Apple SIM : la fin de la SIM est grandement exagérée

octobre 20, 2014
iPad air 2 (c) Apple

iPad air 2 (c) Apple

Après l’iPhone 6, nouvelle annonce Apple, cette fois autour des iPads, et parmi les quelques rares nouveautés, il y a le terme Apple SIM.

Il n’en faut pas plus pour que les médias off et online s’en emparent et annoncent à grands titres racoleurs la fin de la SIM, des fabricants de SIM comme Gemalto et des opérateurs telecoms.

Quelques exemples :

Il y a un an déja, les mêmes journalistes annoncés la mort du NFC, rendu inutile par l’arrivée des iBeacons.

On sait ce qu’il est advenu, Apple a depuis intégré la technologie NFC qui devient par ce fait indispensable comme nous le rappelle ces mêmes journalistes. Tout comme nous avions expliqué que les beacons n’était pas en opposition au NFC mais complémentaires, voyons les conséquences potentielles de cette Apple SIM.

Le sujet n’est pas nouveau, déjà en 2010, un article titré Is Apple About to Cut Out the Carriers? et bien sûr, il n’en a rien été.

Rappelons que la SIM des mobiles est le lien entre l’utilisateur, l’opérateur et le mobile lui-même. C’est une carte à puce contenant (entre autres) un certain nombre d’informations liées au compte, le(s) réseau(x) utilisé(s) et les données de l’utilisateur ainsi des applications dont celles nécessaires à l’authentification de l’utilisateur et le chiffrement de ses données. Elle est fournie par l’opérateur.

Que permettra l’Apple SIM ? En théorie, de choisir son opérateur (data pour l’instant), de passer de l’un à à un autre suivant ses besoins. Une promesse de devenir indépendant, d’avoir plus de choix pour le consommateur en « temps-réel » et pour Apple, moins dépendre des opérateurs.

En réalité, ce n’est bien sûr pas si simple

D’abord, ce n’est pas par hasard qu’Apple a annoncé son Apple SIM avec les nouveaux iPad (seulement un mois après l’iPhone 6), dans le sens où contrairement aux mobiles qui sont tous liés à une utilisation téléphone et donc un forfait télécom quelle qu’il soit, ce n’est pas les cas des tablettes qui pour beaucoup sont utilisés uniquement en wifi.

Lorsque l’on s’abonne à un opérateur comme Orange, SFR ou Bouygues, dans la plupart des cas, le mobile est « sponsorisé » par l’opérateur contre un engagement du consommateur pour 12 ou 24 mois. En parcourant, les différentes possibilité d’acquisition d’un iPhone 6 présenté par le site ariase, on comprend vite le mécanisme.
Globalement vous l’achetez plein tarif ou vous l’achetez à « crédit » chez un un opérateur.

iphone 6 avec forfait (c) Ariase

iphone 6 avec forfait (c) Ariase

 

iphone 6 sans engagement (c) Ariase

iphone 6 sans engagement (c) Ariase

 

iphone 6 "Nu" (c) Ariase

iphone 6 « Nu » (c) Ariase

Apple a autant besoin des opérateurs pour vendre ses iPhone que les opérateurs ne peuvent se passer d’une offre iPhone.

De nouveau, c’est différent au niveau des tablettes qui sont moins sponsorisées. Le nombre de tablettes iPad 4G est faible. Tout cela pour dire que l’impact de cette proposition réservée aux US et en Grande Bretagne, de ce choix de l’opérateur offert par Apple limité à des forfaits data sera minime coté opérateurs. De plus, Apple n’est pas fabricant de SIM et ne devrait pas le devenir et donc cette annonce ne devrait guère affecter le marché des fabricants de SIM. Enfin, sur les abonnements data, il sera intéressant de voir si réellement, cette possibilité sera utilisée si des chiffres sont publiés.

La seule nouveauté, à notre connaissance, est que cette SIM est unique pour plusieurs opérateurs data. Ceci dit, il y a déjà deux marchés sur lesquels des solutions équivalentes existent.

  • Le mobile double SIM, permettrant de passer d’un abonnement à l’autre suivant son utilisation existe déjà. Nokia, Samsung et Wiko en proposent. Ils sont utilisés principalement pour les consommateurs frontaliers et dans des pays en voie de développement. Et ces solutions se font toujours en relation avec les opérateurs.
  • Ce modèle de SIM unique par « device » a déjà été proposé par la GSMA, l’association des opérateurs mobiles sous le nom de embedded SIM avec un intérêt dans le domaine du M2M et de l’internet des objets, une SIM par objet qui peut être accessible et mise-à-jour à distance. L’opérateur peut être choisi sans changement de SIM. Pas de nouveautés donc de ce coté là.

Enfin, le marché de la carte à puce et des SIM est en constante progression comme ces chiffres d’Eurosmart le montrent. 7,7 milliards de SIM sous toutes ces formes (telecom, bancaires, identité, industrie / M2M) qui seront vendus en 2014, dont 5 milliards de cartes SIM vendus par Gemalto, Oberthur, Morpho et les autres. Un petit rappel – 250 millions de SIM NFC livrés en 2013 dont zéro par Apple. Et le développement de l’internet des objets et de sa composante M2M et du déploiement de l’EMV aux US va continer à développer ce besoin en cartes à puce.

Marché de la carte à puce (c) Eurosmart

Marché de la carte à puce (c) Eurosmart

Sans sous estimer l’importance d’Apple dans le monde de la mobilité, les chiffres sont là têtus et indiscutables. Pour le reste, ce sont des mots et des articles vites oubliées.

Heureusement tous les analystes ne sont pas aussi crédules comme le signale celui cité dans l’article de BFM TV.

« Il ne faut pas maximiser l’effet Apple (…) dès que le groupe à la pomme annonce quelque chose, tout le monde a l’impression que c’est une ‘révolution’ avant de réfléchir et de s’apercevoir que finalement ce n’est peut-être pas aussi évident que ce que l’on pouvait croire », tempère toutefois un dernier analyste. »

Indeed.

Rendez-vous au salon Cartes les 4, 5 et 6 Novembre pour en discuter.

Un dernier point, pour ce qui s’étonnerait de ne pas voir de NFC sur les derniers iPads contrairement à l’iPhone 6. Ce n’est pas surprenant. Un paiement de proximité s’effectue avec une carte sans contact ou un mobile NFC. Payer avec une tablette n’est pas la meilleure expérience, un peu comme prendre une photo avec une tablette (*), téléphoner une tablette à l’oreille et manger avec une fourche ou une louche.

A suivre.

Pierre Métivier

(*) Oui, je sais, cela se fait mais ce n’est pas l’expérience la plus ergonomique qui soit.

Pour aller plus loin


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 279 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :