Archives du mot-clé Nice

RFID, NFC, internet des objets et innovations sans contact – Bilan 2016 et perspectives 2017 – 1/4 – NFC

Bilan NFC 2016

Bilan NFC 2016

Le rituel annuel du bilan et des perspectives, c’est parti pour la 7ème fois (voir les autres comptes rendus en bas de ce billet) depuis la création de ce blog et un nouveau format en 4 parties. Bilan NFC, Bilan IOT, Bilan « le reste – blockchain, réalité virtuelle, robotique et société » et Perspectives. On commencera par le NFC bien sûr.

En version courte – Beaucoup de sujets paiement y compris le lancement Apple Pay en France, un certain désintéressement des parties prenantes,  les mobiles Apple qui ne supportent toujours pas la lecture d’étiquettes NFC et toujours de nouvelles applications dans de nouveaux domaines (musique, jeu, santé, Make/DIY). Voila. Si vous n’avez pas plus de temps, que vous êtes saturé de Top 10, de bilans et perspectives en tout genre, vous pouvez passer à d’autres activités.

En version longue pour les plus curieux, quelques points saillants illustrés par une sélection d’articles de l’année sur le blog :

Variétés du paiement NFC

Variétés du paiement NFC

Le paiement

(et en particulier mobile)

  • L’utilisation de la carte bancaire sans contact est toujours en forte progression même si les courbes se tassent gentiment et que le déploiement dans les magasins n’est pas aussi rapide qu’on auraient pu l’espérer. #euphémisme
  • Apple Pay, le paiement mobile sans contact d’Apple, lancé avec la BPCE, les Ticket Restaurant d’Edenred et Carrefour Banque est opérationnel. La solution propose une procédure d’inscription ultra simplifiée (par rapport aux solutions précédentes) et son usage est également simple et rapide. Pas de chiffres communiqués d’usage à notre connaissance.
  • Des sociétés comme Paypal, Stripe ou Estimote (beacon) qui juraient il y a 3 ou 4 ans que le NFC était inutile et définitivement enterré, ont toutes changé de stratégie devant les faits et désormais proposent cette technologie dans leur derniers produits. #nejamaisdirejamais
  • Notons les efforts d’Orange qui porte à bout de bras Orange Cash, la solution paiement mobile sans contact pré-payée réservée aux clients de la marque. De nouveau, peu de chiffres d’usage hors l’ouverture de comptes qui n’est qu’un indicateur. Il y a des bonnes affaires à faire en l’utilisant grâce à une politique de promotion agressive. A noter que c’est probablement le seul wallet disponible aussi bien sur iOS que sur Android. #avérifier
  • Les acteurs internationaux de paiement mobile sans contact tels Google ou Samsung, tardent à arriver en France.
  • L’arrêt des premières solutions de paiement mobile sans contact des acteurs historiques – Kix pour BNPParibas et la M-Carte du Credit Mutuel/CIC lancées en même temps il y a près de 6 ans #RememberNice et arrêtées également en même temps, le 31 décembre 2016, avec plus ou moins une solution de remplacement – Paylib pour BNP Paribas en version sans contact début 2017. Ces premiers wallets pionniers mais sans valeurs ajoutées par rapport à la carte, ne pouvaient pas continuer leur existence. Où sont les applications multi-services qui auraient permis d’apporter un avantage réel à la solution paiement mobile par rapport à la carte ? #RIP
  • Les objets connectés divers et variés qui allaient nous servir à payer, sont très présents dans la presse et sur les conférences mais beaucoup moins dans la réalité. Hors la voiture qui permet déjà de payer (Pass autoroutes), pour le reste, qui va changer toute sa garde robe pour payer avec ses vêtements ou porter une nouvelle bague. #Quenenni
  • Les solutions de paiement sans contact en circuit fermé pour les concerts et festivals sont en plein développement. Un réel cas d’usages sur un marché de niche très actif.
  • Autre marché de niche : le don sans contact se développe en particulier en France avec les solutions d’Ingenico / Think&Go et plus récemment de la fintech Heoh. Un vrai cas d’usage.

