Archives du mot-clé Orange

RFID, NFC, internet des objets et innovations sans contact – Bilan 2016 et perspectives 2017 – 1/4 – NFC

Bilan NFC 2016

Bilan NFC 2016

Le rituel annuel du bilan et des perspectives, c’est parti pour la 7ème fois (voir les autres comptes rendus en bas de ce billet) depuis la création de ce blog et un nouveau format en 4 parties. Bilan NFC, Bilan IOT, Bilan « le reste – blockchain, réalité virtuelle, robotique et société » et Perspectives. On commencera par le NFC bien sûr.

En version courte – Beaucoup de sujets paiement y compris le lancement Apple Pay en France, un certain désintéressement des parties prenantes,  les mobiles Apple qui ne supportent toujours pas la lecture d’étiquettes NFC et toujours de nouvelles applications dans de nouveaux domaines (musique, jeu, santé, Make/DIY). Voila. Si vous n’avez pas plus de temps, que vous êtes saturé de Top 10, de bilans et perspectives en tout genre, vous pouvez passer à d’autres activités.

En version longue pour les plus curieux, quelques points saillants illustrés par une sélection d’articles de l’année sur le blog :

Variétés du paiement NFC

Variétés du paiement NFC

Le paiement

(et en particulier mobile)

  • L’utilisation de la carte bancaire sans contact est toujours en forte progression même si les courbes se tassent gentiment et que le déploiement dans les magasins n’est pas aussi rapide qu’on auraient pu l’espérer. #euphémisme
  • Apple Pay, le paiement mobile sans contact d’Apple, lancé avec la BPCE, les Ticket Restaurant d’Edenred et Carrefour Banque est opérationnel. La solution propose une procédure d’inscription ultra simplifiée (par rapport aux solutions précédentes) et son usage est également simple et rapide. Pas de chiffres communiqués d’usage à notre connaissance.
  • Des sociétés comme Paypal, Stripe ou Estimote (beacon) qui juraient il y a 3 ou 4 ans que le NFC était inutile et définitivement enterré, ont toutes changé de stratégie devant les faits et désormais proposent cette technologie dans leur derniers produits. #nejamaisdirejamais
  • Notons les efforts d’Orange qui porte à bout de bras Orange Cash, la solution paiement mobile sans contact pré-payée réservée aux clients de la marque. De nouveau, peu de chiffres d’usage hors l’ouverture de comptes qui n’est qu’un indicateur. Il y a des bonnes affaires à faire en l’utilisant grâce à une politique de promotion agressive. A noter que c’est probablement le seul wallet disponible aussi bien sur iOS que sur Android. #avérifier
  • Les acteurs internationaux de paiement mobile sans contact tels Google ou Samsung, tardent à arriver en France.
  • L’arrêt des premières solutions de paiement mobile sans contact des acteurs historiques – Kix pour BNPParibas et la M-Carte du Credit Mutuel/CIC lancées en même temps il y a près de 6 ans #RememberNice et arrêtées également en même temps, le 31 décembre 2016, avec plus ou moins une solution de remplacement – Paylib pour BNP Paribas en version sans contact début 2017. Ces premiers wallets pionniers mais sans valeurs ajoutées par rapport à la carte, ne pouvaient pas continuer leur existence. Où sont les applications multi-services qui auraient permis d’apporter un avantage réel à la solution paiement mobile par rapport à la carte ? #RIP
  • Les objets connectés divers et variés qui allaient nous servir à payer, sont très présents dans la presse et sur les conférences mais beaucoup moins dans la réalité. Hors la voiture qui permet déjà de payer (Pass autoroutes), pour le reste, qui va changer toute sa garde robe pour payer avec ses vêtements ou porter une nouvelle bague. #Quenenni
  • Les solutions de paiement sans contact en circuit fermé pour les concerts et festivals sont en plein développement. Un réel cas d’usages sur un marché de niche très actif.
  • Autre marché de niche : le don sans contact se développe en particulier en France avec les solutions d’Ingenico / Think&Go et plus récemment de la fintech Heoh. Un vrai cas d’usage.

