Archives du mot-clé retail

Apple Pay, premier retour d’expériences

Apple Pay - retour d'expérience

Apple Pay – retour d’expérience

Le 18 Juillet 2016, Apple Pay, la solution de paiement mobile de proximité d’Apple, à base de technologie NFC, a été lancé en France. Nous avions longuement décrit les tenants et aboutissants de cette annonce dans un premier article – Lancement d’Apple Pay en France, simple annonce ou date clé pour le paiement mobile sans contact.

Pendant la période estivale, nous avons testé le système de paiement sans contact d’Apple dans des conditions réelles d’utilisation – mobile et carte de paiement personnels, une carte Carrefour Pass dématérialisée dans Apple Pay. Il nous a semblé intéressant de suivre donc le premier article et comparer brièvement l’expérience Apple Pay par rapport aux autres moyens de paiement mobiles de proximité sans contact que nous avions déjà utilisés (Kix de BNP Paribas, M-Cartes du Crédit Mutuel et Orange Cash), et bien sûr les cartes sans contact. Merci de noter que ce test n’a rien de méthodique, ne suit pas de méthodologie ou de volonté d’exhaustivité. Il est le reflet d’une expérience utilisateur (1)

Apple Pay - automate café

Apple Pay – automate café

  • Tout d’abord, Apple Pay fonctionne sans aucun accroc, que ce soit sur des terminaux de paiement électronique (TPE) des grandes surfaces, dans un commerce de proximité, ou avec des automates pour un café dans une station service d’autoroute, ce qui est normal pour un système de paiement 😉 Apple Pay est un service de paiement sans contact NFC et fonctionne sur tous les TPE acceptant le paiement sans contact NFC. Cela va sans dire mais comme tout nouveau système y compris de paiement, il peut y avoir période de rodage. Pas d’échecs ou de surprises dans le cadre de notre utilisation. Et c’était aussi le cas pour les autres solutions de paiement mobile sans contact commercialisées (2).
  • Ensuite, sur l’acte de paiement lui-même :
    • Avec une carte sans contact, pour moins de 20 €, on la pose sur le TPE et le paiement s’effectue. D’une main. Sans autre manipulation. Simple et rapide.
    • Avec un appareil type Samsung Galaxy S4 (ou un Microsoft Lumia) et Kix par exemple, toujours pour moins de 20 €, on pose l’appareil allumé sur le TPE et le paiement s’effectue. Toujours d’une main. Sans autre manipulation. Egalement simple et rapide.
    • C’est un peu différent avec Apple Pay. Grâce à la sécurité apportée par le capteur d’identité par empreinte digitale, Apple Pay, dans sa version Carrefour Pass (1) permet de régler des factures en sans contact sans la limite des 20 € actuellement en cours sur les cartes et autres solutions mobiles sans contact et c’est un vrai plus. Ceci dit, pour tous les paiements, il faut confirmer avec son doigt sur ce fameux capteur biométrique. Pour un droitier (juste un exemple), la plupart du temps, on manipule l’appareil de la main gauche et on « biométrise » avec l’index de la main droite. Et donc un paiement Apple Pay nécessite une opération physique supplémentaire (la confirmation du paiement par le doigt) avec l’utilisation des deux mains. On peut essayer d’enregistrer son pouce de la main droite et confirmer avec ce pouce tout en tenant le mobile de la même main, mais dans ce cas, le mobile est en équilibre précaire dans la main. #experiencevécue Nous n’avons pas trouvé de solutions simples à ce problème. Et donc avantage ici aux solutions sans biométrie – cartes et solutions mobile sans contact « classiques » , pour moins de 20 €.
Apple Pay - automate café

Apple Pay – paiement d’un café sur automate.

  • Enfin, nous avions vu que la procédure d’installation et de création du compte est clairement en faveur d’Apple Pay (décrit dans le billet précédent) en terme de simplicité et de rapidité.

Quelques conclusions partielles tirées de ces expériences cartes et mobiles sans contact.

La solution paiement carte reste clairement la plus facile à utiliser, d’une main. Sa forme est standard, l’antenne couvre toute la carte et se pose facilement sur l’écran du TPE ou sur le côté suivant le TPE.

C’est un peu plus complexe via mobile.

  • La position de l’antenne NFC n’est pas la même sur tous les mobiles. En haut du mobile pour l’iPhone, Sur la batterie et donc dans la partie basse du dos du Samsung Galaxy S4 par exemple. Et bien sûr, cette position n’est pas indiquée sur les mobiles.
  • Les mobiles sont plus grands que les cartes. C’est une évidence mais un certain nombre de TPE équipés de systèmes cachant l’accès au pad permettant de saisir le code, ne facilitent pas le paiement sans contact par mobile.
  • Et rajoutons pour l’iPhone, cette manipulation à deux mains ajoutant une étape au process paiement.

