenance de produits et services technologiques, importance de prendre son temps, Slow vs. speed, maîtriser, les maître prennent leur temps.

Notion de « contemplative computing » / informatique contemplative.

Kris de Decker, Low-Tech Magazine

Kris de Decker, Low-Tech Magazine

Kris de Decker, Low-Tech Magazine.  

Le sémaphore de Chappe fin XVIII était un système de communication wireless à 1200 km/h sans électricité. Mythe de l’ecotech.
La plus petite Citroën de nos jours ne consomme pas moins que la 2V d’il y a 50 ans (simplement plus de fonctionnalités et de poids ont été rajoutées). La fabrication d’objet ecotech est énergivore.
La production d’énergie – moulins à eau et à vent.
Stockage – pas toujours de vent ou de soleil, et si pas de vent ou de soleil, on se repose. Quand il y a du vent, on travaille. Simple ! Soleil – 2/3 de l’énergie est perdue en étant transformée en électricité

Anna Meroni, Politecnico Milano

Anna Meroni, Politecnico Milano

Anna Meroni, Politecnico Milano / Slow Food movement
Organisation d’événements et d’un circuit de distribution directe reliant directement les consommateurs des villes et les fermiers de la campagne sans intermédiaire. Retrouver la convivialité, le plaisir, les relations, relations collaboratives, « open sociabilité » Reconnaissance de la complexité d’une telle organisation

Session: OPEN – Ruptures dans l’innovation

L’internet a radicalement abaissé les barrières à l’innovation dans les services numériques. Aujourd’hui, le même phénomène est à l’œuvre dans l’industrie, les sciences de la vie, la finance, les services urbains… Comment, avec qui innover dans ce nouveau paysage ? Quel est le rôle des grandes entreprises ?

Juliana Rotich, Ushahidi

Juliana Rotich, Ushahidi

Juliana Rotich , Ushahidi

Situation de l’internet en Afrique, plus de bandes passantes, de services, M-Pesa / mobile money – 20% du PIB du Kenya passe par M-Pesa et le mobile money.
Ushahidi, « data crowdsoucing »  – le message n’est plus « crise crise crise » mais que pouvez vous faire aves les données

iHub, Le site communautaire africain (Kenya) autour de l’innovation

Alexandra Deschamps-Sensino, Homesense

Alexandra Deschamps-Sensino, Homesense

Alexandra Deschamps Sensino – Homesense experience
Comprendre comment la maison deviendra intelligente, pas du point de vue des industriels mais à partir de l’expérience des habitants. une expérience à base de technologie Arduino et de volontaires européens. Le projet le plus onirique – le détecteur de Père Noël, utile une fois par an. La suite –> Talktome – The Homesense project @ Moma
Sa présentation

Gabriel Borges, AgênciaClick Isobar

Gabriel Borges, AgênciaClick Isobar

Gabriel Borges, AgênciaClick Isobar / Brésil

  • Queremos – les fans organisent eux-même promos et concerts
  • Fiat Mio – crowdsourcing car design, la première voiture conçue par ses utilisateurs au Brésil

 

 

 

Synthèse et enseignements de Lift France

Deux grands témoins pour conclure.

Roger Malina, astronome, Leonardo

Roger Malina, astronome, Leonardo

Roger Malina, astronome, cofondateur de Leonardo –  science et technologie

La science et technologie ont besoin des arts et des humanités, n’ont pas de compas moral. La durabilité est un problème culturel et social. L’océan près des côtes est mort. Nos sens ne donnent pas la vraie situation, beaucoup de données sont invisibles (comme le CO2). Nous avons besoin des technologies et des sciences au services de l’humanité.

Les « Lumières » (dans le sens siècle des lumières) ont échoué: nous avons eu un siècle de guerres mondiales, nous sommes encore dans un siècle de la famine.

Philippe Lemoine, Laser Group

Philippe Lemoine, Laser Group

Philippe Lemoine, P-DG de Laser, président de la Fing

Nous sommes dans le monde du clivage – en terme d’opposition – ouvert / fermé – dialectique hégelienne
Passer au ET et au OU – dialectique vs dialogie – Edgard Morin

Les mots-clés de la journée – open innovation, collaboration, crowdsourcing, éducation, santé, ressources, communauté

Conclusion – Une édition passionnante de Lift, agitateur de neurones, créateur d’envies, d’idées et de liens, incontournable.

