Archives du mot-clé smart city

Lorsque la pierre liquide devient également connectée

Rencontres de l'industrie cimentière

Rencontres de l’industrie cimentière

Le 18 janvier 2018 se sont déroulées les Rencontres de l’Industrie Cimentière dans un lieu symbolique pour cette industrie, la halle Freyssinet qui abrite en son écrin la Station F. L’occasion de montrer que l’industrie du ciment, non seulement a toujours été innovante mais qu’elle continue à l’être à travers des développement commun avec la recherche, des présentations de startups et l’annonce de la création du Cement Lab dans le cadre de la StationF.

Lorsqu’on parle innovation, il est rare que le ciment ou le béton viennent à l’esprit, et pourtant, ces deux inventions ont marqué leur temps comme l’ont rappelé les différents intervenants.

Le ciment, la pierre liquide comme l’avait surnommé Arago, a été inventé par Louis Vicat en 1817  il y a donc deux cent ans. Une révolution dans la construction et Louis Vicat, n’ayant volontairement pas déposé de brevet pour que sa découverte soit accessible à tous, a permis que son invention se répande partout dans le monde. Le ciment est devenu un élément indispensable à la composition du béton. Autre inventeur à l’honneur pendant cette rencontre, Eugène Freyssinet, un inventeur peu connu du grand public et pourtant, créateur du béton précontraint. L’événement se déroule dans une halle qu’il a conçu, qui porte son nom et qui est maintenant la « maison » de la Station F.

A l’occasion de ces rencontres, le SFIC, le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière a annoncé la création de son Cement Lab, un écosystème de startups favorisant l »innovation dans le secteur du ciment. Le rôle de ce lab sera de réflechir autrement en particulier sur des sujets comme les besoins liées à transition écologique, le traitement et la valorisation des déchets, le recyclage et avec le but de diminuer par un facteur quatre les émissions liées à l’industrie. Construire mieux, plus vite et moins cher. Le Cement Lab devra également développer une dynamique d’échanges entre l’industrie, la recherche et les startups pour répondre aux enjeux de la transition énergétique.

Rencontres de l'industrie cimentière

Rencontres de l’industrie cimentière

Quelques autres points forts de cet événement :

  • Un zoom sur la rénovation de la Halle Freyssinet par Anne Bernard-Gély (SFIC) et Thomas le Diouron (Impulse Partners) – Construit vers la fin des années 20, la halle est fabriquée en béton armé, le symbole de la modernité de l’époque. Jean-Michel Villemote la rénove pour créer le plus grand incubateur de startup du monde avec 20 programmes d’accélération et la proximité de fonds d’investissements.
  • La recherche à l’honneur et en particulier la mise en place de la diffraction rayons X en cimenterie, présentée par Frédéric Dunstetter.
  • La présentation de cinq startups :
    • 360 Smart Connect, le créateur du béton connecté dont la proposition est de faire parler le béton, en utilisant la technologie NFC, bien connue des lecteurs de ce blog
    • Smart Cast, batisseur d’innovation, coffrage de dalles novateur
    • Vizcab by Combo solutions, favoriser la créativité autour d’objectifs énergie et carbone qualifiés et partagés.
    • Airware, les drones au service des cimentiers
    • XtreeE – Impression 3D à base de béton

Le discours de clôture est revenu à Jérôme Stubler, PDG de Vinci Construction, une entreprise bien sûr grande consommatrice de ciments et autres produits et matériaux dérivés. Premier souhait – améliorons ensemble l’image du béton. Mettons moins de ciment dans le béton. Même si, l’industrie a réduit depuis 1990 de 39% les émissions de CO2 conséquentes à la fabrication du ciment, Jérôme Stubler, invite l’industrie à réduire de nouveau de 50% dans les 5 ans. Un dernier message à l’intention des services publics, « laissez nous construire des bâtiments expérimentaux. »

Pendant la réception qui a suivi, la musique ambiante nous parvenait d’enceintes en béton pour un son éponyme bien entendu, des enceintes signées « Le pavé parisien » un projet en financement participatif sur KissKissBankBank.

Un événément qui montre une fois de plus qu’aussi bien l’innovation que l’internet des objets touchent toutes les industries y compris bien sûr les matériaux de construction.

A suivre (avec un compte rendu d’Intermat et de World of Concrete)

Pierre Métivier

Pour aller plus loin

Fin annoncée du roaming (ou itinérance) entre opérateurs mobiles en Europe, une bonne nouvelle également pour les services sans contact NFC

Jack Sparrow et l'itinérance bien sûr. Sinon, la réponse en fin de billet.

Jack Sparrow et l’itinérance bien sûr. Sinon, la réponse en fin de billet.