Il n’est pas possible d’établir une corrélation directe entre ces difficultés inhérentes à l’utilisation du mobile pour expliquer son engouement limité pour le paiement sans contact alors que l’utilisation de la carte sans contact se développe partout dans le monde y compris en France. Les chiffres publiés chaque mois par le Groupement CB sont très clairs. Il y a bien d’autres raisons sur lesquelles nous nous sommes déjà exprimées (voir les liens en bas de ce billet). Néanmoins, ce sont clairement des freins à une adoption massive, freins que devront lever les industriels impliqués dans le paiement mobile sans contact.

La solution mobile a le potentiel d’apporter de vrais avantages aux consommateurs (grâce à toute la technologie embarquée sur le mobile – écran, intelligence, UI, connectivité, sécurité … ) à commencer par des applications multi-services intégrant paiement, informations consommateurs, fidélité, promotions, suivi des dépenses,  … accessibles en sans contact directement dans le magasin (les étiquettes électroniques de gondole intègrent de plus en plus le NFC), mais à ce jour, ces applications n’existent toujours pas (hors en partie Orange Cash et ses promotions – voir billet précédent). Et l’arrivée d’Apple Pay ne change rien. Pour le consommateur, il n’y a donc toujours que peu d’avantages à utiliser son mobile pour payer plutôt que sa carte.

Ceci dit, pour finir sur une note plus optimiste, le paiement mobile sans contact permet de plus en plus de se déplacer en vacances (ou pas) uniquement avec son mobile sans son portefeuille ou sa carte de paiement et de pouvoir payer si besoin. Et qui sait si, un jour, nous n’aurons pas cette application multi-service qui permettra (enfin) de dépasser l’étape carte. A suivre

Bonne rentrée à tous, avec et sans contact.

@PierreMetivier

Notes

  1. Note sur le test – Nous n’avons testé que la solution Carrefour Banque sur Apple Pay sur différents TPEs. Les solutions BPCE et EdenRed peuvent avoir des caractéristiques différentes.
  2. Pour être parfaitement transparent, depuis 5 ou 6 ans que je travaille sur ces sujets cartes et mobiles sans contact, j’ai bien sûr eu l’occasion d’expérimenter des échecs de transactions, sur des solutions en cours de test, sur des combinaisons – mobile, OS, SIM, TPE – générant des problèmes, dans le transport ou sur des automates anciennes générations. Mais aucun problème IRL, dans la vraie vie, avec des solutions commerciales, ce qui ne veut pas dire que cela ne peut jamais arriver.

Pour aller plus loin.

 

Le paiement sans contact est entré dans les habitudes … en 10 ans

Paiement sans contact il a fallu 10 ans

Paiement sans contact il a fallu 10 ans

 » Avec l’infrastructure de base désormais en place, l’accent est mis pour étendre la technologie carte à puce électronique à d’autres types de transactions (comme les transactions CNP (Card Not Present)), et mieux tirer partie des capacités de la puce EMV et du code PIN.

Par exemple, nous constatons un enthousiasme réel pour les paiements Visa sans contact (technologie utilisée pour échanger instantanément les instructions de paiement entre une carte à puce EMV et un terminal de paiement). Cela offre la possibilité de remplacer les paiements en espèces de faible valeur à volume élevé des points de vente, comme les commerces de proximité, la restauration rapide et la billettique transport. « 

Ce texte fait partie du Rapport Annuel Visa Europe de 2006 (page 13).  A l’époque, il n’est pas sûr que ces auteurs pensaient qu’il faudrait 10 ans pour que le paiement sans contact NFC se mette en place. Nous y reviendrons. Aujourd’hui, il est clair que le paiement sans contact annoncé dans ce rapport de 2006 est là et bien là. Le quotidien Les Echos le rappelait fin Janvier. Les chiffres du mois de décembre 2015 publiés par le Groupement Cartes Bancaires pour la France sont éloquents.

Paiement sans contact France 12:15 (c) Groupement CB

Paiement sans contact France 12:15 (c) Groupement CB

  • 35,6 millions de cartes bancaires (CB) sont sans contact, soit près de 60% du parc de cartes bancaires.
  • 11,6 millions de cartes différentes ont été utilisées en sans contact, soit un tiers des cartes sans contact en circulation (en hausse de 12,3%).
  • 33,2 millions de paiements sans contact ont été réalisés pour un chiffre d’affaires de 347,65 M€ (en hausse de 22,4%), et donc plus d’un million de paiement sans contact par jour en France. Et tout cela malgré le fait que …
  • le parc de commerçants installés est de 27,3 % toujours en progression certes mais ne représentant qu’un peu plus d’un quart des commerces. (354 708 commerces équipés en sans contact et environ 510 000 terminaux opérationnels).