Retrouvez les présentations des conférenciers sur ainsi que des photos de l’évènement

Team Lift11

Team Lift11

A l’année prochaine

Pierre Métivier

Conférence Lift 11 « Be Radical » Morceaux choisis – 2ème partie

Lift11, Marseille

Lift11, Marseille

Annoncées originellement comme une séance de rattrapage pédagogique pour « partager une compréhension de ce qui émerge dans la technologie, l’innovation et l’information« , les trois séances de vendredi matin ont été bien plus que cela, à commencer par la conférence sur L’état des technologies émergentes, avec Rémi Sussan.

Comme le compte rendu précédent, ce sont des bribes de phrases, d’images, de citations et de liens que vous lirez, un séquençage personnel.

Rémi Sussan

Rémi Sussan

Rémi a abordé les nouvelles technologies sous l’angle NBIC – Nanotechnologie, Biotechnologie, science de l’Information / Informatique et science Cognitive. Le terme NBIC est apparu en 2002 à l’initiative de William Sims Bainbridge.

A partir de Newton, les équations ont été utilisées pour comprendre le monde. C’est moins vrai de nos jours (théorie du chaos, début de l’univers / ère de Planck – NDLR). Rémi préfère penser en terme IBNC, penser en informaticien plutôt qu’en mathématicien.  Le monde est fait de programmes, Le monde de Stephen Wolfram = un monde que l’on peut décrire avec des (petits) programmes informatiques. Seth Lloyd, l’auteur de « Programming the Universe » se pose des questions du genre « Combien de bit d’information dans une pomme ? »  Si l’univers entier est programme, alors l’univers peut être hacké. Notion de « Llife hacking / reality hacking ».

Conception d’automates cellulaires, machine de Turing universelle, le jeu de la vie sur ordinateur. Développement du bio hacking,  briques biologiques. La génomique personnelle n’est pas pour demain.

L’assembleur moléculaire d’Eric Drexler est toujours théorique. Problèmes avec les nanotechnologies sèches (???)
Notion de Soft Machines – Les Soft machines et le monde est un programme – De Wllliam Burroughs à William Gibson – NDLR

La cognition a pour but l’amélioration des performances humaines / changer nos capacité cérébrales / augmenter notre intelligence. Sommes nous influencé par le langage ? Propositions de méthodes pour penser différemment- ne chercher pas ce qui vous donne raison, mais ce qui vous donne tort / supprimer le versbe ETRE de la conversation

Pourquoi Dieu ne disparaitra pas ? Une des questions posées par Williams Sims Bainbridge qui étudie l’ingénierie des religions.

Une présentation  « mind-boggling » allant bien au-delà d’une revue des nouvelles technologies pour une prise de conscience des chemins incroyables que la science nous permet d’entrevoir.

A lire sur le sujet – le NBIC report sponsorisé par la NSF et les deux livres de Rémi Sussan aux éditions FYP

Modèles d’innovation ouverte, aujourd’hui et demain, avec Philine Warnkeinnovation-futures.org

Philine Warnke

Philine Warnke

C’est la vision européenne de l’innovation, que nous a présenté Mme Warmke, une vision systémique que l’on peut retrouver sur cette présentation proche de celle présenté à Lift 11.

Des signaux émergents, aux visions contrastées, leur consolidations, scripts et tendances « lourdes ». De nombreux changements dans les modèles « patterns » d’innovation obligeant l’utilisation de l’innovation systémique

Innovation systémique

Identification, Amplification, Modification et convergence, Macro Contextualisation, Intégration et Différentiation
puis
Transfert, Généralisation, Radicalisation

Philine Warnke, INFU

Philine Warnke, INFU

Comment la disponibilité des données influencent le journalisme – Nicolas Kayser-Bril  sur le Datajournalisme

Nicolas Kayser-Bril

Nicolas Kayser-Bril

Quelques sites plus ou moins « successful »- scraperwiki,  influencenetworks.orgwarlogs.owni.fr

Si on pense aux journaux, ils n’ont pas bougé depuis 1850, on écrit toujours des articles.  Le crowdsourcing ne marche pas toujours, il y a un vrai besoin d’un travail journalistique ensuite.

Récits interactifs / Serious game du Parti socialiste pour la primaire.