Pour aller plus loin

Le transport

  • La co-entreprise Wizway, annoncé fin 2015 par la RATP, la SNCF, Orange et Gemalto, continue ses développements techniques qui devrait permettre le déploiement de solutions multi-modales à l’échelle nationale par mobile sans contact. Ceci dit, pas d’information nouvelle sur une première implémentation originellement annoncée pour fin 2016 y compris des discussions avec Apple. Pas d’annonces de déploiement. Le dossier de presse sur le site est toujours celui du lancement. #ohwell
  • La solution sans contact anglaise proposée par TfL – Transport for London (le STIF anglais), c’est-à-dire l’utilisation de la CB ou du mobile sans contact, comme ticket et moyen de paiement, plus pratique, plus simple pour les utilisateurs et plébiscitée par ces derniers pour les usages des transports en commun à Londres, est difficile à mettre en place en Ile-de-France et son réseau disparate. Côté STIF, le réseau francilien est pourtant déjà NFC grâce à l’argent du contribuable mais ce dernier n’en profite pas. Seule, l’infrastructure a été mise à jour et les applications sont toujours absentes. Continuons gaiement à faire la queue pour la mise-à-jour mensuelle de la Navigo plutôt que de la recharger avec nos mobiles. Rien de nouveau sous les voutes du métro, nous en parlions déjà en 2012. #STIF(F)
  • Et même le NFC Forum, l’institution qui gère les destinées de la technologie, est en retrait. Le NFC forum, mené par Sony, a préféré dealer un accord commercial avec Apple pour le support du réseau de transport japonais sur une technologie propriétaire – Felica, plutôt que pousser Apple à adopter le NFC plus globalement. Une vraie déception peu soulignée dans la presse (qui est déjà passée à d’autres sujets).

Pour aller plus loin

Le commerce

  • En plus du paiement, deux solutions spécifiques utilisant le NFC se développent – les écrans connectés de Think&Go NFC et les étiquettes électronique de gondole de type SES. Une impression de déjà vu par rapport aux précédents compte rendus. Le rachat par Ingenico de Think&GO NFC va permettre à cette dernière de voir l’avenir plus serienement et réellement déployer ses solutions. L’usage nous dira oui ou non, le consommateur se les approprie.

Les collectivités territoriales

  • Que dire : une conférence sur le sujet à Bercy quelque peu décevante, une impression de déjà vu, en 2012 avec les mêmes acteurs présentant plus ou moins les mêmes slides, sans enthousiasme, sans nouvelles villes ou nouveaux projets. #groundhogday Heureusement, il reste l’ADCET pour continuer à fédérer l’eco-système collectivités et NFC et trouver des solutions pragmatiques aux questions posées.

Gouvernance France et Internationale.

  • On peut également regretter l’absence d’une voix commune sur tous ces sujets qui se tiennent. Il n’y a plus aucune représentation globale au niveau français sur le NFC et la gouvernance est devenu bien lâche au niveau international (comme racontée dans le paragraphe transport – Accord Apple/Sony sur Felica). Il y a bien des communications au coup par coup d’Orange (autour d’Orange Cash), d’Ingenico et de Gemalto, un peu de ST Microelectronics (quand on cherche) mais il y a clairement un certain désintéressement des industriels et des pouvoirs publics sur le sujet, partagés entre industrialisation et déploiement en cours dans le paiement par carte et une apparente désillusion sur les autres sujets, ET plus intéressés par les sujets plus médiatiques du jour.

Il y a heureusement quelques lumières dans cette grisaille, sur des marchés très divers, investis par des startups innovantes. On aurait pu parlé vêtements de skis, câbles de bateaux de plaisance, pizza, panneaux d’affichage à la Villette, animaux de compagnie, lutte anti contre-façon, promotion dans les pubs, … Les utilisations nouvelles de la technologie ne cessent de croitre. Nous resterons sur 4 exemples parmi bien d’autres.

Beatie Wolfe - NFC album

Beatie Wolfe – NFC album

La musique

A commencer par une chanteuse anglaise Beatie Wolfe (décidément) qui expérimente la distribution de sa musique sur des cartes NFC.

Le NFC et la lutte contre le cancer

Le NFC et la lutte contre le cancer

La santé

Plusieurs projets dont l’un, étonnant, lie la détection de certains cancers au changement de « comportement » / impédance d’une étiquette NFC en contact avec la respiration d’un patient.

Ce projet a été récompensé par le MIT. C’est bien trop tôt pour parler d’une solution commerciale mais les tests sont prometteurs.

Malkyrs jeu NFC

Malkyrs jeu NFC

Les jeux

Malkyrs est officiellement disponible depuis le 3 décembre 2016, après de nombreux tournois bétas et A, un joueur proche de l’auteur de ce blog, ne m’en dit que du bien, alors. #lenfccenestpasquedupaiement

Keyduino - un kit Arduino et NFC

Keyduino – un kit Arduino et NFC

Le mouvement Make

Une petit mot pour les ingénieurs du CITC Eura-RFID qui ont développé un kit Arduino économique, comprenant un lecteur NFC ce qui permet d’expérimenter des services sans contact sur la plateforme Arduino.