Autre exemple, cette fois-ci dans les transports en commun londoniens. Chaque jour, à Londres,c’est plus d’un million de trajets payés directement en sans contact carte et mobile (sans passer par la case – j’achète un ticket à l’automate ou sans abonnement). Le système est en passe de remplacer le ticket individuel, couteux pour l’usager et pour l’opérateur de transport, et si peu écologique. Sur ce dernier point, il est à noter que les usages prévues par le rapport Visa Europe se sont révélés exacts (voir la répartition en fin d’article) même si la partie usage du paiement sans contact pour la billetique (transport) s’est développé à Londres mais pas (encore) à Paris.

Répartition paiement sans contact France 12:15 (c) Groupement CB

Répartition paiement sans contact France 12/15 (c) Groupement CB

Et l’usage va continuer à progresser au fur et à mesure de la distribution des cartes, du passage des titres restaurant en format carte/mobile sans contact, de l’installation et de la connexion des TPE sans contact en magasin, du paiement sans contact sur les automates de vente (boissons, friandises, machines à laver..) et l’arrivée d’autres appareils acceptant le sans contact comme les écrans d’Ingenico et de Think&Go NFC.

Il a donc fallu 10 ans pour que l’annonce du déploiement à venir du sans contact devienne réalité. Plusieurs raisons à cela :

  • un effet d’annonce et une approche positive liée au media utilisé – le rapport annuel de la société.
  • une infrastructure clairement pas disponible en 2006 pour répondre à « l’enthousiasme pour le sans contact » , que ce soit au niveau des terminaux de paiement électroniques, des commerçants et des consommateurs. Une infrastructure mondiale, ça prend du temps à se mettre en place.
  • une valeur d’usage peu claire pour le consommateur, qui ne se découvre qu’à l’utilisation, avec suffisamment d’occasions pour le faire. Le paiement sans contact prend toute sa valeur d’usage pour des paiements réguliers de faibles montants.
  • le refus de certains commerçants d’accepter la carte pour des montants inférieurs à 10 ou 15 € pour « éviter les frais bancaires », limitant de ce fait l’utilisation du sans contact limitée à 20 €.
  • une prudence des consommateurs liée à la peur du vol des données de la carte à distance, une peur plus présente dans les médias que dans la réalité, nous en avons souvent parlé dans ce blog.
Paiement sans contact mobile

Paiement sans contact mobile

Et le paiement sans contact par mobile dans tout cela ? L’offre est encore morcelée surtout en France, que ce soit au niveau bancaire ou telcos, l’infrastructure mobile NFC + SIM NFC est loin d’être terminée et le provisionning (création du compte mobile NFC sur mobile) est encore long et complexe.  Et puis, la différentiation entre application bancaire de paiement sans contact sur mobile et carte sans contact est actuellement proche de zéro alors que le service mobile sans contact peut être payant. Seules des applications multi-services (associant coupon, fidélité, promotion, parking, transport, consultation des comptes, …) permettront cette différentiation. C’est un peu ce que fait Orange Cash pour ses clients en format pré-payé (avec des promotions régulières), et ce que pourrait faire Carrefour en portant sa carte Pass, déjà multi-application, sur mobile NFC.

C’est aussi la direction que prennent des Apple Pay, Samsung Pay, Google Pay …. qui ne sont pas encore en France mais qui pourraient l’être avant que nos acteurs français se soient mis en place avec des solutions complètes, simple à installer et à utiliser. La course est engagée.

Est ce que cela prendra de nouveau 10 ans pour les mobiles ? Nul ne le sait mais avec l’infrastructure TPE étant en place, les usagers de plus en plus habitué au paiement sans contact, et à l’utilisation de leurs mobiles, ET l’arrivée des acteurs cités précédemment, il est probable que l’adoption sera beaucoup plus rapide.

A suivre .. avant 2026.

@PierreMetivier

Pour aller plus loin

Répartition paiement sans contact France 12:15 (c) Groupement CB

Répartition paiement sans contact France 12/15 (c) Groupement CB

 

 

De l’utilisation des étiquettes électroniques de gondole dans le commerce connecté

SES Store tour

De l’utilisation des étiquettes électroniques de gondole dans le commerce connecté

En marge du salon sur le e-commerce des 22 au 24 Septembre 2015 à la Porte de Versailles à Paris étaient organisés des visites de magasin en « situation » utilisant les dernières technologies au service des commerçants de proximité, des grandes surfaces et des consommateurs.