Pour aller plus loin

Le transport

  • La co-entreprise Wizway, annoncé fin 2015 par la RATP, la SNCF, Orange et Gemalto, continue ses développements techniques qui devrait permettre le déploiement de solutions multi-modales à l’échelle nationale par mobile sans contact. Ceci dit, pas d’information nouvelle sur une première implémentation originellement annoncée pour fin 2016 y compris des discussions avec Apple. Pas d’annonces de déploiement. Le dossier de presse sur le site est toujours celui du lancement. #ohwell
  • La solution sans contact anglaise proposée par TfL – Transport for London (le STIF anglais), c’est-à-dire l’utilisation de la CB ou du mobile sans contact, comme ticket et moyen de paiement, plus pratique, plus simple pour les utilisateurs et plébiscitée par ces derniers pour les usages des transports en commun à Londres, est difficile à mettre en place en Ile-de-France et son réseau disparate. Côté STIF, le réseau francilien est pourtant déjà NFC grâce à l’argent du contribuable mais ce dernier n’en profite pas. Seule, l’infrastructure a été mise à jour et les applications sont toujours absentes. Continuons gaiement à faire la queue pour la mise-à-jour mensuelle de la Navigo plutôt que de la recharger avec nos mobiles. Rien de nouveau sous les voutes du métro, nous en parlions déjà en 2012. #STIF(F)
  • Et même le NFC Forum, l’institution qui gère les destinées de la technologie, est en retrait. Le NFC forum, mené par Sony, a préféré dealer un accord commercial avec Apple pour le support du réseau de transport japonais sur une technologie propriétaire – Felica, plutôt que pousser Apple à adopter le NFC plus globalement. Une vraie déception peu soulignée dans la presse (qui est déjà passée à d’autres sujets).

Pour aller plus loin

Le commerce

  • En plus du paiement, deux solutions spécifiques utilisant le NFC se développent – les écrans connectés de Think&Go NFC et les étiquettes électronique de gondole de type SES. Une impression de déjà vu par rapport aux précédents compte rendus. Le rachat par Ingenico de Think&GO NFC va permettre à cette dernière de voir l’avenir plus serienement et réellement déployer ses solutions. L’usage nous dira oui ou non, le consommateur se les approprie.

Les collectivités territoriales

  • Que dire : une conférence sur le sujet à Bercy quelque peu décevante, une impression de déjà vu, en 2012 avec les mêmes acteurs présentant plus ou moins les mêmes slides, sans enthousiasme, sans nouvelles villes ou nouveaux projets. #groundhogday Heureusement, il reste l’ADCET pour continuer à fédérer l’eco-système collectivités et NFC et trouver des solutions pragmatiques aux questions posées.

Gouvernance France et Internationale.

  • On peut également regretter l’absence d’une voix commune sur tous ces sujets qui se tiennent. Il n’y a plus aucune représentation globale au niveau français sur le NFC et la gouvernance est devenu bien lâche au niveau international (comme racontée dans le paragraphe transport – Accord Apple/Sony sur Felica). Il y a bien des communications au coup par coup d’Orange (autour d’Orange Cash), d’Ingenico et de Gemalto, un peu de ST Microelectronics (quand on cherche) mais il y a clairement un certain désintéressement des industriels et des pouvoirs publics sur le sujet, partagés entre industrialisation et déploiement en cours dans le paiement par carte et une apparente désillusion sur les autres sujets, ET plus intéressés par les sujets plus médiatiques du jour.

Il y a heureusement quelques lumières dans cette grisaille, sur des marchés très divers, investis par des startups innovantes. On aurait pu parlé vêtements de skis, câbles de bateaux de plaisance, pizza, panneaux d’affichage à la Villette, animaux de compagnie, lutte anti contre-façon, promotion dans les pubs, … Les utilisations nouvelles de la technologie ne cessent de croitre. Nous resterons sur 4 exemples parmi bien d’autres.