Une année 2016 donc en demi-teinte. Heureusement, il y a aussi la partie industrielle, liée à l’internet des objets, et portée en France par le CN RFID et le CITC-EuraRFID, qui reste active et porteur d’espoir. Nous y reviendrons dans le prochain billet,

A suivre … donc en 2017. Et n’hésitez pas à commenter ce billet avec vos propres expériences et vécus. Merci par avance.

Meilleurs voeux à chacun d’entre vous et à vos proches.

@PierreMétivier

Les bilans des années précédents

Wizway Solutions – après le paiement, la carte transport s’invite dans nos mobiles NFC (1)

Wizway - la mobilité sans contact NFC

Wizway – la mobilité sans contact NFC

« Madame Martin habite à Saint-Quentin-en-Yvelines, dans la banlieue ouest de Paris. Elle se rend tous les jours à Paris pour travailler. Sa voiture, qu’elle utilise pour aller au parc de stationnement de la gare est en révision. À l’aide de son mobile, elle repère une Twizy, une voiture électrique en libre-service (2) dans sa ville et la réserve à distance. Elle la retrouve et la démarre avec une carte sans contact NFC. Une fois à la gare, après avoir vérifié avec son mobile l’horaire réel de son train et le quai, elle valide son trajet avec sa carte sans contact Navigo. Avant d’arriver à la gare Montparnasse, elle vérifie la présence toujours sur son mobile d’un Vélib’ et se rend à son travail, en prenant le vélo, toujours grâce à sa carte sans contact Navigo. Avec sa propre voiture (plutôt que l’utilisation de la Twizy), elle aurait pu également se garer dans le parc de stationnement de la gare toujours avec une carte sans contact.

Tout est réel dans l’exemple précédent et dans certaines villes comme Nice, Caen et Strasbourg, l’utilisation du mobile NFC est déjà possible pour tous ces mêmes services sans contact. L’expérience de Madame Martin pourra s’effectuer totalement avec le mobile NFC en y ajoutant des services complémentaires de type géolocalisation, horaires en direct, achat de tickets, accès aux réseaux sociaux. Dans l’exemple, ce n’est pas moins de trois voire quatre cartes différentes (Navigo + Vélib, Twizy, parc de stationnement) que Mme Martin possède ; trois ou quatre cartes (3) qui pourraient être dématérialisées sur un mobile NFC. »

Ce texte, extrait de la page 39 du livre «  Le mobile NFC, télécommande de notre quotidien » paru en mars 2015 est gentiment prémonitoire (4) de l’annonce effectuée début décembre par 4 entreprises majeures : la SNCF, la RATP, Orange et Gemalto : la création d’une société commune, Wizway solutions ayant pour but de développer les technologies et services permettant de dématérialiser de manière sécurisée nos cartes de transport sur nos mobiles NFC. De la même manière que nos cartes de paiement bancaires peuvent maintenant être stockées sur des mobiles NFC (BNPP, Crédit Mutuel/CIC, Banque Postale, Société Générale et des tests sont en cours à la BPCE et au Crédit Agricole) sans oublier Apple Pay, Samsung Pay, Orange Cash ou le Google Wallet, nos cartes de transports pourront être stockées dans nos mobiles NFC et fonctionner, tout comme les cartes, mobiles éteints ou sans batterie (et c’est déjà le cas, par exemple, à Caen (5) et d’autres villes dans le monde).

Les dirigeants de la SNCF RATP Orange et Gemalto

Les dirigeants de la SNCF RATP Orange et Gemalto

Preuve de l’importance de cette annonce et de ce projet pour les quatre entreprises, ce sont bien leurs présidents qui étaient réunis sur un même plateau pour lancer Wizway Solutions.

Même si ces quatre acteurs sont les fondateurs de ce projet ambitieux, conçu dans le cadre des 34 plans industriels du gouvernement, d’autres acteurs, aussi bien du monde des télécoms comme SFR ou Bouygues Telecom, des transports  comme Transdev qui a déjà annoncé sa participation ou des mobiles, devraient rejoindre rapidement le projet. Les premiers services résultant de ces développements communs devraient voir le jour fin 2016.