Côté mobile, on pense souvent paiement et fidélité comme nous avons souvent eu l’occasion de l’évoquer dans ce blog (voir la partie Pour Aller plus loin en bas de ce billet). Il y a bien sûr bien d’autres développements en cours autour, par exemple, des beacons pour le suivi des consommateurs en mode push. Côté technologie NFC, par delà le paiement sans contact de plus en plus présent et utilisé dans les magasins et les cartes de fidélité, elle est aussi plus discrètement présentes sur les étagères de nos magasins, habilement cachés derrières les EEG – étiquettes électroniques de gondole ou ESL – electronic shelf labels dans la langue de Shakespeare (quoique les historiens se disputent toujours sur la réalité de la présence ou non d’étiquettes électroniques de gondole dans les échoppes près du Globe, ceci est une autre histoire). C’est la société française, SES – Store Electronic Systems , leader mondial sur ce marché qui nous a donc proposé de voir ces étiquettes en action dans différents commerces.

Les étiquettes indiquant le prix d’un produit sont bien entendu un élément important de l’acte d’achat. Longtemps un cauchemar dans les magasins en raison du temps nécessaire à mettre à jour tous les prix à jours lors de promotion par exemple, sans compter les risques d’erreur, un progrès important a été apporté par l’ajout d’étiquettes électronique à affichage très basse consommation ou encre électronique. Elles sont de plus en plus présentes dans nos commerces de proximité ou grandes surfaces. Il est désormais facile de mettre à jour ces étiquettes de manière centralisée, à distance, OTA – Over the air pour un gain de temps et une réactivité sans égale sans oublier la diminution des risques d’erreurs. La durée de vie d’une étiquette avant changement de piles est environ deux ans.

SES Store tour

Fiche produit NFC au Darty République

Plus récemment, la technologie NFC a été ajoutée à ses étiquettes, leur apportant plusieurs services. Le premier consiste à apporter de l’information supplémentaire au produit. Par delà le prix déjà présent, il est possible soit d’ajouter d’autres informations à l’étiquette elle-même soit des liens vers le SI du magasin ou des URLs public en relation avec le produit. C’est le cas au magasin Darty de République. Le consommateur peut aller non seulement lire tous les détails du produit mais accéder aux opinions d’autres consommateurs sur le produit. Le magasin encourage cette recherche en offrant, il est vrai contre le numéro de mobile du consommateur, un accès de qualité au wifi. Il est toutefois possible d’accéder en mode anonyme.

Autre application permise par le NFC, toujours chez Darty République – le transfert automatique de l’image du mobile d’un vendeur sur un grand écran dans le magasin. Effet « wow » garanti. Cela permet, par exemple, de présenter la fiche produit de l’écran plat à tous les membres de la famille participant à l’achat.

SES Store tour

EEG à l’Intermarché d’Issy-les-Moulineaux

Ne pas attendre aux caisses est désormais possible. Il suffit de faire ses courses en notant son achat à chaque fois d’un tap de son mobile sur l’étiquette de gondole correspondante grâce à une application magasin dédiée réservée aux possesseur d’une carte de fidélité de la chaine. Cela permet également de voir en direct le montant de son panier et donc sortir beaucoup plus rapidement du magasin une fois ses achats effectués. C’est le cas d’usage présenté à l’Intermarché d’Issy-les-Moulineaux très en pointe sur ses sujets.

SES Store tour

EEG du Bon Marché, Rive gauche

D’autres applications liées à l’usage et aux informations capturées par des étiquettes, sont en place ou en cours de développement, comme au Bon Marché, des EEG dans leurs petits écrins noirs, une question d’image ou dans un U Express, rue Montorgueil, un tableau de bord du magasin basé sur un grand nombre d’informations liées aux mobiles, indépendamment du NFC. Enfin, de nouveaux projets sont à l’étude comme la localisation de produits basé sur la géolocalisation de la personne « on demand » dans le magasin, grâce à l’utilisation des étiquettes NFC pour repérer le produit ou la création d’un magasin en 3D basé sur la localisation des EEG, un projet en coopération avec la société 3DS (Dassault Systems).

Cet article très superficiel ne rentre pas dans le détail de toutes les applications comme par exemple le retargeting post visite en magasin et bien d’autres, ou l’échange – données du consommateur contre accès wifi de qualité dans le magasin pour plus de services. Comme souvent répété dans ce blog, la technologie NFC, liée à d’autres technologies en particulier celles présentes sur le mobile, permet d’offrir une palette de nouveaux services, ici, dans les métiers et services du commerce. Des services qui prennent le meilleur des idées du e-commerce pour ramener les consommateurs dans les magasins et leur offrir une experience unique. Et nous n’en sommes qu’au début.

A suivre.

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

  • Le site de la société SES – Store Electronic Systems
  • Des images du SES Store Tour sur Flickr
  • Quelques images du salon e-commerce sur Flickr
  • Le titre auquel vous avez échappé : Store Wars
  • Les mots auxquels vous avez échappé – omni-canal, multi-canal
  • Vidéo sur les innovations de l’Intermarché d’Issy-les-Moulineaux

Autres articles sur le commerce dans ce blog