Beatie Wolfe - NFC album

Beatie Wolfe – NFC album

La musique

A commencer par une chanteuse anglaise Beatie Wolfe (décidément) qui expérimente la distribution de sa musique sur des cartes NFC.

Le NFC et la lutte contre le cancer

Le NFC et la lutte contre le cancer

La santé

Plusieurs projets dont l’un, étonnant, lie la détection de certains cancers au changement de « comportement » / impédance d’une étiquette NFC en contact avec la respiration d’un patient.

Ce projet a été récompensé par le MIT. C’est bien trop tôt pour parler d’une solution commerciale mais les tests sont prometteurs.

Malkyrs jeu NFC

Malkyrs jeu NFC

Les jeux

Malkyrs est officiellement disponible depuis le 3 décembre 2016, après de nombreux tournois bétas et A, un joueur proche de l’auteur de ce blog, ne m’en dit que du bien, alors. #lenfccenestpasquedupaiement

Keyduino - un kit Arduino et NFC

Keyduino – un kit Arduino et NFC

Le mouvement Make

Une petit mot pour les ingénieurs du CITC Eura-RFID qui ont développé un kit Arduino économique, comprenant un lecteur NFC ce qui permet d’expérimenter des services sans contact sur la plateforme Arduino.

Une année 2016 donc en demi-teinte. Heureusement, il y a aussi la partie industrielle, liée à l’internet des objets, et portée en France par le CN RFID et le CITC-EuraRFID, qui reste active et porteur d’espoir. Nous y reviendrons dans le prochain billet,

A suivre … donc en 2017. Et n’hésitez pas à commenter ce billet avec vos propres expériences et vécus. Merci par avance.

Meilleurs voeux à chacun d’entre vous et à vos proches.

@PierreMétivier

Les bilans des années précédents

Retour sur la keynote Apple et l’iPhone 7 – 2/2 – Les conséquences sur l’écosystème NFC

iPhone7 Felica NFC Forum Wizway

iPhone7 Felica NFC Forum Wizway

Retour sur la keynote iPhone 7. Après une analyse textuelle informative, voyons ce nouvel iPhone dans le contexte de la technologie sans contact NFC. Cela se résume en un simple changement de fournisseur et un accord commercial.

Un petit changement de matériel d’abord, le booster AMS a disparu, le module servant au NFC vient toujours de NXP  et ne fonctionne qu’en mode émulation de carte, type carte de paiement. Les modes lecture de carte et peer-to-peer ne sont toujours pas implémentés. Tous ceux qui rêvaient d’un support complet du NFC seront déçus.

Ensuite, la seule nouvelle concernant Apple Pay, le paiement sans contact NFC de la marque, vient de la confirmation du support de Felica, une infrastructure sans contact – paiement / transport au Japon développée par Sony, une technologie à l’origine du NFC (suite à sa « fusion » avec Mifare, une autre technologie sans contact). Cet accord fait sens point de vue business de la part d’Apple pour pénétrer le marché du paiement mobile de proximité (et en particulier transport au Japon), l’infrastructure transport restant globalement Felica mais qui signifie aussi qu’Apple a modifié sa solution sans contact NFC normalisée pour adopter un standard proche mais différent du NFC. Sachant que Sony (avec Philips/NXP) est à l’origine du NFC et qu’Apple est au « board of directors » du NFC Forum, l’instance mondiale du NFC, les discussions au sein de ce conseil ont du être intéressantes.