Deux questions étaient sur toutes les lèvres des participants à ce lancement : quelle plateforme mobile serait supportée,  Android bien sûr et Windows Mobile, les deux OS très présents sur le NFC mais quid Apple iOS et puis qu’en-est il du STIF, de Paris et l’Ile de France (dont l’infrastructure est déjà NFC (depuis quelque temps faut-il le rappeler) même si les franciliens ne bénéficient pas (encore) de la valeur ajoutée apportée par ce même NFC) ? Et même si il n’y a pas eu de réponses précises à ces deux questions, les éléments de langage utilisés par les dirigeants présents étaient plutôt positifs et relativement optimistes, laissant présager des discussions en cours.

Rappelons enfin que tout comme le parcours « commerce » où le paiement n’est qu’une composante parmi d’autres, la billettique – l’acte d’acheter un titre de transport et sa validation – n’est qu’une étape dans le parcours de l’usager « transport ». La suite ? Une multimodalité plus complète au fur et à mesure des accords avec des partenaires tels les vélos en libre-service ou les voitures en auto-partage, les application multi-services, les applications tourisme et affaires, les réseaux sociaux …. (6)

A suivre … en transport en commun bien sûr.

Pierre Métivier

Notes

  1. Cette première note pour nos amis à Strasbourg, Caen, Nice ou les utilisateurs des TER d’un certain nombre de régions en France qui connaissent déjà le transport mobile sans contact.
  2. A l’heure où vous lisez ce texte, l’expérimentation TwizyWay de Saint-Quentin-en-Yvelines est arrêtée mais d’autres systèmes de location de voitures électriques se développent comme par exemple Wattmobile.
  3. La carte Vélib’ existe indépendemment de la carte Navigo ou il est possible de coupler les deux fonctionnalités sur la carte Navigo.
  4. Doublement prémonitoire car non seulement cet article parle de multimodalité via mobile NFC (ce qui n’est pas une première) mais la vidéo de présentation ci-dessus voit un voyageur partir de la même gare de Saint Quentin en Yvelines pour aller à la gare Montparnasse. Ceci, dans la vidéo de Wizway, notre voyageur part ensuite vers Strasbourg. Dans mon exemple, plus basé sur l’intermodalité par delà le transport en commun : bus, métro, trains, mon voyageur utilise également une voiture en auto partage et un vélo en libre service.
  5. Si cela fonctionne déjà à Caen, pourquoi est-ce une annonce importante ? Principalement parce que Wizway Solutions a pour but d’industrialiser ce déploiement, de faciliter cette dématérialisation des cartes de transports sans être obligé de refaire le travail pour chaque projet local.
  6. De nombreux autres exemples sont disponibles dans le livre of course #selfpromo

Pour aller plus loin

Le livre « Le mobile NFC, télécommande de notre quotidien » est disponible en librairie et en ligne.

Le mobile NFC télécommande de notre quotidien

Le mobile NFC télécommande de notre quotidien

Après un premier compte à rebours arrêté à quelques jours du lancement, cette fois, c’est bon, le lancement est prévu aujourd’hui jeudi 26 mars. Le premier livre consacré aux services (cartes et) mobiles sans contact, leurs usages, leurs enjeux et leurs impacts pour chacun d’entre nous personnellement et professionnellement, est désormais disponible en librairie et en ligne.

Que va t-on y trouver ? Extrait de l’introduction.