Besoin d’un minimum de connaissances en maths et en stats pour manipuler les données. Contresens possible, les chiffres sont à la mode, encore faut il les comprendre pour les manipuler. Exemple de l’article sur le risque nucléaire de Libération. Un rique de ne peut pas être supérieur à 100%. La pyramide inversée du data journalisme de Paul Bradshaw

Retrouvez la présentation de Nicolas Kayser-Bril sur Prezi

Pierre Métivier

Conférence Lift 11 « Be Radical » Morceaux choisis – 1ère partie

Lift 11, Marseille

Lift 11, Marseille

La conférence Lift11 (déjà présentée dans ce blog) organisée par la Fing a réuni 600 personnes à Marseille des 6 au 8 Juillet. Trois jours d’ateliers, de conférences et de présentations projets et start-ups innovantes se sont tenus autour d’un thème principal – « Be Radical » ; trois jours pour oublier quelques heures le court-terme et penser, échanger, partager sur les enjeux de demain. Comme l’écrit Jean-Louis Fréchin, « Les journées de Lift-Fing Marseille accélèrent les réflexions, les émergences et les enjeux à explorer pour le monde que nous voulons construire. » Plusieurs sous-thématiques – Urban, Care, Work, Learn, Slow, Open feront l’objet de billets. Voici les premiers morceaux choisis sous forme de bribes de phrases, d’images, de citations et de liens.

Saskia Sassen et les « Smart cities »

Saskia Sassen et les "Smart cities"

Saskia Sassen et les "Smart cities"

Urbaniser la technologie, l’intégrer dans la ville. La finance et les pouvoirs publics utilisent les mêmes technologies interactives mais différemment. La cité n’est pas que matérielle, importance de ses habitants, de sa culture et de son histoire. La cité répond avec le temps.

« J’ai quelques slides, elles n’ont rien à voir avec la présentation mais je les aime bien« .  Les cités sont étranges, réagissent et survivent aux royaumes ou aux empires. Rome, Istanbul. Les cités ont une âme de hackers.

Les technologies sont conçues par des ingénieurs mais la logique de l’utilisateur ne correspond pas toujours à la logique de l’ingénieur. Detroit, Michigan et l’apparition de l’agriculture urbaine, Mettre la campagne dans les villes, le chemin inverse d’Alphonse Allais il y a plus d’un siècle – NDLR

L’accès à la même technologie efface les différences entre la ville et la campagne – Laurent Haug

La conférence de Saskia Sassen /  Un compte rendu complet spécifique

Session Urban – Avec qui, pour quoi, faire la ville intelligente ?

Nous voulons tous des villes plus vertes, plus sûres, plus participative, vivantes et moins congestionnées. Ces objectifs nécessitent plus que des solutions technologiques et un leadership affirmé. Or, les projets de « Smart Cities » actuels sont pour la plupart ancrés dans ces approches alors que d’autres composantes doivent être considérées : écosystèmes d’innovation ouverte, politique d’empowerment, le partage délibéré de ressources urbaines (de l’infrastructure aux systèmes d’informations)… Cette session se demandera comment créer des villes intelligentes, ouvertes et habitables.

Adam Greenfield, Urbanscale

Adam Greenfield, Urbanscale

Adam Greenfield, Urbanscale

Adam Greenfield ne sait pas ce qu’est une smart city. Du droit à la cité au droit à la cité connectée.

Cisco, IBM, Intel connectent les cités avec des capteurs, les citoyens y ajoutent des données de géolocalisation et déclaratives – Foursquare

  • Le Tower Brige à Londres a son compte Twitter @TowerBridge pour décrire ses ouvertures et fermetures.
  • La façade du N building à Tokio est un QR code permettant au bâtiment de donner des informations.

Les objets peuvent acquérir des données, calculer, afficher,  transmettre et prendre des décisions.

4 exemples intéressants de la technologie utilisant les données des citoyens – du mieux au moins bien.

  • Havainne Valkky – des capteurs préviennent de la présence d’un piéton sur un passage coulé avec des flashs de lumière –
    acquisition des données locale, traitement des données locales, bien public
  • Publicité Nikon à  Séoul  – acquisition des données locale, traitement des données locales, purement commercial
  • Vending machine à écran tactiles, Tokio. Analyse la personnes – sexe, age – par caméra pour lui proposer les boissons appropriés – acquisition des données locale, traitement des données global, purement commercial
  • Quividi  – Analyse la personne qui regarde un écran – Les informations transmises par la caméra permettent  de deviner qui vous êtes – acquisition des données locale, traitement des données global, purement commercial et potentiellement dangereux – « Vole » des données au citoyen sans rien lui donner en retour

La question n’est pas de filmer, mais du traitement des informations ensuite, de ce qu’on fait des données. La surface d’attaque (terme en provenance des hackers) augmente énormément. « If you can’t protect it, don’t collect it »

Alain Renk, UFO – urban fabric organization / R+P

ubanisme participatif planétaire « Et vous, votre ville comment vous la voulez ? »

Paris – 10 millions d’habitants, un périphérique frontière, un blocage politique. Villes construites au Mexique – métal et parpaings mieux que le béton français.
Méthodologie – partager les évaluations / co-élaborer des solutions.
Radicalité – prise de risque / déconstruire les questions.