Mobile : le roaming tirera bien sa révérence en juin 2017.  Cette information publiée par ZDNet en provenance de l’Union européenne est passée relativement inaperçue la semaine dernière et c’est pourtant une bonne nouvelle pour les citoyens européens qui voyagent. Avec la suppression des coûts liés au roaming international (1) — le coût des communications pour les utilisateurs de mobiles dans un pays étranger avec un abonnement non local à ce pays va baisser. Les français en visite en Allemagne, les italiens de passage aux Pays-bas paieront donc moins chers leurs communications mobiles.

Cette fin programmée du roaming est à prendre avec prudence puisque ce n’est pas la première fois qu’elle est annoncée comme nous le montrent ces copies d’écran ci-dessous. Ceci dit, si elle est confirmée,  c’est aussi une bonne nouvelle pour le développement des services mobiles sans contact en général car elle s’applique également à la donnée.

Du retard dans l'arrêt de l'itinérance illustré ZDNet

Du retard dans l’arrêt de l’itinérance illustré ZDNet

 

Nous avions déjà abordé le sujet du roaming dans ce blog le 7 janvier 2012 – Tourisme et NFC – La Joconde bientôt transformée en borne d’accès WiFi ?, billet que nous ne pouvons que recommander de (re)lire.

Tourisme et NFC – La Joconde bientôt transformée en borne d’accès WiFi ?

Tourisme et NFC – La Joconde bientôt transformée en borne d’accès WiFi ?

Petit rappel – Dans le cas des services où le sans contact mobile permet de simplifier l’accès à de nombreuses informations. Exemples : les horaires en temps-réel des bus, les smart « affiche », le mobilier urbain connecté, les informations sur la ville, les parcours touristiques, les applications ville / commerce comme le Pass Incity de Caen. La technologie NFC permet d’automatiser la requête, de l’automatiser en approchant le mobile de l’étiquette sur l’arrêt de bus ou à l’entrée du magasin mais ne va pas chercher l’information, un rôle dédié au navigateur du mobile ou à l’application dédiée Et pour cela, il y a besoin de connectivité Internet. Le mobile a besoin d’être connecté. En intérieur, c’est le plus souvent en Wifi (lorsque disponible et installé), mais à l’extérieur, hors spot wifi, c’est la plupart du temps la connectivité 3G/4G qui est sollicité et, si de par son coût, elle a été déconnecté par le consommateur en particulier visiteur d’un autre pays, alors le service ne peut être utilisé (2).

Nous avions écrit

« Transformer la Joconde en borne d’accès Wifi est bien entendu une boutade mais il faudra trouver une solution pour donner un accès données facile et « gratuit » aux touristes en provenance du monde entier pour développer les services de type affiches intelligentes. »

puis

« On pourrait demander aux opérateurs télécom partout dans le monde de réduire voire supprimer les coûts de roaming internationaux pour développer le tourisme mais cette solution semble peu probable.

Ce qui signifie clairement que pour réellement utiliser des solutions affiches intelligentes à base d’étiquettes NFC à des fins touristiques, il faut donc fournir un accès WiFi gratuit et ouvert, sans inscription, dans tous les endroits (la rue, les monuments, les parcs, les lieux, les musées, les gares,… ) où ces affiches seront apposées. » 

Dans notre post de Janvier 2012, nous ne pensions pas que les opérateur télécom supprimeraient d’eux-même ces coûts pour les consommateurs (et donc des sources de revenus pour ces entreprises) mais l’UE leur a forcé la main.

Musée de Normandie @ Caen

Musée de Normandie @ Caen

On le voit bien avec l’usage qui s’est développé incroyablement vite de la carte de paiement sans contact dans le métro de Londres comme billet sans avoir à acheter de ticket spécifique, tout ce qui simplifie l’usage accélère l’appropriation. Tout comme l’utilisation de la carte bancaire sans contact évite de prendre un ticket à l’automate, l’absence de roaming va de même enlever le frein pour les visiteurs étrangers à l’utilisation des services mobiles sans contact, simplement parce que la connectivité 3G/4G des visiteurs sera active et non régulièrement déconnectée. Pour un pays touristique comme la France, c’est un vrai plus en particulier dans les villes qui ont fait le pas vers la « smart city » et déjà installées des services sans contact dans le transport ou les parcours touristiques comme à Nice, Strasbourg ou Caen.

Finalement, il n’y aura pas besoin de transformer la Joconde en borne wifi et  c’est aussi une bonne nouvelle.

A suivre

Pierre Métivier

Notes

  1. Le roaming national est ce qui permet à un abonné de Free de téléphoner à un abonnée d’Orange. Des accords bien sûr indispensables mais pas si simple pour des sociétés en forte concurrence.
  2. Sauf à prévoir de stocker les données dans l’application elle-même, ce qui peut fonctionner lorsque les données sont statiques et non en temps réel. Le Pass Incity à Caen et de nombreuses applications muséales utilisent cette approche.

La réponse à la présence de Jack Sparrow dans ce billet sur l’itinérance

Why the roaming’s gone ? 🙂 et je suis conscient que « Why the roaming’s (still not) gone ? serait un meilleur texte mais Jack ne l’a pas dit.