  • « Dis moi, Tim, quand Apple va-t-elle supporter complètement la norme NFC et ses trois modes ? » demande Kakashi, Sony (qui fabrique et commercialise également des mobiles NFC). « Ce serait bien. Tu sais, c’est notre rôle au NFC Forum de le développer les solutions NFC, que ce soit dans les mobiles ou dans l’infrastructure, pour le bien des consommateurs et des industriels ».
  • « Je ne sais pas, mais pas cette version » répond Tim. « Ce qui m’intéresse, c’est le business au Japon, que les utilisateurs d’iPhone puissent utiliser Apple Pay sur ton réseau de paiement et de transport Felica. Je peux adapter mon mobile pour supporter Felica, même si ce n’est pas du NFC,  juste pour le Japon. Sinon je peux ne rien faire aussi. »
  • « OK, OK, ça va, on prendre Felica. Comme cela, en plus, on n’aura pas besoin de mettre à jour l’infrastructure Felica en NFC ».
  • « Mais c’est ce que nous demandons à nos adhérents, nos clients, la mise à jour de l’infrastructure, non ? » s’exclame Gunther, un troisième membre du NFC Forum, représentant NXP.
  • « Oui, oui, mais bon, le NFC Forum, c’est plus des guidelines, tu sais. » répondit Kakashi.
  • « Je comprends » s’exclame Gunther. « C’est l’équipe Mifare Classic 1K qui va être contente. »

Et voila comment les accords commerciaux entre deux sociétés se font sur le dos d’un support mondial d’une norme. Oh well. La direction du NFC Forum contactée n’a pas souhaité / voulu / pu répondre à nos questions sur ce sujet.

Notons tout de même un point intéressant sur cet accord Felica/Apple. Les cartes Felica, des cartes de paiements pré-payés, se transfèrent très facilement d’un simple tap entre le mobile et la carte, ce qui devrait faciliter l’usage paiement / transport mobile. Imaginons que l’on puisse poser une carte Navigo sur un mobile NFC et qu’elle soit automatiquement transférée. #sigh

Ceci étant dit, coté français, l’accord Sony et Apple sur Felica pourrait être bénéfique. Cela veut signifie qu’Apple est ouvert à des accords à un niveau pays. On peut imaginer qu’Orange, Gemalto, la RATP, la SNCF, et d’autres partenaires, supportant le projet Wizway d’une plateforme permettant des solutions de transport multimodales sans contact soient également capables de négocier sa place sur l’iPhone comme a pu le faire Sony avec Felica.

Enfin, rappelons les parts de marché mondiaux des smartphones. Et même si les influenceurs, la blogosphère, les CSP+++++ sont principalement sur iPhone, il y a quatre fois plus d’utilisateurs dans le monde possédant des smartphones NFC de type Android ou Windows phone que d’iPhone, un marché donc quatre fois plus important.

Part de marché mondiale des OS Mobiles (c) IDC

Part de marché mondiale des OS Mobiles (c) IDC

L’écosystème NFC a t-il vraiment besoin d’Apple, hors le symbole ?
C’est la question, toujours non répondue.

Apple Logo

 

 

 

Foutu symbole 😉

A suivre

@pierremetivier

 

Pour aller plus loin

 

Lancement d’Apple Pay en France, simple annonce ou date clé pour le paiement mobile sans contact

Lancement Apple Pay en France

Lancement Apple Pay en France

Apple Pay, la solution de paiement de proximité d’Apple, à base de technologie NFC, est désormais disponible en France (1) depuis le mardi 18 juillet 2016. Le service a été lancé avec trois partenaires – la BPCE (le groupe Banque Populaire et Caisses d’Epargne), Carrefour Banque (cartes Pass – plus de 2,5 millions de cartes de paiement) et Edenred et ses Tickets-Restaurants. Orange en fin d’année 2016, Boon, une solution en pré-payé d’origine allemande et d’autres partenaires non annoncés vont suivre le mouvement.

Cela signifie que si vous avez un iPhone 6 dans leurs différentes versions, une Apple Watch (avec iPhone 5 ou 6) et que vous avez une carte de paiement d’un des trois partenaires cités ci-dessus, vous pouvez dématérialiser votre carte de paiement (sans contact ou pas) et payer avec votre mobile (ou montre) Apple dans les plus de 420 000 magasins équipés de terminaux de paiement électronique sans contact en France. (Source Groupement CB – Juin 2016 – voir détails sur graphique ci-dessous)