La technique est une couleur, « la cité numérique » – artistes et photographes. Les habitants connectés en savent plus que ce croient les responsables des collectivités locales. « Si ce monde vous déplait, construisez en un autre » – Philip K Dick.
Le site de  Villes sans limite – unlimited cities avec Ubisoft / Conférence sur la Ville Numérique – France Culture

Robin Chase, BuzzCar

Robin Chase, BuzzCar

Robin Chase, BuzzCar

Site communautaire de partage de voiture

People powered –  Est ce que tout peut être gratuit ? Nécessité de développer une économie durable,  Meetup, Etsy, Waze, Airbnb, Couchsurfing – impressionnant en comparaison avec les hôtels – en 8 ans, 1,2 millions de « lit » / divan dans 71000 villes

Un Marché du futur – utiliser les capacités inutilisées (comme CouchSurfing) – Notion d’autopreneur

Frédéric Mazzella, Covoiturage.fr

Solutions de covoiturage pour entreprises et collectivités. Plus que du car pooling. Deux marchés – travail et vacances, 1,2 million de membres – 50 000 nouveaux membres par mois, A la fois last minute + Facebook, permet de deviner le trafic sur la route  basé sur les réservations

Session: CARE – Innovation radicale dans la santé et le bien-être

Des réseaux de patients à la génomique personnelle, de la recherche de l’autonomie et du bien-être aux biotechnologies « faites-le vous-même », des technologies nouvelles et de nouveaux modèles d’affaire s’apprêtent à transformer pour toujours le monde de la santé. Celui-ci y est-il prêt ?

Paul Wicks, PatientsLikeMe

Beaucoup de produits ont été prévu par la pop culture comme le communicator / téléphone portable. D’autres produits / services –  Google, Amazon, Twitter, Facebook, Paypal, Skype, eBay ne l’ont pas été. On s’est trompé sur le rôle de l’internet, ce n’est pas sur l’information mais sur l’organisation spontanée de groupe de personnes. Les moins de 25 ne savent pas ce qu’est une agence de voyage – Trip advisor, Expedia

PatientsLikeMe est un réseau social sur Internet où des personnes atteintes de certaines maladies spécifiques peuvent échanger des informations sur leur maladie, leur traitement et leur expérience. (Wikipedia)

Rappelle le projet  seti@home, utilisation des ressources non utilisées des ordinateurs pour un projet public

« You have zero privacy anyway, Get over it » Scott Mac Nealy 1999 cité par Paul Wicks
Tudiabetes.com – une communauté de personnes atteintes du diabète.

« Par rapport à ma condition médicale, qu’est ce que je peux espérer de mieux et comment puis je l’atteindre ? »
Créer une communauté autour d’une maladie, partager les informations, analyser les données – crowdsourcing de données médicales

Jonathan Kuniholm, Open Prosthetics Project

Jonathan Kuniholm, Open Prosthetics Project

Jonathan Kuniholm, Open Prosthetics Project

Développement en open source de prothèses.
La technologie actuelle date de 1912 et amélioré dans les années 50`s. Grand déficit technologique si on compare avec la voiture ou le téléphone. Absence de marché. Il n’y a pas de moteur dans son bras artificiel
50% des personnes ayant perdu un bras n’ont pas de bras artificiels. Beaucoup d’idées, de projets de prototype et peu de résultats.
Suggère la lecture de « Democratizing innovation » – Eric von Hippel (peut se télécharger gratuitement)
ponoko – fabrication de ses propres objets

Tobie Kerridge, designer, Material Beliefs
Designer d’interactions, importance de la co-conception des services médicaux avec les patients, les associer. Il ne suffit pas de répondre aux besoins identifiés des utilisateurs, il faut les faire participer dès le début des projets.

Une première partie passionnante où les concepts le plus souvent revenus ont été co-conception, hacking, partage de ressources, open source, crowdsourcing (externalisation ouverte d’après Wikipedia), co-conception, technologie aux services des personnes et des villes, transparence.

A suivre

Pierre Métivier