  • « Le premier chapitre répond à la question : « Pourquoi une nouvelle technologie ? » en décrivant les principes des différentes technologies qui ont précédé le développement du NFC. Codes-barres et codes 2D sont au programme ainsi que l’identification par radiofréquence (RFID), les cartes à puce, les cartes sans contact jusqu’à arriver à la petite dernière de la famille, le NFC ;
  • le deuxième chapitre présente la technologie NFC, sa genèse, son intégration dans les mobiles, son usage en quelques informations pratiques ainsi que deux concepts clés – le Secure Element (élément sécurisé) et les Trusted Services Managers (TSM) ;
  • le troisième chapitre est consacré aux applications actuelles permises par la technologie, dans les domaines de l’information touristique, de la billettique, du commerce, du paiement, du transport, du contrôle d’accès, des cartes de fidélité, des services de vie quotidienne proposés par les collectivités territoriales, des écoles et universités, de la santé, de l’électronique grand public, et bien d’autres en cours de développement ;
    Les domaines d'applications du NFC (c) Pierre Metivier
    Les domaines d’applications du NFC
  • le quatrième chapitre nous entraîne dans un tour du monde, à la découverte des services sans contact déjà en place, tour du monde qui se termine en France ;
  • le cinquième chapitre passe en revue l’écosystème du NFC, c’est-à-dire, tous les acteurs jouant un rôle dans le développement des services mobiles sans contact ;
  • le sixième chapitre aborde les questions clés liées à l’interopérabilité et à l’infrastructure ;
  • le septième chapitre propose une liste de questions à se poser pour décider si on a besoin de déployer des services mobiles sans contact et ainsi quelques propositions de modèles économiques ;
  • le huitième chapitre suggère un certain nombre de pistes pour se lancer dans le déploiement d’un service sans contact ;
  • le neuvième chapitre aborde les conséquences sociétales en termes d’écologie, de santé, de sécurité et de vie privée. Faut-il avoir peur de cette technologie, quelles sont les précautions éventuelles à prendre ? Fantasmes et réalités ;
  • le dixième chapitre pose clairement la question : « Pourquoi cela n’avance pas plus rapidement ? » en décrivant les raisons de croire à un déploiement rapide des services mobiles sans contact, les difficultés inhérentes au déploiement de tout nouveau service afin de permettre au lecteur de décider par lui-même de l’urgence, ou pas, de s’y impliquer ;
  • enfin, le onzième et dernier chapitre, plus prospectif, étudie les perspectives et évolutions apportées par la technologie, quelques technologies concurrentes et l’intégration de ces services à des sujets connexes tels que le « Big Data », la transmission d’énergie sans fil, les objets connectés et plus globalement l’internet des objets. »
Le mobile NFC

Le mobile NFC

On pourra lire également trois beaux textes de Koichi Tagawa, le «chairman» du NFC Forum, la plus haute instance mondiale de l’industrie et GM, Global Standards and Industry Relations, de Sony, Laurence Allard, sociologue, maîtresse de conférences en Sciences de la communication, IRCAV-Paris 3/Université Lille 3 et auteure de Mythologie du portable, aux éditions Le Cavalier Bleu et Marc Giget, Président du Club de Paris des Directeurs de l’Innovation, de l’European Institute for Creative Strategies & Innovations et animateur infatigables des Mardis de l’innovation. Et merci encore à eux trois. Toujours extrait de l’introduction.

« Trois textes, trois prismes complémentaires – industriel, sociologique et innovation. Koichi Tagawa nous explique la présence du NFC dans le monde professionnel de l’industrie, du commerce, du jeu, de l’automobile, de la banque et bien d’autres dans un pays, le Japon, où le « sans contact » est entré dans le quotidien. Laurence Allard, sociologue, nous montre l’importance qu’a prise le portable pour chacun d’entre nous sur la planète, de Strasbourg au Kenya et au Bengladesh, nous parle de son impact sociétal et comment le mobile NFC influence et influencera le lien social en particulier dans sa dimension de proximité. Enfin, Marc Giget, grand spécialiste mondial de l’innovation, nous rappelle comment une invention devient (ou pas) une innovation à travers son appropriation par les citoyens. Il aborde la technologie NFC dans le contexte des grandes vagues d’innovations précédentes avec tout le recul nécessaire à une analyse argumentée et passionnante. »

Des thèmes (et des noms familiers) pour les fidèles du blog.

Donner les clés pour permettre à chacun d’entre nous dans sa vie personnelle et professionnelle de décider de l’importance des services sans contact NFC et des changements induits par cette technologie transformant le mobile en télécommande de notre vie quotidienne et de notre environnement, tel est le  but de cet ouvrage.

A suivre … mais pas forcément par un autre livre, enfin pas tout de suite 😉

Pierre Métivier @PierreMetivier

Notes

  • La fiche de l’éditeur et le sommaire complet sur le micro-site du livre.
  • Si vous me faites l’honneur de lire ce livre, merci d’avance de vos commentaires sur Twitter ou sur la page du livre sur le blog.
  • Si vous le voyez dans une librairie, un grand merci de m’envoyer une petite photo du livre « en situation » avec le nom et l’adresse de la librairie. Toujours mettre en avant le commerce de proximité 😉
  • Un seul regret, le prix du livre ne permet pas de le payer sans contact. #isntitironicdontyouthink
  • La vidéo de l’émission de BFM Business TV – Tech & Co présentée par Sébastien Couasnon.  « Objets connectés: planche de salut du paiement sans contact ? » avec Frédéric Bergé, 01 Business, Albert Galloy, Visa Europe France, Michel Léger, Ingenico et Pierre Metivier – 16 Mars – Le livre participe au débat 🙂

 

Mobile NFC, télécommande de notre quotidien

Mobile NFC, télécommande de notre quotidien