Paiement sans contact Carrefour Pass sur Apple Pay

Paiement sans contact Carrefour Pass sur Apple Pay

La procédure d’inscription est simple, il suffit de lancer l’application Wallet (ne cherchez pas une application Apple Pay), puis scanner / photographier la carte dont le contenu visible sera analysé. Une fois les renseignements correctement intégrés, il faut encore appeler sa banque, parler quelques minutes avec un(e) employé(e) pour confirmer que la carte est bien la votre et l’issue de cet appel, votre carte est opérationnelle immédiatement. (2)

Une fois en magasin, le paiement s’effectue comme s’effectue tous les paiements (cartes et mobiles) sans contact NFC, facilement et instantanément, sans code pour moins de 20 € (35 € pour la carte Carrefour Pass dans les magasin Carrefour). La seule différence est l’identification biométrique, le doigt sur le bouton Principal de l’iPhone pour confirmer la transaction. Une fois le paiement effectué, le ticket CB est imprimé comme dans toute transaction carte. Une notification est également envoyée sur le mobile #nicetouch. Une expérience sans surprise, très propre comme sait les construire Apple et comme le permet la technologie sans contact NFC.

Ceci dit, le paiement mobile sans contact est disponible en France depuis près de 5 ans sur mobiles Android et Windows Phone. Les applications Kix de BNP Paribas, M-Carte de Crédit Mutuel / CIC sont opérationnelles depuis 2011. Se sont ajoutées des solutions à la Société Générale et à la Banque Postale. Plus récemment, Orange a lancé Orange Cash, un portefeuille de paiement sans contact et en ligne, en mode prépayé, qui nécessite que l’utilisateur dépose auparavant un montant sur son portefeuille avant de pouvoir payer. Cette solution est disponible pour les clients de l’opérateur. Enfin, cinq banques – BNP Paribas, La Banque Postale, Société Générale, Crédit Mutuel Arkéa et le groupe Crédit Agricole se sont associées pour développer une version mobile NFC sans contact du service PayLib qui devrait être disponible fin 2016, et qui se présente « comme une solution de paiement unique, utilisable sur internet et aussi dans les commerces de proximité ».

Et donc, que change cette disponibilité d’Apple Pay en France ?

Pour pouvoir répondre à cette question, il est nécessaire d’étudier les éléments clés du déploiement du paiement mobile sans contact jusqu’à présent à travers le prisme du peu d’usages qui en résulte alors que le paiement carte sans contact en plein essor partout dans le monde et bien sûr en France (voir statistiques Juin 2016 ci-dessous).

Déploiement CB sans contact - Juin 2016 (c) Groupement CB

Déploiement CB sans contact – Juin 2016 (c) Groupement CB

Visibilité / image

Tweet de Thibaut Faurès Fustel de Coulanges, CEO be2bill et Dalenys

Tweet de Thibaut Faurès Fustel de Coulanges, CEO be2bill et Dalenys

L’arrivée d’Apple Pay en France va permettre de relancer le sujet du paiement mobile sans contact dans les media, en particulier ceux pour lesquels « si ce n’est pas disponible sur Apple, ça n’existe pas » comme l’a rappelé avec humour Thibaut sur Twitter.

Disponibilité de l’infrastructure et écosystème complexe

En simplifiant, l’infrastructure côté consommateur consiste en deux parties – les terminaux de paiement acceptant le paiement sans contact et les mobiles NFC avec des portefeuilles électroniques NFC

  1. Côté infrastructure, environ 30% des magasins sont équipés en TPE sans contact en France, un pourcentage en progression constante mais qui reste faible (voir stats ci-dessus). En 2020, tous les TPE seront sans contact. En attendant, l’arrivée des iPhones pourrait influencer des commerçants à accélerer la mise-à-jour mais l’impact est incertain.
  2. Côté mobiles, l’équation est complexe. Jusqu’à présent (voir exceptionS plus bas), il fallait un mobile NFC, une SIM NFC fournie par votre opérateur mobile ET une banque fournissant une application de portefeuille sans contact. Et bien sûr les fabricants de mobiles, les opérateurs mobiles et les banques ne fournissaient pas tous de tels services.

Si vous étiez utilisateur de Samsung Série S ou Nokia Lumia, chez Orange ou SFR et à la BNP Paribas ou au CIC / Crédit Mutuel, bingo, vous étiez éligible. 3 sur 3 Mais si vous étiez utilisateur d’un iPhone, chez Free et chez LCL, oops, vous n’étiez pas éligible. 0 sur 3. Et le 3 sur 3 est nécessaire, 1 ou 2 sur 3 ne suffisent pas.

Une première exception à cette équation est arrivée l’année dernière. Orange Cash, l’offre de wallet prépayé NFC, fonctionne indépendamment des banques, puisque que c’est un portemonnaie que vous chargez vous-même, mais bien sûr elle ne fonctionne que pour les clients Orange et mobile Android et Windows Phone. Une deuxième exception sera donc présente en fin d’année. La solution PayLib, proposée par les banques, qui sera elle indépendante des opérateurs mobiles, et qui ne nécessitera plus une SIM spécifique NFC #ofcourse (et dont il n’est pas encore clair qu’elle fonctionnera sur iPhone).

Et donc l’arrivée d’Apple Pay en France permet aux utilisateurs iPhone 6 et Apple Watch (avec iPhone 5 ou 6) d’espérer, quel que soit leur opérateur, une solution. Mais il faut le bon partenaire bancaire / carte et à ce jour, seuls la BPCE, Carrefour Banque et Edenred pour les tickets restaurants sont disponibles. Ce qui veut dire que si vous possédez un iPhone 6 et au-delà et tout autre banque, il vous faudra patienter encore.

Orange a annoncé l’arrivée fin 2016 d’Apple Pay également pour les clients iPhone de l’opérateur, quel que soit leur banque, à travers un support d’Orange Cash.

Tout cela pour dire que l’arrivée cette semaine d’Apple Pay ouvre le marché aux utilisateurs d’iPhone 5 et 6 ET possesseurs d’une carte Carrefour Pass, d’une carte VISA, d’une banque du groupe BPCE ou d’une carte Ticket restaurant Edenred, quel que soit leur opérateur mobile. Cela signifie que pour la première fois, certains abonnés de Free vont pouvoir utiliser le paiement mobile sans contact NFC.

Ceci dit, le marché des mobiles a beaucoup évolué ces derniers années et l’hégémonie d’Apple dans les smartphones est battu en brèche en particulier par les mobiles Android. Voir les derniers chiffres. Près de 75% de ventes Android sur le 1er trimestre 2016 vs. 20% sur iOS sur le marché des smart phones (Source Etude Kantar media et Ecrans Mobiles). Et donc un impact plus médiatique que réel.

Procédures d’enregistrement

Sur ce point, l’arrivée d’Apple est un progrès majeur. La procédure d’enregistrement de la carte est d’une grande simplicité et à des années lumières devant les procédures des banques actuelles qui nécessitent des RV avec son banquier, des contrats papier et des attentes de plusieurs jours avant d’utiliser le service, sans oublier la facturation du dit-service à 15 €/an à la BNP Paribas par exemple.

Appétence des consommateurs / quels usages

Ce n’est pas un secret de dire que l’appétence des consommateurs pour le paiement mobile sans contact est loin des espérances des industriels qui ont lancé le service. La raison principale, connue et pourtant très peu abordée depuis 5 ans, est qu’il n’y a (presque) pas d’avantages à utiliser son mobile plutôt que sa carte sans contact pour payer. Est ce le paiement avec son mobile est plus simple qu’avec la carte ? Non. Est-ce ce que c’est plus rapide ? Non plus. L’expérience utilisateur est globalement la même. C’est vaguement plus rapide si vous avez déjà le mobile à la main (parce que vous téléphonez devant la caisse du « fastfood » ou vous chassez des Pokemon Go dans le magasin) au moment de payer, sinon, c’est équivalent. Donc non seulement la version mobile est complexe à installer pour le consommateur, en termes de conditions à remplir (mobile, banque, opérateur), ensuite, en terme de procédures d’inscription – RV banque, contrats papiers, attente plusieurs jours, mais elle n’apporte aucun avantage réel en terme de simplicité d’usage ou de rapidité par rapport à la carte.

Est-ce qu’il y a des fonctionnalités en plus à l’utilisation du mobile par rapport à la carte ? De nouveau non (avec nuances, voir plus bas).  La promesse du paiement sans contact mobile était de pouvoir utiliser tous les avantages liés au mobile – connectivité, interface utilisateur, puissance de calcul – pour créer des applications multi-services – paiement, promotions, fidélité, information produits – et cette promesse n’a pas été remplie.

Wallet Starbucks (c) Forbes

Wallet Starbucks (c) Forbes

La seule application de portefeuille mobile qui ait un usage réellement massif dans le monde est la solution de Starbucks, un wallet en système fermé, limité aux boutiques de la marque. Basé sur des échanges de QRcode entre le mobile et la caisse, et nécessitant de charger manuellement l’application, son expérience utilisateur est bien moins simple que celle des wallet NFC et pourtant elle est très populaire. La raison en est simple. Cette solution de paiement est également une carte de fidélité, permettant aux clients d’obtenir des cafés et autres goodies gratuits. Le wallet Starbucks gère la fidélité. Une idée simple, logique mais peu développée sur les wallets mobiles NFC, en particulier des banques.

Bons plans Orange Cash

Bons plans Orange Cash

Côté portefeuille NFC, seul Orange l’a fait avec son wallet pré-payé Orange Cash et c’est un vrai plus pour celui qui s’y intéresse. En cette période de lancement, il y a de vraies affaires à réaliser. Apple Pay avec son Wallet multi-cartes, Carrefour Banque aussi bien sûr avec son lien privilégié avec les magasins de la marque sont les mieux placés pour le faire également mais peu d’informations sont disponibles dans les deux cas.

Et donc, pour répondre à la question du titre de ce billet, sur le fond, l’arrivée d’Apple Pay en France avec ses trois partenariats ne change pas grand chose au paiement mobile sans contact.

  • C’est une étape parmi d’autres, plus importante par son symbole et son impact médiatique que par l’usage que l’on peut en attendre à court terme.
  • C’est une étape, il y en aura d’autres avec,
    • dans le cadre global du paiement sans contact cartes et mobiles, le déploiement accéléré des TPE sans contact et d’autres facteurs de formes – automates, écrans … , la formation des commerçants au paiement mobile, la réduction du nombre de commerces n’acceptant pas les paiements cartes de moins de 10 ou 15 €, l’utilisation du paiement sans contact directement sur les valideurs de transport comme à Londres, lorsque c’est possible,  et donc
    • spécifiquement côté mobile la simplification des développements paiement (avec le HCE par exemple), les arrivées de Paylib ou de Samsung Pay sans oublier les applications multi-services sur mobile donnant envie d’utiliser le mobile.

En attendant, ne boudons pas le plaisir de ce lancement. Oui, un consommateur français (1) peut désormais effectuer des paiement sans contact avec son iPhone en France.

A suivre … et n’hésitez pas à partager vos propres expériences et remarques dans la partie commentaire de ce billet.

@PierreMetivier

Notes

  1. Rappelons que tout utilisateur d’Apple Pay (ou toute solution de paiement sans contact) dans le monde pouvait déjà payer en France avec son iPhone. Ce qui change bien sûr est que des utilisateurs de cartes de paiement françaises puissent le faire.
  2. Nous avons installé et testé (deux paiements) une carte Carrefour Pass sur un iPhone 6. Nous n’avons pas eu l’occasion de tester les services Ticket Restaurant ou BPCE. De même, l’auteur est utilisateur régulier de la solution Kix de BNPParibas depuis son lancement, a utilisé pendant 3 ans la M-Carte du Crédit Mutuel, utilise épisodiquement Orange Cash et teste la solution HCE Visa à la base de Paylib.

Pour aller plus loin